World

COVID-19 : des manifestations anti-confinement éclatent aux Fidji alors que les gens manquent de nourriture

Affamés et en colère, les habitants de Nwaka à Nadi sont descendus dans la rue samedi, malgré un pic de cas de coronavirus dans leur ville.

« Si le gouvernement veut imposer un verrouillage pendant encore deux semaines, il doit nous apporter de la nourriture », a déclaré un manifestant.

Le verrouillage signifie que les Fidjiens ne peuvent pas aller travailler – ils n’ont aucun revenu pour acheter de la nourriture et des fournitures.

Un travailleur humanitaire dit que la crise des coronavirus s’est transformée en un autre type de crise.

« Les parents dorment affamés afin qu’ils puissent avoir au moins un peu de nourriture le lendemain pour leurs enfants et, dans certains cas, ne survivent qu’avec de l’eau ou du thé », explique Shirana Ali, de Save The Children Fiji.

Les Néo-Zélandais ont fait un don de 36 000 $ à Save the Children la semaine dernière, pour livrer des colis de nourriture à 1 000 familles.

Mais la demande devrait tripler.

“Nous nous attendons à ce que les chiffres augmentent probablement à plus de 2 000 à 3 000 personnes”, a déclaré Ali.

Les Fidji luttent contre une épidémie mortelle de COVID depuis près de deux mois – avec 51 cas signalés vendredi, la situation ne fait qu’empirer. Ainsi que l’impact économique.

« Les gens ne pouvaient pas travailler, ils ne gagnaient pas et quelles que soient leurs économies, ils étaient déjà épuisés », dit Ali.

C’était le souci du Premier ministre fidjien – Frank Bainimarama a versé de l’eau froide sur les appels pour fermer toute l’île principale pendant un mois, affirmant que cela causerait des dommages irréparables.

READ  Sous pression, Donald Trump ratifie le plan de relance américain

“Les emplois des gens ne reviendront peut-être jamais, nous souffrirons d’un chômage structurel à cause de la perte permanente d’industries et je ne peux pas et ne permettrai pas que cela se produise”, a-t-il déclaré.

Mais il exhorte les gens à suivre les règles dans les zones de confinement des clusters, après que 57 personnes ont été arrêtées pour des pauses ivres au cours des dernières 24 heures.

Lothaire Hébert

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer