Top News

Ce centre médical en France compte 5 000 patients mais pas de médecins

Un centre médical de l’est de la France a été confronté à une situation désespérée lorsque ses trois derniers médecins ont pris leur retraite, laissant des milliers de patients sans accès adéquat aux soins de santé.

Dans le sud de la France, environ 5 000 patients se sont retrouvés sans soins après le départ à la retraite de trois médecins d’un centre médical de Mulhouse.

publicité

Depuis leur départ le 1er juillet, les seuls personnels soignants du centre du quartier populaire de Purtzwiller sont des infirmiers et des kinésithérapeutes.

La recherche infructueuse des successeurs des médecins a commencé il y a plusieurs années. « Nous n’avons jamais réussi à trouver quelqu’un pour travailler avec nous », a déclaré Isabelle Willemin, qui pratique le sport depuis 36 ans à Purtzwiller.

Il y a plusieurs raisons à cela. Le principal d’entre eux est que Mulhouse n’est pas un lieu de vie attrayant pour les jeunes, selon Mehdi Kassem, un médecin généraliste de 34 ans qui a choisi de résider dans une autre partie de l’agglomération.

Il a ajouté que les jeunes médecins « donneront la priorité à la vie de famille ». Le père de Qasim était également médecin. Il se dit « totalement absorbé par l’hôpital ».

‘Il est effrayant

Depuis que les trois médecins ont pris leur retraite, leurs patients se sont tournés vers les médecins SOS, les services d’urgence ou les centres de soins non programmés.

Toutes ces options ne se substituent pas à un suivi régulier par un médecin, selon Frédéric Treniszewski, président de SOS Médecins Mulhouse.

Désormais seules en première ligne, les infirmières tentent de faire face du mieux qu’elles peuvent. « En ce moment, on tient bon », a déclaré Céline Bohrer, une infirmière de 43 ans.

READ  Les WU17 ont été battus de peu par la France

Avant de partir, a expliqué Willemin, les trois médecins ont rédigé des « prescriptions pour 12 mois » pour les patients atteints de maladies chroniques.

Pendant ce temps, Jacqueline Schreiber, 79 ans, qui vit à côté du centre médical de Purtzweiler, est inquiète.

« Il est effrayant […] « Qu’adviendra-t-il de nous s’il n’y a plus de médecins ? », a-t-elle dit.

« Je me débrouille toujours. Mais il y a tellement de gens qui sont alités et qui ne peuvent rien faire. Ils ont absolument besoin d’un médecin. »

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer