Tech

Cafetière automatique Philips Series 5400 avec test du moulin: un écran superbement exploité

Cela semble être une tendance fondamentale: certains fabricants utilisent de plus en plus des icônes colorées et très détaillées pour orner les boutons de sélection de boissons. C’est le cas de Siemens sur leiQ500 Integral TQ503R01 et Philips reprend cette idée. On aime ou pas, mais la série 5400 est donc beaucoup moins discrète que la Beko CEG5301X, par exemple, beaucoup plus sobre. De plus, ce beau bébé – majoritairement en plastique, dommage – prend de la place puisqu’il faut prévoir un emplacement d’au moins 23 cm sur 43 cm. Et comme il pèse 8 kg, évitez de le placer sur une étagère, à moins qu’il ne soit solidement fixé au mur.

La série 5400 est un peu encombrante.

Heureusement, cette émeute de couleurs, d’écrans et de boutons remplit sa fonction avec brio puisque vous maîtrisez la fabrication d’un café en moins de temps qu’il n’en faut pour le boire. L’écran fournit une aide bienvenue avec des indications écrites ou des règles, de sorte que vous savez en un coup d’œil si une opération de maintenance doit avoir lieu ou quelle quantité de café sera distribuée et quelle sera son intensité. . En effet, pour préparer un café, on sélectionne d’abord la recette de base en touchant l’une des icônes du panneau de commande, puis on ajuste certains paramètres (intensité, longueur et double distribution pour les boissons caféinées ou quantité de lait pour les préparations) si nécessaire avant commencer la formule.

Le panneau de commande est très ergonomique.

Le panneau de commande est très ergonomique.

Notez que toutes les recettes disponibles ne sont pas directement accessibles en appuyant simplement sur les touches de raccourci de la face avant: il faut passer par la catégorie Plus de boissons et y naviguer à l’aide des touches haut et bas pour accéder à certaines recettes plus confidentielles comme Flat White. Bon point, la sélection de boissons en accès direct faite par Philips est pertinente et on découvre les préparations qui seront, théoriquement, les plus demandées.

La prise en main est donc très intuitive et on regrette d’autant plus que Philips ne donne pas suite à ses idées et cache le réglage de la température de la boisson – trois niveaux disponibles – au sein de l’onglet paramètres. Bien sûr, on évite les manipulations ésotériques associant combinaisons de touches et temps d’appuis, ainsi que des indications cryptiques à base de diodes fixes, éteintes ou clignotantes, mais on aurait apprécié de pouvoir choisir la température de son petit noir à la volée, juste avant extraction.

Une diode colorée (ici rose) indique le profil sélectionné.

Une diode colorée (ici rose) indique le profil sélectionné.

Grâce aux profils, chaque membre de la famille peut facilement retrouver ses paramètres. Il vous suffit de choisir le bon profil symbolisé par une couleur (bleu, vert, rose et jaune) pour avoir votre boisson personnalisée. Sa mise en place est également extrêmement simple puisque les paramètres sont conservés dès que l’utilisateur appuie sur le bouton qui lance la préparation. De plus, les détails de chaque recette sont enregistrés: chacun a son propre espresso, cappuccino, latte, etc. Si vous souhaitez expérimenter un latte macchiatto tout au lait, rien n’empêche de ne pas activer les profils. Ball, on vous dit!

Le système Latte Go.

Comme l’écrasante majorité des cafetières concasseuses Philips proposant des boissons lactées, la série 5000 abrite la carafe Latte Go désormais bien connue. L’idée est de simplifier l’entretien de cet accessoire en donnant accès à l’intérieur de la pipe à lait. La carafe se compose de deux parties. Le premier, transparent, contient le lait et le fabricant a creusé un canal que le second recouvre lorsqu’il est clipsé. En supprimant la partie noire, le circuit de lait est donc mis à jour pour un nettoyage en profondeur. Les utilisateurs plus soucieux d’hygiène apprécieront la simplicité et l’efficacité de la maintenance.

La trappe ouverte accueille le café moulu.

La trappe ouverte accueille le café moulu.

Le réservoir de la série 5400 se trouve sur son côté droit et peut être retiré pour un remplissage facile, tandis que le repositionnement n’est pas plus difficile. Quant au ravitaillement du bac à grains d’une contenance de 275 g (dans lequel se trouve également le bouton de réglage de la finesse de mouture) et placé sur le dessus de l’appareil, cela ne pose pas de problème, pas plus.

Que la lumière soit !

Bien entendu, il est possible d’ajuster la hauteur des buses de distribution, de 9 cm à 15 cm. Ils sont dépourvus de lumière, car Philips les a placés juste au-dessus, sous un rebord formé par le panneau de commande.

La première opération de maintenance a lieu à la mise sous tension de la série 5000; les buses sont nettoyées automatiquement, comme c’est le cas sur de nombreuses autres cafetières avec moulin dans notre comparaison.

L'utilisateur est pris par la main.

L’utilisateur est pris par la main.

Grâce à l’écran, l’utilisateur est informé des dispositions à prendre pour entretenir son appareil. Il indique clairement qu’il est temps de vider le bac à marc ou de procéder au détartrage. Bon point, le panneau de contrôle héberge un bouton Clean. La toucher ouvre une page sur laquelle toutes les opérations de maintenance pouvant être effectuées sont regroupées. En en sélectionnant un, l’utilisateur est guidé pas à pas à travers les différentes opérations.

Vous pouvez accéder au groupe d'extraction sans souci.

Vous pouvez accéder au groupe d’extraction sans souci.

Si cela ne suffisait pas, Philips donne accès à l’unité d’extraction. Pour le retirer, vous devez d’abord retirer le réservoir d’eau avant d’ouvrir la trappe. Les premières fois, il n’est pas si facile de le retirer de son logement, mais on s’y prend assez rapidement. Ainsi, l’unité d’extraction se nettoie facilement, mais aussi l’intérieur de la cafetière, ce qui évite la prolifération de saletés et de moisissures.

Il ne reste plus qu'à le passer sous l'eau.

Il ne reste plus qu’à le passer sous l’eau.

Le bac d’égouttage est un peu grand à notre goût, alors faites attention de ne pas le renverser lorsque vous le transportez dans l’évier pour le vider. Philips l’a cependant équipé d’un bec verseur pour faciliter l’opération.

L'encoche à l'extrême droite fait office de bec.

L’encoche à l’extrême droite fait office de bec.

Le temps nécessaire avant que la série 5400 ne se mette en veille peut facilement être réglé sur 15, 30, 60 ou 180 minutes – nous ne saurions trop vous recommander de choisir le temps le plus court. En effet, en attendant les commandes, il engloutit 3,9 W (ce qui est beaucoup pour une cafetière automatique avec moulin) à cause des multiples diodes allumées, bien sûr, mais surtout à cause de l’écran. Une fois en veille, les besoins énergétiques sont nuls.

Ce modèle est pris lors de la préparation du café. En effet, à raison de trois expressos et de trois cafés longs par jour, il consomme 0,069 kWh, soit un coût de 14,7 centimes d’euro par mois sur la facture d’électricité.

Points forts

  • Simplicité de manipulation.

  • Personnalisation étendue des boissons.

  • Quatre profils pour enregistrer les paramètres.

  • Entretien facile.

Points faibles

  • Réglage de la température moins accessible que le reste des préférences.

  • Café lent à couler.

  • Consommation d’énergie.

  • Bruit fort pendant une courte période lors du rinçage des buses.

Conclusion

nous avons testé nous avons aimé

La série 5400 de Philips a beaucoup dans sa manche et son écran n’est pas le moindre. À lui seul, il facilite la manipulation et facilite la maintenance. De plus, les nombreuses possibilités de personnalisation des recettes, ainsi que le système de profilés apportent un réel confort. Malheureusement, tout n’est pas parfait et ce modèle gourmand en énergie est un peu lent à faire couler le café. Ce qui n’aide pas, le rinçage des buses provoque un bruit bref, mais très désagréable qui se réveille beaucoup plus sûrement que le café le plus fort.

Notes secondaires

  • Facilité d’utilisation

  • Facilité d’entretien

  • La vitesse

  • Consommation d’énergie

  • Bruit

READ  Apple coupe ses liens avec Pagatron, l'un de ses principaux fournisseurs

Cunégonde Lestrange

"Gourou de Twitter. Écrivain en herbe. Fauteur de troubles typique. Entrepreneur. Étudiant hipster."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer