Economy

Cuba est toujours en crise après deux ans de manifestations historiques

Il y a des files d’attente interminables pour la nourriture, le carburant et les médicaments, l’inflation est à deux chiffres, le tourisme a du mal à se redresser et il y a eu une baisse de la production de sucre – un autre pilier de l’économie.

Une pénurie de devises étrangères et la dévaluation du peso ont fait monter en flèche les prix, et de plus en plus de Cubains cherchent à fuir l’île.

Les 11 et 12 juillet 2021, des plaintes similaires ont déclenché des manifestations spontanées dans des dizaines de villes et villages par des personnes scandant « Liberté! » et « Nous avons faim. »

Un an plus tard, le président Miguel Diaz-Canel a promis que le pays de 11 millions d’habitants sortirait bientôt d’une situation économique « compliquée » aggravée par six décennies de sanctions américaines et la pandémie de coronavirus, qui a frappé l’important secteur du tourisme.

Pourtant, une autre année plus tard, peu ou rien n’a changé.

« A court terme, le gouvernement n’a pas beaucoup de marge de manœuvre », a déclaré à l’AFP l’analyste politique cubain Arturo Lopez-Levy, qui travaille à l’Université autonome de Madrid.

López-Levy a déclaré que Diaz-Canel, qui est en poste depuis 2018, souffre de « niveaux précaires de sécurité alimentaire et énergétique » laissés par ses prédécesseurs Fidel et Raul Castro.

Crédibilité érodée

Après près de six décennies de contrôle étatique quasi total de l’économie, La Havane a autorisé les petites et moyennes entreprises en 2021.

Cela a contribué à atténuer les pénuries de certains produits, mais les disparités se sont creusées à mesure que les prix augmentaient au-delà de la portée de beaucoup de ceux qui dépendaient fortement des subventions gouvernementales.

READ  La banque multinationale Citigroup a licencié plus de 300 cadres supérieurs

De plus en plus lassés de la situation, les Cubains sont de moins en moins réticents à exprimer leur mécontentement face aux autorités.

L’année dernière, il y a eu des manifestations sporadiques contre les coupures d’électricité dans plusieurs provinces d’un pays où la dissidence politique n’est pas autorisée et les manifestations avant 2021 étaient en effet très rares.

En mai de cette année, des dizaines de personnes ont manifesté contre les pénuries de nourriture et de médicaments à Caimanera, une ville située à environ 1 000 kilomètres (621 miles) de la capitale.

Lopez-Levy a déclaré que ces manifestations n’étaient pas organisées mais des réponses « ad hoc » aux conditions de vie difficiles.

Pour le sociologue Rafael Hernandez, rédacteur en chef de la revue de sciences sociales Temas, les manifestations ont témoigné de « l’érosion de… la crédibilité du gouvernement, et de sa politique de sortie de crise ».

Une nouvelle vague de répression

Alors que les Cubains se sont enhardis, le gouvernement a répondu par des arrestations et du harcèlement, selon des militants, et a décidé de faire taire la rhétorique dissidente en coupant l’Internet intermittent.

Et selon le groupe de défense des droits Justicia11J, le pays fait face à une « nouvelle vague de répression ».

Plus de 1 500 personnes ont été arrêtées après les manifestations de 2021, et des centaines sont toujours derrière les barreaux depuis lors.

Selon les données officielles, 488 personnes ont été condamnées à des peines de prison allant jusqu’à 25 ans pour des crimes tels que l’outrage et le désordre public.

De nombreux militants ont quitté le pays.

READ  Le Conseil catholique français nomme un nouveau superviseur pour s'occuper de ses finances

Le gouvernement accuse les États-Unis d’être responsables de la dispute et a confirmé lundi par l’intermédiaire de sa porte-parole Granma que Washington était « directement responsable » des manifestations.

« La situation des droits humains à Cuba continue de se détériorer », a déclaré Amnesty International en mai, pointant du doigt un nouveau code pénal adopté l’année dernière qui, selon les critiques, vise à réprimer de manière préventive toute manifestation de mécontentement public.

En vertu de la loi, une ou plusieurs personnes peuvent être punies d’une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à deux ans en cas de manifestation d’une ou plusieurs personnes « en violation des dispositions ».

Le Vatican, l’Union européenne et les États-Unis ont appelé à la libération des manifestants emprisonnés.

En prévision de la célébration du deuxième anniversaire, mardi, les forces de police et de sécurité se sont déployées en grand nombre dans les rues de La Havane, selon l’Agence France-Presse.

Beaumont-Lefebvre

"Food lover. Alcohol advocate. Problem solver. Coffee expert. Internet maven for hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer