Economy

Contribuables français, les entreprises suisses ne peuvent pas prétendre à des avantages fiscaux réduits en invoquant des conventions fiscales avec d’autres membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques

Les branches indiennes des sociétés de France et des Pays-Bas ne bénéficieront désormais plus d’un taux d’imposition réduit de 5% lors du transfert de dividendes à leurs sociétés mères à l’étranger. L’autorité fiscale directe de l’Inde a déclaré jeudi que les contribuables de ces pays ne peuvent pas appliquer les avantages offerts par les conventions fiscales de l’Inde avec la Colombie et la Slovénie en profitant de la clause de la nation la plus favorisée.

Des pays comme la France, la Suisse et les Pays-Bas ont récemment affirmé que la retenue à la source de l’Inde ne devrait pas dépasser le taux stipulé dans les conventions avec la Colombie, la Slovénie, etc., qui est à un taux inférieur de 5 %, par opposition au taux d’imposition normal de 15 %. %.

Le Conseil central des impôts directs, dans un bulletin, a déclaré que la Lituanie et la Colombie sont devenues membres de l’Organisation de coopération et de développement économiques après avoir signé la convention fiscale avec l’Inde et que, par conséquent, ces conventions ne peuvent pas être appliquées à tous les pays.

Elle a indiqué que les décrets unilatéraux, émis par ces pays (France, Suisse et Pays-Bas) déclarant qu’ils peuvent bénéficier des réductions d’impôts appliquées en raison de la nation la plus favorisée n’étaient que le reflet de l’entente des pays concernés et ne confirmaient pas la position de l’Inde sur cette question.

La CBDT a déclaré que l’Inde se réserve le droit d’appliquer une retenue à la source aux taux stipulés dans les conventions fiscales et les traités pertinents avec la Colombie et la Slovénie et peut faire l’objet d’une interprétation commune.

READ  Un avion tactique français 400M arrive à Jodhpur pour l'exercice Desert Knight 21-ANI

Elle a ajouté que l’importation de taux préférentiels en invoquant une clause NPF ne pouvait pas être effectuée de manière sélective et que le bénéfice du faible taux ou de la gamme restreinte de taxes à la source ne serait disponible que lorsque les conditions spécifiées dans la publication étaient remplies.

Les experts affirment que cela aura un impact sur les armes indiennes pour les entreprises situées dans ces pays et ils ont été impliqués dans un procès avec les autorités fiscales indiennes.

« Ceci est important étant donné qu’il y a eu des décisions récentes de la Cour suprême en faveur des contribuables sur cette question qui ont confirmé l’applicabilité de taux de retenue d’impôt inférieurs en utilisant une clause NPF basée sur le principe d’interprétation commune. Bien que la publication indique clairement que les décisions existantes déjà en place ne seront pas affectées. L’intérêt des contribuables et les contribuables demandant des remboursements ou cherchant à obtenir des déductions fiscales réduites seront affectés par cette circulaire », a déclaré Sudin Sabnis, associé, Nangia Anderson LLP.

Il a ajouté que plusieurs décisions de la Cour suprême ont également été portées en appel par le service des impôts de la Cour suprême, et cette publication pourrait donner une nouvelle dimension à la question de savoir si l’interprétation dans les décrets unilatéraux des Pays-Bas et de la France reflète vraiment une interprétation commune.

Beaumont-Lefebvre

"Food lover. Alcohol advocate. Problem solver. Coffee expert. Internet maven for hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer