entertainment

Comment Yana Titova a immortalisé l’image époustouflante de l’école bulgare avec sa « Diada ».

Il y a quelque chose de très élégant, de très moderne et de très sexy dans le style de Yana Titova. Une petite dose de fragilité de la céramique, de profondeur de vision et de détermination face à toutes les difficultés.

Cela se voit non seulement dans le jeu, mais aussi dans sa direction – et ce n’est pas un hasard si « La Potion du bonheur » est devenu le film bulgare le plus ancien de ces dernières années.

Évidemment, les sujets difficiles à avaler n’effraient pas du tout Yana, qui s’y abandonne sans crainte et vit des années avec ses personnages.

« Diada » – son deuxième long métrage, déjà récompensé et reconnu dans le monde entier – en est la preuve définitive.

Et le premier roman du même nom, dans lequel se révèle le monde de Dida, 16 ans, qu’elle veut et ne veut pas connaître, nous éloigne immédiatement de la certitude de son achèvement, avec la capacité certaine de Jana à peindre des mondes. à travers les mots aussi.

C’est pourquoi nous n’avons pas pu nous empêcher de parler avec Yana Titova, cette femme sensible mais absolument incassable. Nous l’avons invitée à participer au podcast Front Page parce que nous étions en quelque sorte convaincus qu’elle avait une histoire ou deux à partager.

Écoutez-les ici :

Bien sûr, nous avions tout à fait raison. Parce que pour quelqu’un qui prétend ne pas aimer parler d’elle, Yana s’est littéralement lancée dans la conversation avec des histoires si incroyables qu’elles semblaient tirées d’un film.

READ  L'art comme salut : ce que l'on ne sait pas sur Svejn Mladenov du "Walk of Fame" - Izvestny

C’est comme refuser un rôle dans une série alors qu’elle travaille encore au Théâtre National, même si son salaire actuel est égal à l’argent que je dois dépenser en loyer.

Ou celle qui, avec seulement 35 euros en poche et une chaussure trouée, s’est rendue au Berlinale Talent Campus et a complètement réorganisé ses idées sur l’art.

La chaussure n’a finalement pas été sauvée malgré une seconde intervention de colle. Mais au prix de cela, tout un monde s’ouvre à cette tête folle, que Yanshi appelle son « alter-ego ».

Elle parle de cette formation : « Soit nous n’avons reçu aucune information, soit tout simplement le modèle d’enseignement de certaines choses (ndlr en Bulgarie) était très ancien, mais je ne connaissais pas certaines techniques de jeu plastique que connaissaient tous les autres acteurs. » .

Vient ensuite la rencontre et l’amour avec Alek Alexeev, qui lui explique courageusement que « le monde est très grand en réalité, et les rêves peuvent être encore plus grands et plus audacieux ».

« Je sais que le monde peut continuer avec ou sans mon art, mais c’est très important pour moi, et je sais que si je peux le faire comme je le crois, cela deviendra important pour les autres », déclare Jana. Sa créativité.

Nous arrivons donc au film et au livre Dyad vivant leurs propres vies parallèles dans son esprit, ainsi que des événements et des activités très banals et ordinaires.

Photo : Svetoslav Stoyanov

Margarita Stoykova dans le rôle de Dida dans une photo du film « Diada »

READ  Quelques jours avant sa mort : la photo montre Matthew Perry avec des amis

Il dit à propos du film, qui sera projeté en salles le 10 novembre : « Il y a beaucoup d’histoires à l’intérieur, dont certaines sont entendues, certaines des miennes, certaines sont des coupures de journaux, et certaines d’entre elles sont directement liées à moi et a laissé une très forte impression.

Nous parlons également de la façon dont est née l’idée de « Diada », de qui est réellement Diada et de la différence entre écrire un scénario et écrire un roman.

« Ici (éditeur avec livres), il y a une liberté que je n’ai jamais connue auparavant. Je pouvais faire ce que je voulais – je n’avais pas besoin de penser aux budgets, à la manière dont nous allions le tourner, à la manière dont nous allions le faire. », explique Yana : « Pour le tourner… vous avez une page blanche, mais aussi toute la liberté sur le monde ».

Nous nous concentrons également sur la réalité irréelle que crée la littérature, en particulier – Haruki Murakami ; Trouver la « clé » dans l’écriture d’histoires – le moment où le puzzle se met complètement en place ; C’est la responsabilité de raconter son histoire. La lecture est un refuge quand « tout le reste s’arrête ».

Peut-être pour la première fois avec nous, Jana a également partagé avec nous l’habitude de lecture la plus scandaleuse et la plus subtile dont nous ayons jamais entendu parler. Bien entendu, nous n’allons pas vous dire ce que ça fait d’écouter un podcast.

Faites-nous confiance, vous vous demanderez aussi pourquoi il le fait… et vous aurez envie de l’essayer.

READ  Vins de la Maison Joseph Drouhin de Geoffrey Chambertin et Santenay en France

Tourbillonnant et totalement inébranlable, c’est ce que nous avons ressenti à propos de Piana. Nous pensons que c’est ainsi que vous le verrez et l’entendrez également. Si vous vous sentez plus à l’aise, écoutez son épisode Front Page sur Spotify :

Cet épisode vous parvient avec le soutien d’Alcohol F2F De New Bloom Winery, parce que chaque livre est accompagné d’un verre de bon vin.

Le podcast Front Page, un projet commun entre Webcafe.bg et With Books Under the Covers, vous rencontre avec des personnes intéressantes et inspirantes de différents domaines, afin qu’elles puissent vous parler de leur vie, de leur parcours professionnel, de leurs goûts et orientations littéraires. Tout le reste, que nous pensons leur demander.

Un nouvel invité et des recommandations de nouveaux livres vous attendent dans chaque prochain épisode de « The Front Page » – toujours le jeudi toutes les deux semaines.

Pour ne jamais manquer un épisode, vous pouvez vous abonner au podcast sur l’un de ces sites ou utiliser n’importe quelle application d’écoute de podcast :

Podcasts Apple/iTunes

Podcasts Google

Spotify

Discipline

Myrtille

boîte à fonte

PocketCasts

Écrivain et auteur du roman "Rana" Il est revenu au podcast "première page"

Juliette Deforest

"Évangéliste de télévision. Communicateur sans excuse. Fanatique de bacon primé. Accro de la nourriture en général."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer