entertainment

Beaucoup de gens diront « Bijan avec Georgy Lyubinov ! »

Ces dernières années, la presse veut être en quelque sorte plus qu’elle n’est – être le dernier recours, le procureur, le juge, tout, dit le présentateur de télévision.

– M. Lyubinov, j’ai toujours voulu vous demander pourquoi vous êtes pour le moins si accueillant dans votre studio ? Tout le monde ne mérite pas un tel traitement, en particulier les hommes politiques que vous invitez dans la première partie de votre émission « Aujourd’hui commence avec Georgi Lyubinov ».

– J’ai vraiment aimé le mot que tu as utilisé – « chaud ». Je ne l’ai pas entendu depuis longtemps et je le prends presque comme un compliment. Je pense que c’est une écriture ou un style dans mon travail que l’on voit moins souvent à la télévision.

Je crois comprendre que de cette manière, une personne peut « sortir » de son interlocuteur bien plus que lorsqu’elle se dresse contre lui et le montre.

Ces dernières années, le journalisme veut être en quelque sorte plus qu’il ne l’est aujourd’hui, usurper les fonctions d’autres domaines – être le dernier recours, le procureur, le juge, tout. Tout ce qui apparaît à l’écran doit, d’une manière ou d’une autre, être la vérité ultime. Un certain nombre de mes collègues se comportent comme s’ils étaient huissiers ou juges. Il explique s’il vous plaît à son invité comment cela devrait être.

Le monde moderne est une chose complexe et il faut avoir des connaissances très pointues pour se mettre en position de dernier recours.

-N’y a-t-il pas des invités qui vous font peur rien qu’en pensant que vous devez leur parler ? Il y a toutes sortes de gens – agressifs, difficiles à aborder, arrogants ou au contraire – on ne peut pas le croire sur parole et la conversation va dans des directions différentes.

– Je n’ai pas d’invité pour me faire peur. Mais bien sûr, il y a des gens que je respecte, par exemple, à cause de leurs qualités, ou à cause de leur érudition, ou encore à cause de leur sens de l’humour.

J’essaie d’abord de dissoudre la distance, de trouver une manière de traiter avec la personne, afin de pouvoir m’intéresser à moi-même.

Ce que j’ai réalisé au fil des années, c’est que lors d’un entretien, je ne dois pas anticiper à l’avance ce que l’intervieweur va me dire, mais le laisser me surprendre. Et aussi le contraire : le surprendre avec quelque chose qu’il ne s’attendait pas à ce que je lui demande. C’est à ce moment-là que se produisent les meilleures interviews.

Malheureusement, notre profession est ainsi, et l’élite culturelle, économique et politique de notre pays constitue un cercle très restreint, et pratiquement chacun d’entre nous a interviewé tout le monde. Vous avez dû le remarquer dans le journal. Nous n’avons rien découvert de nouveau. C’est pourquoi il est si intéressant de découvrir quelque chose de nouveau chez un interlocuteur, que l’on devient aussi curieux.

– Avez-vous des rituels spécifiques avant la diffusion et comment vous préparez-vous ?

– Tout dépend de la curiosité que le prochain invité suscite en moi et dans l’équipe. Parfois, il n’y a aucune préparation – tout est complètement spontané et toute la conversation se déroule comme si elle se déroulait d’elle-même. Parfois, ils me torturent. Il n’existe pas de recette universelle. Après tout, je travaille à la télévision depuis 1998, et avant cela, je travaillais à la BNR, j’ai donc appris quelque chose au fil de ces années.

READ  Actualités en direct : Le pétrole dépasse les 90 dollars pour la première fois depuis 2014 suite à la montée des tensions en Ukraine

– Hatcho Boyadzhiev vous a fait débuter à la télévision – et tout le monde le sait. Mais tu ne m’as pas dit les détails

– Cela s’est produit à un moment spécial de ma vie – j’étais à la caserne. Elle a déjà acquis 3 ans d’expérience à la télévision grâce à la série cinématographique « 24 Squares » de Luba Kulišić. À cette époque, les gens comme moi, qui servaient après l’université, ne devaient être soldats que six mois. En fait, ils m’ont appelé au quatrième mois, c’était l’hiver 2001. C’était Hacho, il m’a demandé directement : « Quand tu sors de là, j’ai besoin de toi. Je lui ai dit que si cela ne tenait qu’à moi, je déménagerais immédiatement. Il fit de son mieux pour me sortir de là, je partis de bonne heure et me mis à sa disposition.

Nous nous sommes réunis chez Vasa Gancheva – moi, Hatcho, elle et Vladi Valcheva, où nous avons d’abord échangé des idées et ainsi clarifié le concept de « Voyage à travers la nuit », diffusé les vendredis et samedis après minuit.

Ensuite, j’ai réalisé pour la première fois ce qui m’attendait, car je ne connaissais pas bien Hacho Boyadzhiev et je n’avais pas travaillé avec lui. Durant ces quelques années, jusqu’en 2007, nous étions ensemble presque tous les jours.

– Qu’est-ce que travailler avec lui vous a apporté ?

– Je n’abuserai pas de ma proximité avec lui, car chaque personne qui a travaillé avec Khacho Boyadzhiev peut vous raconter des milliers d’histoires – à quel point il recherchait la perfection dans son travail, quelles étaient ses exigences, comment il ordonnait.

Il était bien plus que mon patron. C’était une personne spéciale. Il y a une dose de sarcasme chez les très grandes personnes. Il montrait son érudition à travers ce sarcasme. Cela vous humilie et vous donne des ailes en même temps.

– Comme vous me la décrivez, elle me rappelle un peu le réalisateur italien Luchino Visconti.

– exactement. C’était un tel personnage. Trop fort – Il est censé vous humilier et vous rendre inutile, montrant ainsi à quel point il vous apprécie. Soit il vous félicite pour quelque chose, soit il développe une théorie.

En fait, Hatcho Boyadzhiev m’a fait croire que j’en étais capable. Cela m’a donné une liberté, ce qui est très important dans ce métier. Parce que je rencontre toujours beaucoup de gens qui ne sont pas libres au sens le plus large du terme. C’est comme s’ils avaient toujours des écouteurs dans les oreilles et ne pouvaient en aucun cas décider par eux-mêmes. Dans mon travail avec lui, parfois ça marchait, parfois – non, bien sûr, j’ai fait une erreur. Qui sait quelles performances stupides j’ai faites, mais cela n’avait pas d’importance car il m’a appris la chose la plus importante : la leçon.

-Tous vos spectacles ont toujours lieu à des heures impaires – après minuit le vendredi, le samedi et tôt le matin le dimanche. Vous reprenez désormais une autre émission – « The BNT Show », diffusée le jeudi soir. Pourquoi donc?

-Il n’y a pas d’heures critiques à la télévision. Au contraire, nous avons prouvé depuis des années que le public d’après minuit, considéré selon toutes les règles comme le public le plus meurtrier de la télévision, peut être réveillé.

READ  Départ de Jean-Pierre Pernaut des News à 13h, il parle et remet les choses au clair!

Et le samedi et le dimanche matin, à l’exception du légendaire « Good Morning » d’Alexandre Avdjiev et du « Tea » de Drago Draganov, il n’y a pas eu de week-end matinal depuis des années. Que vous soyez à l’aise ou non n’a aucune importance.

– D’accord, mais votre nouveau spectacle du soir est pratiquement le troisième spectacle à être diffusé en parallèle avec les deux autres.

– Le nouveau spectacle, qui aura lieu jeudi soir, je ne le trouve pas très difficile. Si vous considérez votre travail comme un fardeau ou une perte de temps, vous ne réussirez pas. Si je veux que ce soit facile, je sais comment le faire.

De plus, mon accord avec la direction de la télévision est que je la dirigerai jusqu’à la nouvelle année.

Je plaisante quand les gens me demandent si je n’aime pas tant les spectacles, et je réponds par la fameuse blague : « Il n’y a pas de danse ». Quelqu’un doit faire ce travail. Je sais que beaucoup de gens diront « Baigan avec ce Georgi Ljubenov ! », mais c’est en soi un excellent nom pour un nouveau spectacle. Je plaisante, bien sûr.

– Vous plaisantez, mais n’arrive-t-il pas un moment où l’on se lasse de trop paraître ?

– Tôt ou tard, cela arrivera. Je n’ai pas peur que cela fasse de moi une sorte de « présentateur anti-télé ». Que vous animiez une, deux, trois ou quatre émissions, si la caméra, le public et la télévision le veulent, pas de problème.

Vous ne pouvez également avoir qu’une seule émission que personne ne veut regarder. Pourquoi le visage devrait-il être décisif ?

– Comment voyez-vous qu’il existe en fait des générations entières qui ne regardent pas constamment la télévision, mais préfèrent YouTube, Tik Tok ou qui sait quoi d’autre ? Alors peut-être que votre visage ne leur dit rien ?

– Peut-être que ce que vous avez appris jusqu’à présent, ce sont les axiomes classiques du métier : ne travaillez pas pour plaire à tout le monde, ne plaisez pas à tout le monde car vous n’y arriverez pas, ne jugez personne car vous serez jugé.

Quand on met tout cela ensemble, il suffit de travailler sereinement. Sans craindre que des générations ne vous connaissent pas, car le temps a déjà remplacé Internet par beaucoup de choses, y compris la télévision. Et les médias classiques, cationiques et conservateurs sont véritablement redevables à des générations entières. Comme ils le font avec la culture des générations précédentes, bien sûr. C’est réciproque. Parce qu’il y a des générations entières qui ne se soucient pas du tout de ce qu’on écrit ou de qui j’invite en studio. Il y a des jeunes qui ne s’intéressent à rien.

– Quoi de neuf dans le programme du soir ?

– Dans des émissions comme celle-ci, se pose toujours la question de savoir qui inviter. Et les disputes commencent : devrions-nous inviter des personnes très célèbres, car elles sont très célèbres. Cela ne veut pas dire qu’ils apparaissent très souvent à la télévision. Nous nous posons des questions comme s’il y a autre chose que le spectateur pourrait savoir sur Vasil Naidenov ou Teddy Moskov qu’il ne sait pas. C’est la mission de notre équipe : rencontrer le public avec des personnalités populaires de la culture ou de la sphère non politique à un moment opportun en soirée.

Par conséquent, notre décision a été d’inviter Cateto Evro, Dara, Toni Dimitrova, Vlado Penev, 100K. Notre invité est également Pavel Bobandov, qui est un acteur très distingué – et les gens ne savent pas qu’il n’était dans aucun théâtre à cette époque, mais il était acteur à plein temps au Centre de cinéma. C’est pourquoi il n’y a pas de films bulgares des années 80 sans sa participation.

READ  Le film réalisé par Emilio Estevez sort en salles

– Les télévisions commerciales ont aussi des programmes, ne vous ont-elles pas encore tenté ou, plus précisément, combien de fois vous ont-elles tenté d’y aller ?

– Ils m’ont invité, bien sûr, mais je ne pense pas que le moment soit venu. J’ai récemment parlé avec un producteur de télévision privé et je n’oublierai jamais ce qu’il m’a dit : « Je suis content que tu n’aies pas honte de ce que tu fais. »

Si vous avez honte de ce que vous faites, vous avez péché. Je me rends compte que si je me retrouve constamment à me compromettre et à me briser, je n’ai pas du tout à y faire face. Cela contredit toute ma compréhension.

Je suis peut-être critique de la BNT et je crois que la télévision publique, avec son histoire, sa tradition et sa force, pourrait être bien meilleure qu’elle ne l’est actuellement. Mais il adhère toujours à certaines mesures sans lesquelles il ne peut pas.

– De nombreux collègues sont surpris que vous soyez diplômé non pas en journalisme, mais en Natviz. Est-ce pour cela que vous avez toujours été attiré par le monde de la performance ?

– J’ai déjà deux formations humanitaires – j’ai d’abord obtenu mon diplôme de philologie bulgare à l’Université de Sofia, et bien plus tard – d’études théâtrales. Sinon, j’aurais postulé après l’école à une école de journalisme et j’aurais été accepté aux deux endroits. J’ai choisi la philologie, puis j’ai entendu à la radio de mes collègues que j’avais bien fait. On m’a dit que le journalisme est un métier et que les meilleurs journalistes n’ont pas une éducation aussi spéciale.

Quant aux études de théâtre, peu de gens savent que je suis critique de théâtre diplômée. Il y a eu des années où j’ai pratiqué cela – j’écrivais des critiques de journaux et je dirigeais la rubrique théâtre sur un seul site.

Mais personne ne se soucie aujourd’hui de l’opinion des critiques de théâtre. Beaucoup soupirent qu’il y a eu de véritables critiques, mais ce n’est pas tout à fait le cas : elles remplissaient des fonctions idéologiques.

C’est aussi un métier ingrat. Il existe une expression américaine selon laquelle écrire des critiques de films et de pièces de théâtre, c’est comme marcher sur des œufs : il faut y aller très prudemment pour ne pas les casser. Je peux facilement deviner ce qui ne va pas dans la pièce, mais comment puis-je l’écrire ? Sachant que le réalisateur m’offenserait immédiatement.

– D’où vient cet intérêt pour le ballet ? Vous avez même participé à deux rôles de pantomime, et êtes-vous un spectateur régulier ?

Le ballet a des moyens d’expression très limités, mais son impact est néanmoins grand – et c’est ce qui m’intéresse. C’est arrivé naturellement. J’ai également été invité à participer pour la troisième fois. Dans la performance terminée – « Giselle ». Bien qu’il s’agisse avant tout d’un ballet féminin, il contient également un rôle de pantomime adapté à un homme. Vous la verrez dans ma performance en novembreEt le.

Juliette Deforest

"Évangéliste de télévision. Communicateur sans excuse. Fanatique de bacon primé. Accro de la nourriture en général."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer