Top News

Bleus de Paris : la France en a marre de ses dirigeants pauvres – et parfois –

Il y avait quelque chose de sinistre et de comique là-dedans Nicolas SarkozyA la barre des témoins la semaine dernière. L’ancien président français, vêtu de son habituel costume-cravate noir, le visage recouvert d’un masque noir, a caressé une silhouette triste, presque menaçante face à un panel de trois juges. Pendant les trois heures d’interrogatoire, sa voix initialement sobre est devenue forte et aiguë. Il se leva sur la plante des pieds, agita les mains en l’air, agita le doigt sur le banc et écarta les bras, comme un chef d’orchestre dirigeant une symphonie incomplète. Incomplet car le final – le verdict – est encore à venir. Mais il ne faisait aucun doute que Sarkozy était face à la musique.

Il n’était pas seul. En plus de l’ancien président de 66 ans, 13 accusés sont jugés pour des violations des dépenses électorales résultant de l’échec de la candidature de Sarkozy à la réélection de 2012. L’affaire comprend deux allégations connexes : le dépassement du plafond légal des dépenses de campagne ainsi que la fabrication d’un faux système de facturation pour masquer les dépenses réelles. Sarkozy lui-même n’est accusé que de financement illégal de campagne, passible d’une peine pouvant aller jusqu’à un an de prison s’il est reconnu coupable. (L’ancien président nie les accusations, comme la plupart des autres accusés. Certains font face à des accusations plus graves et à une peine de prison plus lourde.)

Le mécanisme derrière ce prétendu stratagème financier était en fait assez simple – sinon simple. Une fois que les responsables de la campagne ont été avertis qu’ils approchaient des limites autorisées, ils auraient triomphé de la société qui a produit les rassemblements de rock star de Sarkozy pour rediriger leurs factures de la campagne du président vers son parti politique de centre-droit. Le parti, alors connu sous le nom d’Union pour un mouvement populaire et maintenant appelé les Républicains, n’était soumis à aucune restriction de dépenses. Cela semblait être une idée brillante – jusqu’à ce que plusieurs médias français apprennent le stratagème présumé et dénoncent en 2014. Les enquêteurs médico-légaux ont découvert que la campagne de Sarkozy avait déjà dépensé près du double de la limite légale – l’équivalent de 26,9 millions de dollars. La grande question était de savoir qui a conçu et commandé cette astuce audacieuse ?

READ  Un analyste exhorte la France à soutenir la position du Maroc sur le Sahara occidental

Sous l’interpellation incessante du juge en chef Caroline Feige, Sarkozy a insisté sur le fait qu’il ne voit rien, ne sait rien et ne fait rien pour les faux billets. Cependant, au final, il n’a pas pu échapper au fait qu’en tant que candidat il était à la tête de sa campagne et qu’il était en définitive responsable de ses excès. Sarkozy a soutenu avec indignation le contraire : ” Ai-je une responsabilité politique ? Oui ! Ai-je une responsabilité punitive ? Non ! Parce que je n’avais aucune intention frauduleuse. ” Les procureurs n’étaient pas impressionnés. À l’issue de leur affaire contre lui, ils ont exigé la peine maximale d’un an de prison – six mois avec sursis et six mois difficiles. Les juges rendront leur décision à l’automne.

Sarkozy n’est pas étranger au banc des accusés. En mars, il a été condamné, avec son avocat et un ancien juge, dans un stratagème de corruption : Sarkozy a proposé d’aider un juge à obtenir un poste prestigieux à Monaco en échange d’informations judiciaires protégées d’une enquête distincte impliquant le ancien président. Bien que l’échange n’ait jamais été effectivement réalisé, les trois hommes ont été reconnus coupables d’association de malfaiteurs et condamnés à des peines identiques : trois ans de prison dont deux ans avec sursis, soit au moins un an de détention ou, plus vraisemblablement, assignation à domicile. (L’affaire est en appel). Cela a donné à Sarkozy la distinction douteuse qu’il était le deuxième ancien président français, après Jacques Chirac, à recevoir une peine de prison. Les ennuis de Sarkozy ne sont pas terminés : Sarkozy fait actuellement l’objet d’une enquête pour avoir prétendument reçu des contributions politiques illégales de l’ancien dirigeant libyen Mouammar Kadhafi. Sarkozy nie ces allégations. Que Sarkozy soit ou non traduit en justice dans cette affaire, ses espoirs d’un éventuel retour politique ont été anéantis.

READ  Egan Bernal revient pour concourir en France - VeloNews.com

Sarkozy et ses défenseurs affirment qu’il a été injustement pris pour cible par des juges de gauche. Cependant, il est difficile d’échapper à la conclusion que son sort est enraciné dans ses fautes morales. “Nous regardons un président qui a accumulé des mises en examen judiciaires sans précédent dans l’histoire de France”, Fabrice Orfi Journaliste du site d’investigation Mediapart, qui a contribué à exposer le scandale présumé de la campagne. Cela fait penser à Trump, Berlusconi ou Netanyahu. C’est le même genre de personne – un populiste qui attaque le système judiciaire plutôt que de respecter les institutions qu’il est censé protéger.”

Sarkozy n’est pas le seul leader politique français à s’être retrouvé dans le collimateur des procureurs. son ancien premier ministre, François Fillon, Il a été condamné l’an dernier pour détournement de fonds publics en versant à sa femme plus d’un million d’euros sur 10 ans pour un travail fictif d’assistante parlementaire. Fillon a reçu une peine de cinq ans de prison avec sursis pendant trois ans; Son épouse a été condamnée à trois ans de prison avec sursis. L’affaire est en appel, mais le vrai mal est fait : jusqu’à ce que le scandale éclate dans la presse en 2017, Fillon regardait en route pour remporter la présidence.

La candidature de Fillon déraillé a affaibli son parti de centre-droit, Les Républicains, à un moment où la gauche traditionnelle s’effondrait également à la fin du président socialiste. François Hollande هوterme ennuyeux. Dans le vide – dansant virtuellement sur les décombres – a surgi un ancien banquier d’investissement avec un nouveau visage nommé Emmanuel Macron qui a réussi à valser à l’Elysée à l’âge de 39 ans, alors qu’il n’avait jamais brigué de mandat électif.

READ  La Papouasie-Nouvelle-Guinée, le français Total participe au projet GNL

Macron est apparu sur la scène promettant un nouveau type de politique, ni à droite ni à gauche, et il promouvait des réformes radicales visant à moderniser le pays. Mais il s’est rapidement heurté à un problème. Son plan ambitieux de restructuration du système de retraite défaillant de la France a rencontré une telle opposition qu’il a dû l’abandonner. Sa tentative d’imposer une taxe environnementale sur le gaz a déclenché une révolution nationale des soi-disant gilets jaunes qui fait rage depuis plus d’un an et pourrait à nouveau éclater dans le climat de mécontentement actuel. Bien que la situation du COVID-19 commence maintenant à s’améliorer en France, la gestion initiale de la crise par Macron a été largement considérée comme catastrophique. Ainsi, aux yeux de nombre de ses compatriotes, ce jeune président énergique était aussi décevant que les vieux dinosaures politiques qu’il cherchait à remplacer.

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer