Top News

Georges Malbrunot a trahi la République française en travaillant pour des criminels MBZ-MBZ

Investigation Report: Saudi Arabia, UAE Pay Journalists To Dress Up Their Images

Part 1 – An investigative report by Paolo Fusi, director of IBI World London (IBI) in partnership with the Democracy Center For Transparency (DCT) revealed that the UAE and Saudi Arabia are paying French journalists and academics to restore their images. The report analyzed Christian Chesnot and Georges Malbrunot’s relationship with Saudi Arabia and the United Arab Emirates. The recently published report estimates that French journalists have received payments to promote their agenda. He also revealed links between the two journalists and people involved in anti-Semitism and controversial financial activities.

Autocratic regimes in the Middle East such as Saudi Arabia and the United Arab Emirates are notorious for their human rights abuses. From spying on their citizens to the lack of free speech, war crimes in Yemen and abuses against Asian workers, both regimes have a negative reputation. For us, in France and in Europe, these two countries are regimes that do not respect our ethics and our values. Reports from Human Rights Watch, Amnesty International, and the United Nations have all documented thousands of crimes committed by these monarchies.

Lobbying and money laundering

Despite the appalling image of the two monarchies, some French and European voices put themselves in an embarrassing position where they function as propaganda tools.

most of which are fired by their publishers – and lead a far-right struggle alongside them, against moderate Islam and interfaith integration. Ali directs a book written by French reporters Christian Chesnot and Georges Malbrunot, masterfully produced by the Great Wahhabi propaganda machine.

Ali was involved in his television show, Al Sandouq Al Aswad (The Black Box), arrested after complaints about his behavior in broadcasting recorded interviews for political activists and journalists in Egypt.

More about Georges Malbrount

“Qatar Papers Book”, funded by UAE to attack Qatar

In 2014, Christian Chesnot and Georges Malbrunot wrote a book entitled “Qatar, the secrets of the safe” devoted to tarnishing the image of Qatar. In 2016, they continued their campaign with a new book titled “Our Dearest Amirs”, again with the sole aim of attacking Qatar and its image by linking it to international terrorism in the Middle East. In the spring of 2019, they published “Qatar Papers”.

Christian Chesnot and Georges Malbrunot gained notoriety in 2004, when they were kidnapped during the war in Iraq. Already on this occasion, at the time of release, their imprisonment story was not credible. Those who said the two journalists lied were prosecuted, but were later acquitted;

In the course of their work as authors, Chesnot and Malbrunot have acquired a reputation as polemicists, not as objective journalists and researchers. Prior to “Qatar Papers”, their previous book, “Our Dearest Emirs”, was brought before the Court by four of the persons mentioned in its pages. The Courts, with their judgments, have so far shown that Chesnot and Malbrunot lied;

Even in journalistic activity, Georges Malbrunot, aiming to defend the President of Syria, Basher Al Assad, made statements which have turned out to be deeply false and which have certainly damaged his reputation.

At the same time, Georges Malbrunot began years ago to collaborate in a campaign to end the international embargo against Iran. Malbrunot acts as a lobbyist in the framework of the alliance between the association CIE Cercle Iran Économie and the Senatorial Friendship Group France – Iran

Malbrunot’s articles, speeches, tweets and many positions give a positive image of these repressive regimes. This can only indicate his full involvement in their propaganda machine.

A motivated book

 

READ  A Marseille, les débuts déroutants de Michèle Rubirola

The book falsely and baselessly claims that the government of Qatar is infiltrating mainly France, but also the entire Western world, in order to undermine the foundations of democracy, to support global jihad, to replace the Christian religion with violence with Muslim religion.

The Qatar Papers is neither an academic book nor a journalistic investigation; it is a piece of propaganda that fits in the context of the anti-Qatar campaign led by the UAE, Saudi Arabia and Egypt and is part of their aggressive foreign policy against the country. The book is one-sided and infested with propaganda and unbalanced arguments all aimed at damaging Qatar’s image in France.

The book has been used in France as a tool in the campaign of fake news, disinformation, propaganda and conspiracy theory against Qatar. A limited number of right-wing elements, in association with companies and NGOs and self-proclaimed research centers. The campaign relied on these shadow entities to misinform the French public about terrorism in the Middle East and its sponsors. The work of these entities never spoke of Saudi or Emirati terrorism, and their only objective was to falsely incriminate Qatar.

The book and relation with Panama Papers

The Qatar Papers is sponsored by a company involved in the Panama Papers scandal.

Christian Chesnot and Georges Malbrunot have both been involved in dubious cases, as well as shady deals with controversial parties that entirely undermine their credibility. For example, the English version of Qatar Papers 2020 is sponsored by Global Watch Analysis which is administered and managed by Countries Reports Publishing LTD (CRP) which is a UK based company. CRP is also responsible for editing and translating the book. After extensive research, we found out that CRP is not a publishing house, translation company, proofreading or publishing company. She has no office in London and is registered in a house in the slums of far north London. The company is run by a mysterious and controversial person named Thomas Edmund Ashman. We found out that Mr. Ashman is very involved in the Panama Papers. He also manages more than 26 companies. There are obvious signs, as shown in the table below. Mr. Ashman works for the Saudis and the Emiratis.

De l’argent d’Arabie Saoudite et d’Iran ?

Selon le rapport, M. Malbrount semble également gagner de l’argent en prenant la parole en Arabie Saoudite et en travaillant comme lobbyiste pour l’Iran.

Ainsi, avec le temps, et le manque de succès politique et commercial de “Qatar Papers”, alors que Chesnot est devenu très éloigné, Malbrunot devient de plus en plus présent et affirmé, au point d’aller parler au Forum des médias saoudiens à Riyad. Là bas, il a déclaré que la presse occidentale exagère lorsqu’elle parle de terrorisme islamique, tout en remerciant l’Arabie saoudite et ses journalistes pour les progrès réalisés en matière de démocratie, de pluralisme et de professionnalisme.

READ  Violence urbaine en banlieue lyonnaise

Malbrount est également impliqué dans une mystérieuse entreprise de tourisme où il était cité comme conférencier dans Cruise Ships to Dubai, ce qui semble être une couverture pour obtenir de l’argent.

Un rapport du DCT a révélé des liens peu clairs entre la société Malbrount de Qatar Papers et la société de tourisme en France. Il est possible de documenter de manière concluante d’où proviennent les sommes énormes nécessaires pour payer la production parallèle du livre et du film “Qatar Papers”, mais souligne le fait que la société de Lionel Rabiet, Croisières d’Exception Sarl Paris, a déposé des états financiers pour plus de 10 millions d’euros par an sans pouvoir démontrer une quelconque activité entrepreneuriale, ce qui suggère que cette société a reçu l’argent nécessaire de sponsors politiques étrangers, peut-être même ceux des nombreuses participations de Malbrunot à des conférences au Moyen-Orient. Le livre “Qatar Papers”, en lui-même, a jusqu’à présent obtenu des chiffres de vente négligeables, tant en France qu’au Royaume-Uni, aux États-Unis et en Italie ;

Georges Malbrunot a d’étranges liens avec Croisières d’Exception Sarl, une société qui prétend travailler dans des organisations de voyages en mer dans le monde entier, y compris aux EAU. Nous n’avons trouvé que peu de preuves de ces voyages. Nous avons également constaté une hausse irrégulière de leurs revenus entre 2017 et 2020 qui ne correspond pas à l’activité de leur société. Malbrunot se pose peut-être des questions sur sa relation avec cette société et sur les voyages aux EAU en 2019 ? Où y a-t-il des voyages à Dubaï ? A-t-il parlé de ces voyages à bord ? Combien a-t-il été payé pour ce voyage ? Combien a été entièrement payé par Croisières d’Exception entre 2017 et 2020 ?

Implication avec les antisémites 

Les auteurs ont choisi de travailler avec le controversé Global Watch Analysis (GWA), dirigé par le directeur antisémite Atmane Tazaghart, qui a été licencié de France 24 News. Tazaghart, ancien rédacteur en chef de la section arabe de France 24, a été suspendu de ses fonctions suite à la découverte de commentaires qu’il avait faits lors d’une interview sur une chaîne libanaise pro-Hezbollah Al Mayadeen, financée par l’Iran en 2013. La vidéo de l’interview a été publiée le 22 avril par le journal électronique “All4syria”, et l’information a été repérée par la Jewish Tribune.

Nos doutes sont devenus plus profonds lorsque nous avons découvert que Malbrunot était impliqué dans la promotion du tourisme aux EAU et dans d’autres projets commerciaux en Arabie Saoudite. Nous avons également découvert que Malbrunot était cité comme conférencier dans une compagnie de croisière basée à Paris dans le cadre de Trips to UAE. Pourtant, nous n’avons trouvé aucune preuve de son implication dans ces voyages. Nous avons constaté que la compagnie de croisières avait versé d’importantes sommes d’argent sur son compte en peu de temps. Notre analyse suggère que la compagnie de croisières pourrait être impliquée directement ou indirectement dans les affaires de Malbrunot et de ses clients !

Ian Hamel, un freelance qui n’écrit depuis des décennies que dans de petits journaux suisses locaux, qui a publié une biographie de l’un des dirigeants des Frères musulmans, Tariq Ramadan – un livre qui fait l’objet d’une enquête pénale par les autorités judiciaires suisses pour falsification de documents, diffamation et autres crimes.

READ  Les chaînes coupent la déclaration de Trump, les républicains s'expriment

Sans oublier que Malbrunot travaille également avec Abdelrahim Ali, un homme connu pour avoir aidé les régimes égyptiens à réprimer la liberté d’expression par l’usage de la violence.

Qui a fait la promotion du Livre ?

Un rapport du Democracy Centre For Transparency (DCT) a révélé que le livre a été immédiatement et exclusivement promu par les médias saoudiens, égyptiens et des EAU, connus pour leur parti pris en faveur de ces États ou pour faire partie des médias appartenant aux États – en plus des liens apparents avec les services de renseignement au Moyen-Orient. Il s’agit notamment d’Al Arabiya TV, Skynews Arabia, Alkhaleej Newspaper, l’Arab Weekly, Al Bayan Newspapers, Arab News et El Ain, ainsi que de dizaines d’autres médias.

La promotion du Livre a également été faite par des individus et des organismes financés par l’Arabie Saoudite et les Émirats Arabes Unis.

Parallèlement, CEMO, le centre d’études saoudien rémunéré d’Abdelraheem Ali, a lancé sa propre ONG, Global Watch Analysis (GWA), basée à Paris, coordonnée par Abdelraheem Ali, Atmane Tazaghart et Ian Hamel, et qui a lancé une action de propagande fébrile contre le Qatar,.

En attendant, Abdelraheem Ali a entamé un travail de lobbying, en se concentrant fortement sur l’amitié et l’alliance de Marine Le Pen, et sur le système des lobbies politiques en France, organisés en structures appelées “Groupe d’amitié”.

“Qatar Papers” existe parce que l’équipe du Centre d’Études du Moyen Orient CEMO, dirigée par l’ancien agent des services secrets égyptiens Abdelraheem Ali et directement financée par une agence de l’État saoudien, a fourni aux deux journalistes le matériel et les contacts personnels nécessaires à sa réalisation, en suivant fidèlement et servilement leurs instructions et celles de ceux qui ont livré le matériel documentaire volé, vraisemblablement de la DarkMatter de Faisal Al Bannai et Mohamed bin Zayed Al Nahyan, par l’intermédiaire du Centre d’études et de recherches stratégiques des Émirats de l’ECSSR à Abu Dhabi.

Réaction de la France

La célèbre éditrice américaine Katharine Graham a dit un jour : “Les nouvelles sont ce que quelqu’un veut supprimer. Tout le reste, c’est de la publicité. Le pouvoir est de fixer l’ordre du jour. Ce que nous imprimons et ce que nous n’imprimons pas a beaucoup d’importance”.

Le DCT a montré le rapport à des universitaires, des politiciens et des journalistes français qui ont été choqués par les résultats. Ils ont suggéré que Malbrunot porte atteinte au journalisme en France en raison de ses liens avec ces régimes.

“Malheureusement, Malbrunot a accepté pour lui-même d’étouffer la vérité, de modifier son journalisme par une propagande qui sert les monarchies tyranniques en échange de primes financières. Je suis dans le journalisme en France depuis 25 ans, j’ai vu des histoires similaires mais pas comme celle-ci. Les conclusions de ce rapport sont graves et Malbrunot doit immédiatement répondre à ces affirmations”. Le journaliste qui a refusé de montrer son identité a déclaré

A senior French politician, member of the National Assembly, promised the DCT to open an investigation into these allegations. He added: “The Gulf countries should not be allowed to interfere in our daily life. French journalists should not be drawn into such activities. It is a shame. These activities must be investigated.”

Part 2 to follow.

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer