Top News

Extension de l’enquête française de McKinsey aux campagnes électorales | France

Le parquet financier français a ouvert une enquête sur le rôle de groupes consultatifs, dont McKinsey, aux États-Unis 2017 Et le 2022 Courses électorales françaises, quand Emmanuel Macron a été élu puis a remporté un second mandat.

Le Parquet financier a confirmé que son état actuel Enquête sur une éventuelle fraude fiscale par le géant américain du conseil McKinsey Il a été élargi pour inclure la participation éventuelle de cabinets de conseil aux deux courses. Les enquêteurs se penchent sur des allégations de « conservation inappropriée des comptes de campagne », de « minimisation du rôle des cabinets de conseil » et de « népotisme ».

Le procureur de la République n’a nommé aucun homme politique ou parti comme cible de l’enquête, ni confirmé ce qui a été rapporté dans le quotidien Le Parisien selon lequel l’enquête se concentrait sur la campagne de Macron.

Le bureau du chef du centre a indiqué qu’il avait pris connaissance de l’enquête et que les prévenus devaient faire leur travail « en toute indépendance ».

Macron est arrivé au pouvoir en promettant de nettoyer la politique en France France. Les présidents français jouissent de l’immunité pendant leur mandat.

Une enquête ne débouche pas nécessairement sur des poursuites ou sur une indication de culpabilité. Il pourrait s’écouler des années avant que de telles enquêtes soient suspendues ou jugées.

Le procureur financier a déclaré : « Après plusieurs signalements et plaintes d’élus et de particuliers, une information judiciaire a été ouverte le 20 octobre 2022 ».

Au moment même où Macron se présentait aux élections plus tôt cette année, le Sénat français, qui a une majorité de droite, a condamné ce qu’il a appelé le « phénomène tentaculaire » consistant à embaucher des dizaines d’entreprises privées et internationales pour conseiller le gouvernement.

READ  Un penalty à la Jorginho hisse Royal à la deuxième place en Afrique du Sud

L’opposition a accusé le gouvernement Macron de trop dépenser pour des cabinets de conseil internationaux qui paient peu ou pas d’impôts en France.

L’enquête initiale sur McKinsey – surnommée « l’affaire McKinsey » dans la presse française – a commencé après que le Sénat a allégué en mars que la société utilisait un système « d’optimisation fiscale » par l’intermédiaire de sa société mère basée dans le Delaware et ne payait pas suffisamment d’impôts sur les sociétés au temps France.

McKinsey a toujours nié tout acte répréhensible et a déclaré qu’il « respecte les règles fiscales françaises qui lui sont applicables ».

Reuters a contribué à ce rapport

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer