World

Coronavirus Covid 19 : Singapour est fortement vacciné, mais il est assiégé par le Delta

La variante delta est une souche hautement contagieuse du virus SARS-CoV-2.

Après avoir déployé un vaccin réussi, Singapour était prête à passer d’une approche de tolérance zéro à long terme à Covid-19 à vivre avec le virus et à rouvrir au monde.

Mais une nouvelle épidémie de la variante delta hautement contagieuse a mis un frein à tout nouvel assouplissement des restrictions, les autorités avertissant qu’elles pourraient devoir réimposer des mesures si le virus ne peut pas être contenu.

Le nombre d’infections à Singapour a doublé la semaine dernière, selon le ministère de la Santé du pays, signalant 1 325 cas au cours des sept derniers jours, contre 723 la semaine précédente.

Le chef du groupe de travail Covid-19 de Singapour, Lawrence Wong, a déclaré lundi qu’il ne s’agissait pas seulement du nombre total de cas quotidiens du gouvernement, mais du « taux de propagation du virus ».

Il a déclaré que le taux de réplication du virus est actuellement supérieur à un cas « si nous poursuivons cette voie d’infection, cela signifie que nous pouvons avoir 1 000 cas en deux semaines, ou peut-être 2 000 cas en un mois ».

« Nous savons d’après les expériences d’autres pays que lorsque les cas augmentent très fortement, il y aura plus de cas en soins intensifs et plus de personnes succomberont au virus. »

Wong a déclaré que l’épidémie avait mis fin à toute nouvelle réouverture, car les responsables ont annoncé une interdiction des rassemblements et des interactions sur les lieux de travail et ont exhorté les gens à limiter tous les événements sociaux non essentiels.

READ  Le vaccin de Moderna à son tour autorisé aux États-Unis

Il a déclaré que les autorités sanitaires essaieraient de « défendre » les cas et les grappes et de mettre en œuvre une recherche des contacts plus agressive pour contrôler l’épidémie sans resserrer davantage les restrictions – un reflet de la nouvelle politique de Singapour, des taux de vaccination élevés et de la capacité à maintenir le niveau. Dès l’ouverture, même avec un nombre élevé d’infections.

« Malgré nos efforts, nous avons constaté que le nombre de cas graves nécessitant de l’oxygène en réanimation est en forte augmentation, nous n’aurons d’autre choix que de durcir notre situation globale, donc cela ne doit pas être exclu », a-t-il prévenu.

Le message est au cœur de Singapour, qui, presque tout au long de la pandémie, a suivi l’objectif de Covid Zero – fermer les restaurants, fermer les frontières et faire respecter la distanciation sociale pour ce faire, comme en Nouvelle-Zélande.

Mais en juin, le gouvernement a annoncé qu’il prévoyait de passer à une stratégie Live With Covid, dans laquelle il essaierait de contrôler les épidémies de vaccins et de surveiller les hospitalisations plutôt que de restreindre la vie des citoyens.

« La mauvaise nouvelle est que Covid-19 pourrait ne jamais disparaître. La bonne nouvelle est que nous pouvons vivre avec lui normalement parmi nous », a écrit Wong, avec le ministre du Commerce Gan Kim Young et la ministre de la Santé Aung Yi Kong. éditorial à l’époque.

« Nous pouvons transformer l’épidémie en quelque chose de moins menaçant, comme la grippe, la fièvre aphteuse ou la varicelle, et continuer notre vie. »

READ  Afghanistan : les talibans tirent en l'air en fête, faisant deux morts

Jeremy Lim de l’Université nationale de Singapour a déclaré au South China Morning Post que la décision de suspendre tout nouvel assouplissement des restrictions était basée sur des modèles épidémiologiques et des préoccupations théoriques « compréhensibles ».

Mais, a déclaré le Dr Lim, les paroles de Wong étaient « une pilule amère à avaler par la grande majorité des Singapouriens qui ont fidèlement suivi les directives du gouvernement et s’attendaient à ce que septembre annonce le plein début de l’ère de la résistance à Covid ».

Les clients se détendent dans un café en plein air dans le quartier central des affaires de Singapour cette semaine.  Image/Getty Images
Les clients se détendent dans un café en plein air dans le quartier central des affaires de Singapour cette semaine. Image/Getty Images

David Allen, conseiller principal pour les maladies infectieuses à la NUS Yong Yoo Lin School of Medicine, a accepté.

Le Dr Allen a déclaré au SCMP que les Singapouriens sont de plus en plus informés et mieux informés sur le virus, ce qui, avec la fatigue pandémique, est susceptible d’entraîner plus d’irritation face aux restrictions qu’aux cas.

« D’une part, Singapour a déclaré qu’il était prêt à passer à la phase suivante de la pandémie, qui doit impliquer un certain degré de dispense, et l’acceptation des cas augmentera. Cependant, lorsque les cas augmentent, il y a tension et un resserrement de la situation », a déclaré Alex Cook, vice-doyen. Recherche à l’Université de Nouvelle-Galles du Sud à la Sue Sea Hook School of Public Health ».

« Si Singapour n’est jamais disposé à permettre que le nombre de cas augmente, il sera bloqué dans la lutte contre l’épidémie pendant des années. »

Selon le chef du Réseau mondial d’alerte et d’intervention en cas d’épidémie de l’OMS, Dale Fisher, la stratégie de sortie de Singapour était à juste titre « alerte et progressive ».

READ  la terrible courbe de la mortalité croissante dans le monde

Le Dr Fisher a déclaré que la récente augmentation du nombre de cas fournissait une mesure du nombre de cas hospitalisés, incitant les autorités à assouplir les activités sociales afin de ralentir le taux d’augmentation.

« Si un grand nombre de cas se traduit par un grand nombre nécessitant une hospitalisation, des procédures de réadmission agressives seront nécessaires pour l’inverser », a-t-il déclaré. « Une stratégie de sortie plus progressive nous permet de surveiller et d’atténuer au fur et à mesure. »

Le personnel s'occupe des passagers après leur arrivée à l'aéroport international de Changi en juillet.  Image/Getty Images
Le personnel s’occupe des passagers après leur arrivée à l’aéroport international de Changi en juillet. Image/Getty Images

« Il y a beaucoup de préoccupations alors que nous avançons étape par étape, après avoir eu un si bon contrôle pendant la pandémie, pour changer de cap maintenant et permettre au nombre de cas de dériver. »

Claire Hooker, maître de conférences en sciences humaines de la santé et de la médecine à l’Université de Sydney, a fait écho au point de vue du Dr Fisher. Elle a déclaré qu’expliquer la pandémie et comment un pays survivrait avec Covid-19 n’était pas aussi simple que d’encourager les gens à se faire vacciner.

« Dire aux gens de vivre avec Covid-19 est plus compliqué en partie parce que nous sommes de retour dans l’incertitude et que des dispositions seront prises rapidement », a-t-elle déclaré.

« Vous ne pouvez pas donner aux gens un simple message affirmatif. »

Lothaire Hébert

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer