Top News

Coupes ! Empêcher la propagation du pop-corn et des bonbons contre la propagation du virus dans les cinémas français

Plus besoin de mâcher, d’écraser et d’avaler au cinéma en France : la lutte de plus en plus intense du pays contre une augmentation sans précédent des cas de coronavirus met fin à manger et à boire dans les cinémas français, tout comme les signes de reprise après un coup économique brutal se montrent. fermetures l’année dernière.

Les mesures COVID-19 qui ont commencé lundi, une fois les célébrations du Nouvel An en France terminées, signifieront un soulagement obligatoire pour les machines à pop-corn et à crème glacée laissées en chambre froide. L’interdiction de manger et de boire pendant au moins trois semaines s’applique aux théâtres, aux sites sportifs et aux transports publics.

Pour les cinéphiles qui espèrent attirer les cinéphiles qui se sont tournés vers la maison pendant la pandémie, leur incapacité à les tenter avec des bonbons et des sodas est un autre coup dur. Les cinémas français ont vendu 96 millions de billets au cours des huit mois qui ont rouvert cette année, soit une augmentation de 47% par rapport à 2020. Mais les ventes de billets sont toujours inférieures de 55% à celles de 2019, avant la pandémie, a déclaré jeudi le Centre national du film et du mouvement. un aperçu des ventes annuelles des cinémas français.

Benoit Ciné Distribution, qui approvisionne 70 % des cinémas français en pop-corn, bonbons et boissons, s’est vu larguer des retards de commandes et de livraisons de cinémas s’attendant à de bonnes ventes le week-end dernier avant l’interdiction de la nourriture et des boissons, avec ‘Spider-Man’ : No Way Home et ‘The Matrix Resurrections’ apparaissent sur les panneaux d’affichage.

READ  Football: la France était un objectif un jour - mais pas pour le moment, dit Zidane

« C’est comme si on lui demandait d’appliquer le frein d’urgence sur un train à grande vitesse », a déclaré Vincent Meyer, directeur de Benoit.

Face à l’infection qui fait rage au coronavirus, le gouvernement espère que ses dernières mesures freineront également la variable à propagation rapide Omicron, mais sans entraver la reprise économique de la France votée par le président Emmanuel Macron, qui risque sa réélection en avril.

En plus de l’interdiction de manger et de boire, il y aura également des restrictions sur le nombre de foules dans les lieux publics, avec pas plus de 2 000 à l’intérieur et 5 000 à l’extérieur autorisés. Les restrictions ne s’appliquent pas aux rassemblements de campagne, exaspérant certains musiciens qui ne seront plus autorisés à jouer devant des foules debout. Certains ont suggéré, ne plaisantant qu’à moitié, qu’ils pourraient rebaptiser leurs concerts en rassemblements politiques.

Le nombre de morts en France du COVID-19 a déjà atteint plus de 123 000. Les nouvelles infections sont plus élevées qu’elles ne l’ont jamais été et, une fois de plus, les hôpitaux sont surchargés de patients gravement malades. De nombreux experts de la santé ont appelé à des mesures plus strictes que celles annoncé par le gouvernement cette semaine, Avec quelques pressions pour renouveler les fermetures d’écoles et d’entreprises. La France a signalé 206 243 autres infections à coronavirus jeudi, juste en deçà du record de 208 000 cas établi mercredi.

Michel Enten, directeur du cinéma Le Fontenelle dans la ville de Marly-le-Roi à l’ouest de Paris, était à l’aise de rester ouvert, même s’il ne pouvait plus vendre de barbe à papa, de pop-corn, de glace et de boissons. Il dit avoir perdu environ la moitié de ses clients pendant la pandémie. Il s’attend à ce que l’interdiction de la nourriture et des boissons affecte en particulier les grands cinémas et dit que cela pourrait aider à attirer les fans vers des cinémas plus petits comme lui.

READ  Le pays ordonne un confinement partiel mercredi

« Il y a beaucoup de gens qui détestent entendre du pop-corn dans les couloirs », a-t-il déclaré. « Peut-être que nous gagnerons de nouveaux cinéphiles, des gens qui ont regardé Netflix et qui se sont dit : « Maintenant, il n’y a plus de pop-corn, courons au cinéma.

Les cinéphiles ont déclaré qu’ils comprenaient la nécessité de nouvelles mesures, bien que certains aient eu du mal à voir une quelconque logique dans le fait de ne pas pouvoir satisfaire leurs envies sucrées dans les cinémas ou les théâtres alors que les restaurants étaient toujours autorisés à servir de la nourriture et des boissons.

« Ce serait bizarre d’aller au cinéma et de rater tous ces petits moments », a déclaré Vincent Pordes alors qu’il faisait la queue à Marly-le-Roy dans « Spiderman ».

« Souvent, quand on imagine le cinéma, on pense à l’auditorium, aux belles affiches, au pop-corn et aux arômes. »

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer