sport

Frank Williams, le manager dominant de la Formule 1, est décédé à l’âge de 79 ans

Sa mère l’a finalement envoyé dans un pensionnat catholique en Écosse, où il a découvert son amour pour les voitures et la vitesse, surtout après avoir roulé pour la Jaguar de son ami.

Même s’il excellait dans les langues – il parlait couramment plusieurs langues, dont l’italien – et réussissait les examens d’entrée à l’université, il a sauté l’université pour se rendre aux courses. Il s’est soutenu avec une série d’emplois au jour le jour, notamment en tant que représentant du Yorkshire pour Campbell Soup.

Entre deux emplois, il a voyagé dans toute l’Europe, travaillant comme mécanicien non rémunéré dans des équipes de forage sur certains des plus petits hippodromes du continent. Il a également couru, parfois, mais avec peu de succès.

Au lieu de cela, il a découvert qu’il avait un talent pour le côté commercial du sport. Lors d’un voyage à travers l’Europe, il a acheté et vendu des pièces, a négocié le flux de bougies d’allumage et de pneus parmi des dizaines d’équipes de course et a fait un petit tas d’argent pour démarrer sa propre équipe.

Fondé par Frank Williams Racing Cars en 1966, avec Pierce Courage comme pilote, il a participé à des courses de Formule 2. Trois ans plus tard, ils sont passés à la Formule 1, au niveau de l’élite du sport automobile, et à M. Courage, riche et héritier d’une fortune. , est soudainement devenu l’un des sports les plus célèbres de Grande-Bretagne.

Bien que M. Williams ait déclaré qu’il n’avait jamais envisagé de quitter le sport à la suite de la mort de son ami, cela a clairement eu un impact sur lui et son équipe. Incapable de trouver un chauffeur gagnant, il s’est rapidement embourbé dans les dettes, a échappé aux agents de recouvrement et a travaillé dans une cabine téléphonique après avoir cessé de payer ses factures de téléphone.

READ  L'expert-comptable Shivani Agarwala remporte deux médailles d'or aux championnats du monde Kettlebell

Sa femme, Virginia, qu’il a épousée en 1974, l’a maintenu à flot, lui prêtant de l’argent que ses parents lui ont envoyé. Il l’a dépensé librement sur son obsession; Une fois, quand elle lui a donné huit livres pour l’épicerie, il les a plutôt dépensés en bougies d’allumage.

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer