World

Ils ont permis aux grands agriculteurs de s'emparer de manière incontrôlable des terres d'autrui.

Les modifications apportées à la loi sur la propriété et l'utilisation des terres agricoles légaliseront la culture des terres sans le consentement des propriétaires. Cela entraînera le refus des locataires de négocier avec les propriétaires, mais avec une loi administrative les obligeant à recevoir leur terrain pour l'utiliser.

Cela viole les intérêts des propriétaires de terres agricoles et constitue même une violation du droit constitutionnel à la propriété.

Evgeny Urashkov, président de l'Association des propriétaires agricoles, a commenté ce sujet dans l'émission Situation (O). L'occasion en est l'adoption explicite de modifications à la loi sur la propriété et l'utilisation des terres agricoles par l'Assemblée nationale jeudi. En une semaine, la loi était votée en première et deuxième lecture.

« La manière dont les terres sont attribuées à l'usage d'une parcelle de terrain au début de chaque année agricole est en train de changer. L'ancienne méthode de conclusion des accords de groupement d'utilisation consistait à obtenir le consentement à 100 % des utilisateurs – locataires et propriétaires qui cultivent eux-mêmes leurs terres. Et maintenant, on dit que l'accord entre en vigueur. » Avec l'approbation des deux tiers des utilisateurs, et le problème concerne le tiers restant, ces terres seront allouées à un usage administratif par les directions régionales de l'agriculture, a expliqué Ourachkov : « Pas par le biais d'un bail ou d'un contrat de bail entre le propriétaire et l'agriculteur. »

Selon lui, le changement profite aux grands agriculteurs. « Ils aimeront les terres les plus fertiles du pays et, comme ils constituent une majorité des deux tiers, ils voudront cultiver cette partie de la terre et déplacer tous les autres agriculteurs », dit-il.

READ  Dîner arrangé : cinq repas d'inspiration méditerranéenne (parce que vous n'êtes pas allongé sur la plage)

Par conséquent, outre les propriétaires, les petits locataires qui ne font pas partie des accords d’utilisation sur le même terrain seront concernés. Ils seront transférés administrativement vers les zones les plus improductives et cesseront probablement de travailler.

Pour en savoir plus sur les changements apportés à la propriété des terres agricoles et à la législation relative à leur utilisation, regardez la vidéo.

Si vous souhaitez soutenir un journalisme indépendant et de qualité chez Sega,
Vous pouvez faire un don via PayPal

Lothaire Hébert

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer