Top News

Devant les députés, Gérald Darmanin joue la carte de l’apaisement

Des publicités qui ressemblent à des mea culpa. Près d’une semaine après le vote du projet de loi global sur la sécurité par la majorité et la droite, le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a été convoqué, lundi 30 novembre, pour une audition particulièrement attendue devant la Commission des lois de l’Assemblée nationale. Pendant environ trois heures, le ministre de la place Beauvau a donné lieu à plusieurs pistes de réflexion envisagées pour réformer la police. Une demande urgente d’Emmanuel Macron dans un contexte politique devenu épineux pour l’exécutif et la majorité parlementaire.

C’est en attribuant “sept péchés capitaux” aux gouvernements précédents sur la gestion des forces de l’ordre que Gérald Darmanin évoque pour la première fois le renforcement de ” formation initiale ” supervision des policiers et ressources matérielles supplémentaires. Il a également glissé l’idée de porter la réserve de police à 30 000, au même niveau que la réserve de gendarmes.

Lire aussi Gérald Darmanin reconnaît «erreurs» et «problèmes», mais réaffirme son soutien à la police devant les députés

Réforme potentielle de l’IGPN

Le ministre de l’Intérieur a également mis sur la table une éventuelle réforme de l’Inspection générale de la police (IGPN) réclamée ces derniers jours par des membres de la majorité et de l’opposition. “ Comme toute institution, elle mérite évidemment d’être regardée, remise en question, discutée, améliorée. », A concédé le ministre de l’Intérieur aux députés.

Lire aussi IGPN: Darmanin “prêt à étudier” toutes les pistes de réforme

Fort de sa position de «premier flic de France», M. Darmanin a réaffirmé son soutien inconditionnel aux forces de l’ordre et au préfet de police de Paris, Didier Lallement, face aux critiques, notamment de l’opposition, toujours plus amère quand il s’agit de la gestion tumultueuse du maintien de l’ordre et des excès violents de certains policiers. “Depuis trois ans, ce gouvernement crée crise après crise et surexpose les forces de l’ordre, ce qui les épuise et conduit aux troubles que nous avons vu ces derniers temps”, accuse le député Les Républicains d’Eure et Loire, Olivier Marleix.

READ  Bordeaux: Paris accroché au parc, le résumé du match

Lors de son audition, Gérald Darmanin a indiqué qu’il était ” pas ceux qui flattent les policiers quand ça leur convient et qui les laissent partir quand ça ne leur convient plus en fonction des faits, de la polémique médiatique », réfutant l’idée d’un amalgame entre “Individualités” et ” un établissement “.

Pour la première fois, le ministre de l’Intérieur concède en laissant entendre qu’il y a dans la police “Peut-être des problèmes structurels qui ne sont pas nouveaux.” Des propos qui ont surpris, même le député La France insoumise, Eric Coquerel (Seine-Saint-Denis), qui reconnaît “Grand progrès de Gérald Darmanin”. “J’espère juste que ses paroles ne sont pas seulement une démonstration d’intention d’essayer de résister à la tempête”, prévient-il.

Vous avez 45,22% de cet article à lire. Le reste est réservé aux abonnés.

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer