entertainment

Jacobs, champion olympique de sprint, aspire à l’étiquette « favori » du monde

Jacobs a eu une campagne difficile, abandonnant deux fois le 100 m avec le champion du monde en titre Fred Kerley aux prises avec un problème de dos.

Sa seule sortie à l’extérieur cette saison l’a vu terminer septième à la rencontre de la Diamond League à Paris, juste derrière son rythme à 10,21 secondes.

« Ce n’était pas une saison facile pour moi, il y avait beaucoup de doutes, beaucoup de peurs, mais je suis là », a reconnu l’Italien de 28 ans.

« J’ai relevé de nombreux défis au cours des deux dernières années, mais j’ai travaillé dur pour ces championnats du monde. »

Depuis sa médaille d’or surprise aux Jeux olympiques de Tokyo en un temps record européen de 9,80 secondes, Jacobs a dû se retirer du champion du monde de l’an dernier à Eugene et n’a pas encore affronté Curley depuis leur rencontre dans la capitale japonaise en 2021.

« Il y a eu cette discussion en ligne entre Fred et moi », a déclaré Jacobs en plaisantant sur les réseaux sociaux à propos du second tour potentiel.

« Mais bien sûr, il y a un respect mutuel, nous nous respectons vraiment.

« Je suis sûr que ce sera un défi très difficile, mais je veux rester concentré sur moi-même, aller de l’avant jour après jour, négocier les demi-finales jusqu’à la finale et donner le meilleur de moi-même lorsque j’arriverai en finale. »

Un défi très ouvert.

Toujours très ouvert, le 100 m a un peloton qui comprend également Noah Lyles, le Britannique Zarnel Hughes, né à Anguilla, le Kenyan Ferdinand Umaniyala et le Botswanais Letsell Tebogo, tous sans doute tous capables de monter sur le podium.

READ  Jennifer Lopez se sent "chanceuse, heureuse et fière" d'être avec Ben Affleck

« Je me considère comme faisant partie de ce match (entre les favoris), mais ma saison ne s’est pas déroulée aussi bien que je l’avais prévu », a déclaré Jacobs.

« Si j’avais couru les temps que j’avais prévus, j’aurais pu courir mieux qu’eux. C’est un défi très ouvert et j’ai hâte d’y être. »

Jacobs a insisté sur le fait qu’il allait bien, mais il ne voulait pas être amené à s’évaluer.

« J’ai dû travailler très fort pour rester concentré sur ces Championnats du monde parce que c’est la seule médaille qu’il me manque encore dans ma collection.

« Je ne veux pas m’évaluer sur une échelle de 1 à 10 », a-t-il déclaré. « Je m’entraîne bien, je veux retrouver l’adrénaline qui me donne envie de me battre.

« Je sais que les yeux sont braqués sur moi car je suis champion olympique en titre, c’est une lourde charge… Mais je préfère être le favori car ils considèrent ma façon de concourir, c’est un plus, une nouvelle énergie, une valeur ajoutée . »

Jacobs fait partie d’une équipe de sprinteurs qui seront présentés dans un documentaire Netflix dans le même style que les productions de Formule 1 et du Tour de France du service de streaming.

« C’est une excellente idée d’être membre de ce groupe, pour la distance la plus courte et le temps le plus rapide, cela permet au public de voir les coulisses et d’autres aspects de la vie d’un athlète.

« C’est un très bon projet car il aidera l’athlétisme à toucher plus de monde, non seulement à se concentrer sur les Jeux olympiques et les championnats du monde, mais à suivre les athlètes dans d’autres compétitions, et cela aidera à créer plus de fans et à les impliquer davantage dans la vie des les athlètes. »

READ  Notre Dame on Fire ouvre le Festival du film franco-américain | Nouvelles

Juliette Deforest

"Évangéliste de télévision. Communicateur sans excuse. Fanatique de bacon primé. Accro de la nourriture en général."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer