Economy

Comment Macron a volé la Marche sur la Grande-Bretagne – en s’arrêtant au net zéro

Emmanuel Macron a eu un ressort dans sa démarche en enfilant un casque pour rejoindre les ouvriers d’une usine d’aluminium à Dunkerque.

Le président français était sur place pour annoncer la récente décision de ProLogium, un fabricant taïwanais de batteries automobiles, d’installer sa première usine offshore dans la ville du nord, libérant 5,2 milliards d’euros (4,5 milliards de livres sterling).

Mais il avait également un autre message pour son auditoire : que de nouveaux investissements dans les usines sont menacés à moins que la France et l’Union européenne n’appuient temporairement sur les piles vertes de lois et de règlements qui sortent de Bruxelles.

Il a déclaré que l’Europe avait déjà fait plus que des pays comme l’Amérique et la Chine, et que de nouvelles modifications des normes la placeraient dans une situation de désavantage concurrentiel.

« Je préfère les usines qui respectent nos normes européennes, qui sont les meilleures, plutôt que celles qui veulent encore ajouter des normes et toujours plus – mais sans avoir plus d’usines », a-t-il déclaré au public ce mois-ci.

Macron mettait l’accent sur un discours qu’il avait prononcé la veille à l’Elysée. Dans le cadre de sa stratégie industrielle verte, le président français a appelé à une « pause réglementaire européenne », ajoutant : « Nous avons déjà adopté beaucoup de réglementations au niveau européen, plus que nos voisins… Maintenant, nous devons mettre en œuvre, pas apporter de nouvelles modifications aux règles, sinon nous perdrons tous les joueurs. »

Plus tard, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire a soutenu son patron en déclarant à la télévision française : « Il y a des règles, ce sont les plus exigeantes de toute la planète. Au lieu de toujours vouloir les renforcer, il faut les appliquer. »

READ  La Chine lève les restrictions complètes sur les visas imposées aux étrangers

Les transitions à travers l’eau posent des questions de recherche au Royaume-Uni, quant à savoir si l’assouplissement de la transition verte dans l’UE pourrait également désavantager les entreprises britanniques. Un pays peut-il appliquer certaines des règles environnementales les plus strictes au monde tout en protégeant la compétitivité de sa base industrielle ?

Et alors que l’Europe arrête sa course vers le net zéro, la Grande-Bretagne risque-t-elle de devenir de plus en plus isolée ?

Ondes de choc dans l’Union européenne

Les commentaires reflètent l’inquiétude croissante des politiciens de centre-droit que des réglementations vertes plus strictes en Europe rendent le continent moins attrayant pour les investisseurs, qui pourraient se rendre aux États-Unis ou en Chine et obtenir beaucoup plus de soutien tout en faisant face à beaucoup moins d’exigences.

Ces inquiétudes ont été amplifiées en Allemagne, où l’acquisition de la société de pompes à chaleur et de climatisation Fissmann par son rival américain Carrier Group a suscité des inquiétudes quant au déclin de la fabrication.

Pendant ce temps, en France, Macron et Marine Le Pen, son grand rival aux élections présidentielles de 2017 et 2022, se sont disputés à plusieurs reprises au sujet de la fermeture d’usines dans le nord du pays, dont une usine de sèche-linge Whirlpool à Amiens.

Cependant, les propos de Macron ont suscité l’indignation des politiciens verts et de gauche.

a déclaré Insoumise Manon Aubry, eurodéputée et ancienne porte-parole d’Oxfam qui co-préside La France Insoumise.

David Corman, député européen et secrétaire national du Parti européen de l’écologie de centre-gauche, a comparé les commentaires à « l’arrêt de la construction de la maison avant que le toit ne soit terminé ».

READ  Les transports en France face à une nouvelle journée de grèves

« Nous ne pouvons pas vivre dans une maison sans toit », a-t-il ajouté. « quand [Macron] Cela envoie un message comme celui-ci à l’Europe, cela donne le signal que nous pouvons nous arrêter à mi-chemin. »

L’organisation caritative verte Friends of the Earth a également critiqué les commentaires comme « irresponsables » et un « dangereux aveu d’échec ».

Pourtant, les commentaires de Macron ont envoyé des ondes de choc dans l’ensemble de l’establishment européen, se reflétant jusqu’à Bruxelles, où Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission européenne, a rapidement reconnu qu’il était « important de réfléchir à la capacité d’absorption » des nouvelles réglementations climatiques. partout dans le monde. UE.

Le Berlaymont et l’Elysée ont mené des batailles à grande échelle sur les questions écologiques ces derniers mois, avec des quartiers de Bruxelles et de Paris arrêtés lorsque des agriculteurs conduisant des milliers de tracteurs ont envahi les rues pour protester contre les nouvelles normes environnementales.

Beaumont-Lefebvre

"Food lover. Alcohol advocate. Problem solver. Coffee expert. Internet maven for hipsters."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer