Top News

Azarenka dit que Roland-Garros manque d’une réelle égalité des sexes

émis en :

Paris (AFP)

Victoria Azarenka a critiqué dimanche les organisateurs de Roland-Garros pour ce qu’elle a qualifié d’inégalité, notant qu’en dehors des prix monétaires offerts, les hommes sont mieux traités que les femmes lors du tournoi.

L’ancienne numéro un mondiale s’est inclinée au quatrième tour face à la Russe Anastasia Pavlyuchenkova, mettant ainsi fin à sa meilleure séquence à Roland-Garros depuis qu’elle a atteint les demi-finales de 2013.

L’année dernière, Azarenka était indigné d’avoir été laissé « s’asseoir comme un canard » et a quitté le terrain en se plaignant qu’il faisait « trop froid » pour jouer, car le tournoi de 2020 a été reporté à fin septembre en raison de la pandémie de Covid-19.

Azarenka a de nouveau ciblé les officiels après sa défaite aux mains de Pavlyuchenkova, lorsqu’on lui a demandé de programmer les nouvelles sessions nocturnes – six des sept matches comportant jusqu’à présent des matchs masculins.

« Ce qui m’inquiète, c’est quand quelqu’un de la Fédération française essaie constamment de dire qu’il y a égalité, et ils ne font référence qu’aux prix en argent, et c’est vrai », a déclaré Azarenka.

« Tout le reste, je ne serais même pas d’accord avec ça. C’est décevant. »

Serena Williams a remporté son premier match officiel de nuit sous les lumières du stade Philippe Chatrier, mais toutes les séances du soir se sont jouées à huis clos en raison d’un couvre-feu imposé par le gouvernement en raison du virus Covid-19.

Le partenariat de trois ans de la Fédération française de tennis avec Amazon Prime Video jusqu’en 2023 signifie que le soi-disant premier match de la journée est réservé aux fans des heures de grande écoute.

READ  Pourquoi les gens jouent-ils aux jeux de loterie ?

Mais le déséquilibre entre les sélections masculines et féminines en fin de journée a fait sourciller, un problème compliqué par les sorties anticipées d’Ashleigh Barty et Naomi Osaka, et l’absence de Simona Halep, blessée.

« Je pense qu’il y a suffisamment d’exemples au fil des ans que nous avons entendu des commentaires sur les femmes, que nous avons vu deux demi-finales féminines jouées à l’extérieur », a poursuivi Azarenka.

« Je pense que parfois vous devez tenir certaines personnes pour responsables de certaines de ces choses et ne pas constamment souligner l’évidence de l’argent du prix. »

« Je pense qu’en général, les choses ici se compliquent un peu », a-t-elle ajouté.

« C’est franchement un peu frustrant à chaque fois que vous essayez de traiter avec l’organisation ici, cela devient simplement ‘possible’. Tout ce que vous entendez, c’est ‘passer à travers’. »

Afin de corriger la faille dans le calendrier, les 16 derniers matchs de lundi entre les champions en titre Iga Swiatek et Marta Kostyuk ont ​​été accordés pour la soirée.

Pavlyuchenkova, dont la victoire a fait sa première apparition en quart de finale de Roland-Garros depuis 2011, était, comme Azarenka, un ancien membre du WTA Players Council.

« Je veux dire, je suis d’accord que nous ne serons probablement jamais égaux en termes de télévision et de popularité », a déclaré le Russe.

« Je ne sais pas si je devrais gaspiller mon énergie et mon temps à me battre pour ça parce que pour le moment, je veux dire, je fais mon travail, je veux gagner des matchs.

« Et ça ne me dérange pas vraiment, franchement avec vous, si je joue sur Court 2 ou Philippe Chatrier. Bon, c’est mieux. Au final, ce que je veux, c’est gagner le championnat et bien jouer. Je me sens perdu et parler de ça.

READ  Un événement de restauration massive axé sur la durabilité dans un château du XVIIe siècle en France

Astor Abel

"Ninja de bière certifié. Aficionado maléfique de la culture pop. Evangéliste de la télévision."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer