Top News

Exclusif: Le ministre saoudien des Affaires étrangères a déclaré: «Nous sommes fermement aux côtés du roi de Jordanie Abdallah».

Publié en:

Le ministre saoudien des Affaires étrangères a déclaré dimanche à France 24 que le royaume soutenait pleinement le roi Abdallah II de Jordanie après que les autorités jordaniennes aient affirmé avoir déjoué un « complot malveillant » de l’ancien prince héritier qui avait été en contact avec des « parties étrangères » non précisées.

Dans une interview exclusive, le prince Faisal bin Farhan Al Saud a refusé de spéculer sur les parties étrangères impliquées dans le complot présumé, bien qu’il ait averti que toute ingérence extérieure dans les affaires de la Jordanie était « inacceptable ».

Nous sommes inébranlables dans notre soutien à Sa Majesté [King Abdullah II] « Et le peuple jordanien s’efforce d’assurer la sécurité et la stabilité à la fois en Jordanie et dans la région », a déclaré le ministre saoudien des Affaires étrangères.

Au sujet des pourparlers de la semaine prochaine sur l’accord nucléaire iranien, le prince Faisal a déclaré que l’Arabie saoudite avait reçu l’assurance que tout nouvel accord serait plus urgent que l’Iran en ce qui concerne ses capacités de missiles balistiques et son soutien aux groupes militants dans la région. .

<< Nous sommes convaincus que la communauté internationale travaillera dur pour faire en sorte qu'il n'y ait pas de lacunes dans [2015 nuclear accord] En fin de compte, l'instabilité régionale causée par les activités de l'Iran sera traitée. "

Le prince Faisal a déclaré qu’il n’y a pas de canaux directs entre l’Arabie saoudite et l’Iran mais que l’Arabie saoudite est prête à parler « si l’Iran change de comportement ».

READ  David Jonathan Benouaich prévoit d'investir massivement dans l'industrie des biotechnologies pour 2022

Concernant la guerre au Yémen, le haut diplomate saoudien a déclaré qu’une proposition de cessez-le-feu restait sur la table malgré la nouvelle offensive des Houthis contre le gouvernement yéménite soutenu par l’Arabie saoudite et la poursuite des frappes sur le sol saoudien.

Le prince Faisal a renouvelé la position saoudienne selon laquelle la normalisation des relations avec Israël ne serait possible qu’après un accord de paix entre Israël et les Palestiniens.

Pas de réunion pour Netanyahu

Dans le cadre des « Accords d’Abraham » négociés par l’ancien président américain Donald Trump l’année dernière, quatre pays arabes – les Émirats arabes unis, Bahreïn, le Maroc et le Soudan – ont accepté de normaliser leurs relations avec l’État juif.

Des informations en novembre selon lesquelles le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait eu des entretiens secrets avec le prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane ont suscité des spéculations selon lesquelles un accord de normalisation avec le plus grand État du Golfe pourrait être en préparation.

Mais le prince Faisal a déclaré qu ‘ »il n’y avait pas eu de telle réunion ».

Concernant la question du journaliste Jamal Khashoggi, qui a été brutalement assassiné dans un consulat saoudien en 2018, le ministre a condamné un « crime odieux » et a déclaré que Riyad « avait mis en place des contrôles et des mécanismes pour s’assurer que rien de tel ne se reproduise ».

Le prince Faisal a rejeté les affirmations de l’ancien responsable saoudien exilé Saad Al-Jabri selon lesquelles le royaume avait envoyé une escouade d’assassinats pour le kidnapper ou le tuer, rejetant la tentative de dollars. De l’argent du gouvernement saoudien. « 

READ  Les États-Unis et la France proches d'un rapprochement après la dispute d'AUKUS

Il a refusé de discuter du sort de l’ancien prince héritier Mohammed ben Nayef, accusé de trahison et détenu au secret, et sa santé se détériorerait.

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer