World

Coulée de boue japonaise : quatre morts, 24 disparus dans une station balnéaire

Les secouristes ont creusé dans les boues et les débris lundi, à la recherche de plus de 20 personnes qui pourraient être piégées après Torrent déchiré de boue, d’arbres et de rochers Avec un rugissement à travers une station balnéaire japonaise, tuant au moins quatre personnes.

Le maire d’Atami, Sakai Saito, a déclaré que 24 personnes étaient toujours injoignables mardi matin, après que la ville a publié lundi soir les noms de plus de 60 résidents enregistrés dont le sort est inconnu et la plupart d’entre eux ont répondu à l’appel de contact.

Les autorités ont vérifié le nombre à deux reprises car de nombreux appartements et maisons à Atami sont des résidences secondaires ou de vacances.

Initialement, 147 personnes n’ont pas pu être atteintes, mais les autorités ont confirmé que beaucoup avaient été évacuées en toute sécurité ou n’étaient tout simplement pas chez elles. En plus des quatre corps, les autorités ont indiqué que 25 personnes avaient été secourues, dont trois blessées.

Lire la suite:
* Au moins 19 personnes étaient portées disparues dans une coulée de boue qui a frappé des maisons à l’ouest de Tokyo
* 85 morts et des millions de personnes forcées de quitter leurs maisons alors que de fortes pluies frappent le Japon
* Un violent séisme frappe Osaka, dans l’ouest du Japon, faisant trois morts

La catastrophe est une épreuve supplémentaire alors que les autorités se préparent à Jeux Olympiques de Tokyo, devrait commencer dans moins de trois semaines, alors que le Japon est toujours au milieu de la pandémie de coronavirus, les cas augmentant régulièrement dans la capitale et les experts suggérant qu’une autre urgence est nécessaire.

READ  Un journaliste soulève la polémique sur une "décision tragique" d'adopter un "chien épidémique" pour l'euthanasie

Le Premier ministre japonais Yoshihide Suga a déclaré aux journalistes que les secouristes faisaient de leur mieux pour “secourir ceux qui pourraient être ensevelis sous la boue et attendaient de l’aide dès que possible”.

Trois navires de la Garde côtière et six drones soutenaient des centaines de soldats, de pompiers et d’autres personnes travaillant sous la pluie et le brouillard.

Les secouristes poursuivent leurs recherches sur le site de la coulée de boue d'Izusan à Atami, dans la préfecture de Shizuoka, au sud-ouest de Tokyo.

Kyodo News/AFP

Les secouristes poursuivent leurs recherches sur le site de la coulée de boue d’Izusan à Atami, dans la préfecture de Shizuoka, au sud-ouest de Tokyo.

Le glissement de terrain s’est produit samedi (heure locale) Après des jours de fortes pluies à Atami, qui, comme de nombreuses villes côtières japonaises, est construite sur une colline escarpée.

Le quartier d’Izusan, connu pour ses sources chaudes, son sanctuaire et ses rues commerçantes, a été déchiré. La ville a une population enregistrée de 36 800 habitants et est située à 100 kilomètres au sud-ouest de Tokyo.

Les secouristes poursuivent leurs recherches sur le site de la coulée de boue d'Izusan à Atami, dans la préfecture de Shizuoka, au sud-ouest de Tokyo.

Kyodo News/AFP

Les secouristes poursuivent leurs recherches sur le site de la coulée de boue d’Izusan à Atami, dans la préfecture de Shizuoka, au sud-ouest de Tokyo.

Le gouverneur de Shizuoka, Hita Kawakatsu, qui a inspecté lundi la zone où la coulée de boue aurait commencé, a déclaré que les précipitations à flanc de montagne semblaient affaiblir le sol sous un énorme monticule de terre sur un chantier de construction qui a ensuite glissé le long de la pente.

contrôle départemental. Les médias ont indiqué qu’un projet de développement de logements dans la région avait été abandonné après que son opérateur eut rencontré des problèmes financiers.

Des témoins ont décrit un énorme rugissement lorsqu’un petit ruisseau s’est transformé en torrent, et des passants haletant de terreur ont été entendus sur des vidéos de téléphone portable capturées au moment où cela s’est produit.

Les secouristes poursuivent leurs recherches sur le site de la coulée de boue d'Izusan à Atami, dans la préfecture de Shizuoka, au sud-ouest de Tokyo.

Kyodo News/AFP

Les secouristes poursuivent leurs recherches sur le site de la coulée de boue d’Izusan à Atami, dans la préfecture de Shizuoka, au sud-ouest de Tokyo.

Naoto Dit, l’acteur qui rendait visite à Izusan, s’est réveillé au son des sirènes. Son quartier est maintenant inondé d’eau boueuse avec des sauveteurs pataugeant dans des boues jusqu’aux genoux.

A quelques pâtés de maisons de sa maison, certaines maisons ont été complètement rasées, ne laissant que leurs fondations visibles. Des feux de circulation déformés émergent de la boue. Sur le front de mer, il a vu des voitures flotter avec les épaves de maisons détruites.

J’ai grandi ici, mes camarades de classe et mes amis vivent ici. Je suis tellement triste de voir que mon quartier où je jouais avec mes amis est maintenant détruit” Presse Associée Par appel vidéo depuis son domicile à Atami.

Un homme regarde les sauveteurs poursuivre leurs recherches sur le site de la coulée de boue d'Izusan à Atami, dans la préfecture de Shizuoka, au sud-ouest de Tokyo.

Kyodo News/AFP

Un homme regarde les sauveteurs poursuivre leurs recherches sur le site de la coulée de boue d’Izusan à Atami, dans la préfecture de Shizuoka, au sud-ouest de Tokyo.

Alors que la mère de Date, qui séjournait à côté, a emménagé dans un hôtel avec d’autres évacués, l’acteur a déclaré qu’il restait à l’écart des centres d’évacuation parce qu’il s’inquiétait du coronavirus.

La région d’Izusan est l’un des 660 000 sites au Japon qui ont été désignés comme sujets aux coulées de boue par le gouvernement, mais ces désignations n’ont pas été largement diffusées et la sensibilisation du public est faible.

Début juillet, vers la fin de la saison des pluies au Japon, est souvent une période d’inondations et de coulées de boue meurtrières, et de nombreux experts affirment que les pluies empirent en raison du changement climatique.

Les secouristes poursuivent leurs recherches sur le site de la coulée de boue d'Izusan à Atami, dans la préfecture de Shizuoka, au sud-ouest de Tokyo.

Kyodo News/AFP

Les secouristes poursuivent leurs recherches sur le site de la coulée de boue d’Izusan à Atami, dans la préfecture de Shizuoka, au sud-ouest de Tokyo.

Alors que d’autres régions du pays s’attendent à de fortes pluies, les autorités ont exhorté les habitants des collines dans les zones vulnérables à faire preuve de prudence. Le radiodiffuseur public NHK a diffusé lundi une émission sur les facteurs de risque et les signes avant-coureurs pouvant précéder un glissement de terrain.

Il y a un an, des inondations et des coulées de boue causées par des pluies torrentielles à Kumamoto et dans quatre autres préfectures de la région de Kyushu, dans le sud du Japon, ont fait près de 80 morts.

En juillet 2018, des collines se sont effondrées dans des quartiers résidentiels surpeuplés d’Hiroshima, tuant 20 personnes. En 2017, des coulées de boue et des inondations dans la région de Kyushu ont fait 40 morts.

Miyoko Okamoto, une employée d’une maison de retraite, a déclaré que la coulée de boue s’était approchée de sa maison mais qu’elle l’avait ratée avec beaucoup de difficulté. Elle et son fils se sont enfuis de la maison, tandis que son mari, un chef d’association communautaire, escortait les voisins vers un terrain plus sûr.

Okamoto a déclaré qu’elle n’était pas rentrée chez elle depuis l’évasion parce qu’elle aidait les résidents de la maison de retraite. “Nous avons eu de la chance d’avoir survécu, et c’est le plus important”, a-t-elle déclaré.

Mais son voisin cherche toujours sa femme. “Ce sont de bons amis à nous”, a-t-elle dit,

“Ça me fait mal au coeur”

Les reporters d’Associated Press Haruka Noga et Yuri Kageyama ont contribué à ce rapport.

Lothaire Hébert

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer