World

COVID-19 Omicron : les taux de scolarisation tombent en dessous de 50 %

Les taux de fréquentation du semestre 1 ont chuté avec l’épidémie de la maladie d’Omicron dans les écoles. Photo/Michael Craig

Les taux de scolarisation pour le premier semestre sont tombés en dessous de 50% – le plus bas depuis au moins une décennie, alors que l’épidémie d’Omicron a balayé les communautés.

Les niveaux records de scolarisation ont frappé le plus durement les Maoris et les Pasifikas, moins d’un tiers de cette population fréquentant régulièrement l’école (plus de 90 % du temps).

Les dernières données du ministère de l’Éducation ont montré que 46,1 % de tous les élèves fréquentent régulièrement l’école.

Il s’agit d’une baisse par rapport aux 72,8 % du premier trimestre 2019 et avant Covid, 50,5 % en 2020 et 66,8 % en 2021. Au quatrième trimestre de l’année dernière, il était de 65 %.

Le ministère a noté que l’épidémie de Covid-19 Omicron avait entraîné « des niveaux élevés d’absentéisme pour les étudiants et le personnel ».

«Les écoles ont également été touchées par des niveaux plus élevés de maladies hivernales normales à partir de mars, entraînant des absences supplémentaires.

Dans l’ensemble, cela a entraîné un record d’absences d’étudiants codées comme « à court terme ».
Maladie/Causes médicales ».

Héraut Récemment, rien qu’en mars, près de 120 000 étudiants ont été exposés Environ 15 % ont contracté le Covid-19.

L’épidémie a également durement touché les enseignants, avec plus d’un tiers de tous les enseignants infectés par le virus – à la mi-juin – et les congés de maladie entraînant une augmentation de plus de 50% à la même époque l’année dernière.

selon MinistèreAu cours de chaque semaine du premier semestre de cette année, le pourcentage de temps d’absence des étudiants en raison d’une maladie à court terme ou de raisons médicales était plus élevé que pour chaque semaine de 2019 à 2021.

READ  "Une opportunité très réelle" Donald Trump ira en prison alors que l'enquête financière s'intensifie

Les chiffres interviennent après que le ministre associé de l’Éducation, Jan Tenetti, a annoncé en juin une stratégie visant à modifier les niveaux de fréquentation qui n’ont cessé de baisser depuis 2015 et aggravés par Covid.

Les chutes étaient à chaque décimale, niveau général, race et région, avec la plus forte diminution chez les enfants du primaire et du collège.

Le nouvel objectif est que 70% des étudiants fréquentent régulièrement d’ici 2024 et 75% d’ici 2026.

L’absentéisme chronique – manquant au moins trois jours toutes les deux semaines – est également en hausse, près de 8 % des élèves étant désormais absents de manière chronique. La stratégie vise à réduire ce chiffre à 5 % d’ici 2024 et à 3 % d’ici 2026.

Tinetti n’a fait aucun nouveau commentaire lorsqu’il a été interrogé sur la dernière baisse du nombre de participants.

Son bureau a noté un communiqué de presse antérieur sur l’introduction d’objectifs d’assiduité et d’une stratégie d’engagement.

La porte-parole du Parti national pour l’éducation, Erica Stanford, a déclaré que les données sur les étudiants aux décimales 1 à 3 étaient encore plus inquiétantes, avec moins d’un tiers de présence complète.

En outre, plus de 100 000 élèves étaient chroniquement absents de l’école, ce qui signifie qu’ils fréquentaient moins de 70 % du temps scolaire.

« C’est une augmentation stupéfiante par rapport à 68 000 au quatrième trimestre de l’année dernière et à 38 000 en 2017.

« Ces étudiants sont les plus à risque d’abandonner leurs études, ce qui aura des conséquences désastreuses pour leur avenir. »

Lothaire Hébert

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer