Top News

Biden devrait se tourner vers la France pour obtenir des conseils sur le Moyen-Orient

Biden devrait se tourner vers la France pour obtenir des conseils sur le Moyen-Orient

Le président américain Joe Biden et son homologue français Emmanuel Macron. (Photo AP)

Le Grand Moyen-Orient est le deuxième endroit où la vision et l’alliance transatlantique seront confrontées au plus grand défi dans les années à venir, le premier dans les capitales occidentales. Pour la première fois depuis des décennies, avec la refonte de l’ordre géopolitique mondial, la question se pose de savoir si l’ensemble de la région du Moyen-Orient pourrait abandonner son alliance historique avec l’Occident, c’est-à-dire les États-Unis et l’Europe.
Comme nous le savons tous, les États-Unis deviennent indépendants de la région sur le plan énergétique et cherchent également à transformer et à réduire leur empreinte. D’un autre côté, l’Europe dépend toujours de la région et de la Russie pour chauffer leurs maisons en hiver. Outre le côté énergétique, les capitales occidentales décideront si elles sont prêtes à maintenir leur suprématie et à défendre leurs valeurs non seulement au Moyen-Orient mais dans le monde. Une chose est certaine: toute erreur dans la région cette fois-ci déclenchera un changement géopolitique qui aura un impact majeur sur la sécurité mondiale et des conséquences problématiques pour l’Occident.
Historiquement parlant, les décisions de Washington sur le Moyen-Orient et de nombreuses autres questions de politique étrangère semblent toujours venir après avoir pris les conseils de Downing Street. Le Royaume-Uni a toujours été un conseiller privilégié des États-Unis, sinon le plus privilégié, plus que Paris ou toute autre capitale du monde. Lorsque je discute de ce sujet avec des amis du Royaume-Uni, je leur dis toujours que je ne comprends pas pourquoi les États-Unis les écoutent autant. Ils continuent de donner de mauvais conseils aux États-Unis, et je plaisante sur le fait qu’ils le font exprès parce qu’ils sont frustrés que les États-Unis soient devenus le nouveau leader du monde, remplaçant le Royaume-Uni, et parce qu’ils en veulent à la France. , qui a soutenu l’indépendance des États-Unis. Mais quelles que soient les blagues, je pense que, du moins en ce qui concerne le Moyen-Orient, cela doit changer et Washington doit travailler plus étroitement avec Paris que toute autre capitale.
Aujourd’hui, avec des défis croissants dans le monde et en particulier au Moyen-Orient, il est nécessaire de créer un partenariat fort et renouvelé entre les États-Unis et l’Europe, en particulier la France. Il est également urgent que l’Europe se montre à la hauteur des défis auxquels elle est confrontée à ses frontières. Jusqu’à présent, malheureusement, l’Europe est apparue comme un maillon faible de l’alliance occidentale. Cette faiblesse en a parfois fait une sorte de monnaie d’échange ou quelque chose qui doit être sauvé dans les problèmes régionaux.
Les États-Unis peuvent gagner beaucoup à travailler en étroite collaboration avec la France en ces temps difficiles. La France possède une solide connaissance du Moyen-Orient, comprend ses mécanismes et a souvent une approche juste et équilibrée de ses enjeux. Plus important encore, la France – et l’Europe en général – est bien positionnée dans la région et est un partenaire engagé à long terme, rendant son processus décisionnel axé sur la stabilité à long terme et la résolution de problèmes. Le président Emmanuel Macron adopte également une approche positive envers la Russie et la Chine, ce qui est essentiel pour trouver des solutions à long terme dans la région.
L’appel de dimanche entre Joe Biden et Macron, intervenu après que le président américain s’est entretenu avec le Premier ministre britannique Boris Johnson, pourrait être le début d’un tel partenariat. Au cours de l’appel, les deux dirigeants ont identifié certains des principaux problèmes et défis auxquels sont confrontées l’alliance transatlantique et l’OTAN, y compris le Moyen-Orient, avec le processus de paix sans fin et le problème nucléaire éternel de l’Iran. En fin de compte, tous les problèmes du Moyen-Orient symbolisent les défis auxquels le monde est confronté. Cela témoigne également de l’influence croissante de la Chine, ainsi que de la Russie, et du passage potentiel vers une alliance orientale plus forte. Le dernier point sur lequel la France et les États-Unis sont désormais pleinement d’accord est le changement climatique, qui aura également un impact plus important que prévu sur notre région à plusieurs niveaux.
Ces changements géopolitiques surviennent à un moment où la pandémie de coronavirus a démontré, plus que tout, les vulnérabilités de l’Europe face à une situation difficile. Beaucoup de gens dans le reste du monde se demandent si nous assistons à la fin de l’influence occidentale. L’influence de l’Europe et des États-Unis est-elle entrée, par le biais du soft et du hard power, dans la dernière phase de déclin, notamment au Moyen-Orient? Cela a conduit à une position plus provocante et indépendante dans la prise de décision au Moyen-Orient, de la part des ennemis et amis de l’alliance transatlantique. Lorsque le secrétaire d’État américain Anthony Blinken s’est entretenu mercredi avec le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, ils ont discuté des moyens de renouveler et de renforcer les relations transatlantiques. Blinken a également qualifié la France de plus ancien allié des États-Unis.
Le principal problème que l’alliance occidentale doit comprendre, et qui aura des conséquences désastreuses sur le cours du Moyen-Orient à partir d’ici, est le dossier nucléaire iranien. Cela est particulièrement vrai du Liban, que Macron essayait sincèrement d’aider et qu’il a tenu à mentionner lors de son appel avec Biden. Cependant, l’avenir prospère du Liban envisagé par Macron ne peut être atteint s’il y a un contrôle complet par le Hezbollah. Un nouvel accord nucléaire faible qui ne couvre pas le sujet de l’ingérence iranienne à l’extérieur de ses frontières reviendrait à remettre les clés de la région à l’Iran et les clés du Liban au Hezbollah. Ce serait une grosse erreur pour l’alliance occidentale.

READ  Bordeaux: Paris accroché au parc, le résumé du match

La France a une solide connaissance de la région, comprend ses mécanismes et a souvent une approche juste et équilibrée de ses enjeux.

Khaled Abou Zahr

Les plus grands perdants seront l’alliance occidentale elle-même et non les pays arabes, comme on pouvait s’y attendre. Les alliés occidentaux de la région seront contraints de changer, de rééquilibrer leurs alliances et de se retirer de l’ouverture qu’ils ont jusqu’à présent fournie à l’Occident. Dans le même temps, l’accord faible ne rapprochera pas le régime iranien de l’Occident, mais l’encouragera plutôt à défier de plus en plus l’Occident avec des ressources plus importantes. Les alliés arabes de l’alliance occidentale trouveront un moyen d’ajuster et de rééquilibrer leurs intérêts, mais l’Occident perdra.
Il y a dix ans, ce n’était pas le cas, et les principaux pays arabes étaient vraiment inquiets. Aujourd’hui, ils se sont créés un créneau plus indépendant et offrant de plus grandes perspectives de manœuvre. Ils pourront rétablir l’équilibre de leurs intérêts, et coopérer sur les dossiers de sécurité avec l’Occident en cas de besoin, tout en approfondissant leurs relations avec la Chine, l’Inde et la Russie.
Un autre accord nucléaire faible pourrait être le dernier clou dans le cercueil de l’ancienne relation entre l’Occident et la région. Ainsi, la France, qui n’a pas les moyens de sa politique mais se rend compte de l’importance de responsabiliser les alliés locaux, pourra aider les Etats-Unis à trouver l’équilibre approprié et souhaité.

  • Khaled Abu Zahr est le PDG d’Eurabia, une société de médias et de technologie. Il est également le rédacteur en chef du monde arabe.

Avis de non-responsabilité: les opinions exprimées par les rédacteurs de cette section sont les leurs et ne reflètent pas nécessairement les vues d’Arab News

READ  EN DIRECT - Vendée Globe: leader Charlie Dalin, le top dix dans une pochette

Alphonse Dumont

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer