Economy

Gatineau élit France Bellel, premier maire de la ville

Les résidents de Gatineau, au Québec, ont élu France Bellel comme nouvelle mairesse et la première femme à occuper ce poste dans l’histoire de la ville.

À 21 h 15, Bielil avait 45 pour cent des voix, devant la candidate à la deuxième place Maud Marquis Bissonnette, qui en avait 37 pour cent.

« J’ai travaillé très dur au cours des derniers mois avec tant de personnes qui m’ont aidé. Je suis tellement reconnaissante », a-t-elle déclaré dans une interview à CBC dimanche soir.

Biles remplacera le maire Maxim Bednyud Gubin. En janvier, il a annoncé qu’il Ne cherchez pas à être réélu Pour le poste qu’il occupe depuis 2013.

« Je pense que les gens voulaient un changement, un changement de ton, d’attitude, de dynamisme. Ils voulaient quelqu’un qui soit plus proche d’eux, quelqu’un qui se soucie d’eux, qui leur parle », a-t-elle déclaré.

« [Someone] Cela leur dit ce qui se passe et cela leur dit la vérité, pas nécessairement ce qu’ils veulent entendre, mais juste la vérité et ils la disent aux citoyens. Et c’est ce que j’ai fait ces derniers mois, et je pense que cela a fait la différence. »

Bellel a déclaré que l’une de ses principales priorités pendant la campagne était de se concentrer sur le fait de parler aux gens pendant de longues périodes tout en frappant à la porte.

Six candidats se sont présentés pour remplacer Pedneaud-Jobin. À l’exception de Marquis-Bissonette, qui a remplacé Pedneaud-Jobin à la tête d’Action Gatineau – les partis politiques au niveau municipal au Québec sont autorisés – tous les candidats se présentent comme indépendants.

READ  Peut-être des gangs de type mafieux derrière les cyberattaques: ministre français

Tôt lundi matin, 16 des 19 membres avaient été formellement élus, dont 11 pour la première fois.

Maud Marquis Bissonnette était la seule candidate à la mairie de Gatineau, au Québec, qui s’est présentée avec un parti politique – Action Gatineau. (Hugo Bélanger/Radio Canada)

Pelessel est l’ancien président de Tourisme Outaouais et a fait campagne pour un vote pour le changement huit ans après l’arrivée au pouvoir d’Action Gatineau.

Ses promesses de campagne comprenaient une transparence accrue dans la ville, comme la réduction du recours aux réunions à huis clos. Il promettait également d’assurer une meilleure gouvernance que son prédécesseur, une saine gestion des finances publiques et un allègement des obstacles administratifs pour les citoyens et les entreprises.

Elle a dit qu’elle voulait voir un renouveau du centre-ville après la pandémie avec, en particulier, un projet de centre de conférence de classe mondiale – un projet présenté pour la première fois par Torizimi Ottaway.

Et vous voulez travailler avec Ottawa.

« J’ai déjà travaillé chez Tourisme Outaouais, et nous avons travaillé très étroitement avec Ottawa, avec Tourisme Ottawa, et c’est quelque chose qui est important pour moi », a déclaré Pelisle.

« Nous devons travailler en étroite collaboration avec Ottawa, alors j’ai hâte de parler et de rencontrer M. Watson et de voir dans quels différents projets nous participons et quels nouveaux projets nous pouvons développer ensemble.

vire ma fête De la mairie

Le rôle des partis politiques au niveau municipal est apparu à plusieurs reprises au cours de la campagne électorale.

Jean-François Leblanc, arrivé troisième de la course, a publié fin octobre une vidéo sur Facebook dans laquelle il accusait le parti d’Action Gatineau de manquer de transparence, le qualifiant de « parti politique, pas de mouvement ». Parce que les membres doivent suivre la ligne du parti, a-t-il dit, cela entrave leur travail au conseil municipal.

LeBlanc a quitté son siège au conseil municipal pour se présenter à la mairie.

Le maire sortant Maxim Bedno-Gubin a approuvé son successeur dans le parti au poste, sur la base de son expérience – elle a été élue pour la première fois en tant que conseillère municipale en 2017 – et de ses plans pour la reprise économique et l’action environnementale de la ville. (Alexander Behne/CBC)

Un sondage CROP réalisé pour le compte de Radio Canada durant la campagne électorale place Maude Marquis-Bissonnette en tête. L’enquête a également montré que le nombre de personnes indécises était important lorsqu’on l’a interrogé en octobre.

Avec son départ et la création d’une nouvelle circonscription dans Metigomijokan à Aylmer, la majorité des 19 sièges du Conseil municipal de Gatineau auront désormais de nouveaux visages.

Les autres candidats à la mairie sont l’ancien chef des pompiers de Gatineau Jacques LeMay, Rémy Bergeron et Abdelhak Lakbabi.

Plus est à venir…

Beaumont Lefebvre

"Amoureux de la nourriture. Défenseur de l'alcool. Solutionneur de problèmes. Expert en café. Maven d'Internet pour les hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer