Tech

Après le scandale des logiciels espions, l’ONS israélienne promeut une “fiière famille de travailleurs qui sauve des vies” – News 24

La société israélienne d’armes électroniques NSO Group, qui est encore sous le choc d’une série de découvertes cinglantes concernant l’utilisation abusive du logiciel espion Pegasus, a lancé une nouvelle campagne sur les réseaux sociaux. En utilisant le hashtag #IamNSO, l’entreprise a utilisé LinkedIn pour souligner la “fierté” de la “famille” des travailleurs de l’entreprise.

“Nous aidons nos clients à sauver des vies”, peut-on lire sur Linkedin.

la poste Il comprenait également un certain nombre de photos d’employés de la société Internet basée en Israël, avec des membres de leur famille. “Rencontrez notre famille élargie – nos partenaires, nos mères, nos pères, nos fils et filles”, peut-on lire dans le message.

Capture d’écran / Linkedin

Ce billet intervient quelques semaines après la publication de Project Pegasus. Le projet Pegasus, une enquête mondiale menée par Forbidden Stories, une organisation à but non lucratif basée à Paris avec Amnesty International et un consortium de journalistes de 17 médias du monde entier, dont Haaretz, s’est appuyé sur des fuites de données et a révélé une longue liste de individus sélectionnés comme cibles potentielles d’une intrusion potentielle du logiciel espion Pegasus de l’entreprise par les clients de NSO.

L’enquête a suscité de nombreuses critiques lorsqu’elle a révélé que des dizaines de journalistes, de militants des droits humains et de dirigeants mondiaux avaient été choisis comme cibles, dont le président français Emmanuel Macron et le Dalaï Lama. La révélation a déclenché une crise diplomatique entre Israël et la France, qui alimente l’indignation face à l’utilisation abusive présumée de la technologie des logiciels espions de fabrication israélienne par les services de renseignement marocains, un agent de l’ONS.

READ  Mac Apple Silicon: comment Apple se prépare pour le grand saut avec macOS Big Sur!

Haaretz a contribué au projet en soulignant le rôle des cyber-ventes d’armes dans la diplomatie israélienne, avec plusieurs pays clients visités par l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu ces dernières années.

À la lumière de l’enquête, de nombreuses personnes sur Linkedin ont contesté la publication et, parallèlement aux commentaires positifs des employés actuels de NSO, il y a également eu des réponses critiques. « Super incroyable ! Une véritable source de fierté », a écrit le responsable de la paie de l’ONS, exhortant les autres à répondre : « Fier d’aider à garantir la mort des gens ? Cette liberté d’expression castrée par les dirigeants ? De quoi devons-nous être fiers ? Un autre a écrit : « Quand l’argent coule, tout le monde a la bouche fermée. »

Le message a également utilisé une phrase célèbre que NSO utilise pour embaucher de nouveaux travailleurs, demandant “Quelle est votre plus grande force?” Une personne a répondu : « Ma superpuissance ne devrait pas être recrutée par NSO.

Un autre a utilisé sarcastiquement : « Pourquoi demandez-vous [what my superpower is – you can just break into my phone and check yourselves.”

Left-wing activist Ori Kol also responded to the post, writing “he’s not sure” and then quickly adding: “I was just kidding, please don’t hack into my phone.”

The Linkedin post is the first time NSO has gone on the offensive since the publication of the global investigation. A few days after the first headlines from Project Pegasus were published, the firm posted a message on its website titled “Enough is Enough”. The message said the company would no longer be responding to media reports about it and lambasted the leak and investigation.

READ  Pourquoi les Français devraient limiter leur consommation d'électricité

“In light of the recent planned and well-orchestrated media campaign led by Forbidden Stories and pushed by special interest groups, and due to the complete disregard of the facts, NSO is announcing it will no longer be responding to media inquiries on this matter, and it will not play along with the vicious and slanderous campaign,” the firm said.

Reiterating its position on the database and leak, it said: “The list is not a list of targets or potential targets of Pegasus … The numbers in the list are not related to NSO group … Any claim that a name in the list is necessarily related to a Pegasus target or Pegasus potential target is erroneous and false.”

Haaretz later spoke with workers at NSO who described frustration and what they said was a misrepresentation of the firm. The talks with the workers were held with a PR representative present, but many of the workers said the firm was being unfairly singled out by the media, despite other similar firms providing similar services. They also said that contrary to common wisdom, working at NSO does not come with a taboo that makes finding future work impossible. In fact, many of NSO’s workers said that in the wake of the investigation they received many job offers via LinkedIn.

NSO has had a tough year. As well as Project Pegasus, the coronavirus has also hurt its income just as it moves towards a possible public listing (through what is termed a SPAC merger). This is not the first time NSO has had to play damage control both in terms of its public relations and its ability to attract and retain talent, and the company has in the past held events for workers’ families.

READ  LeBron James vient peut-être de prouver que leurs Beats Studio Buds inopinés sont réels

Cunégonde Lestrange

"Gourou de Twitter. Écrivain en herbe. Fauteur de troubles typique. Entrepreneur. Étudiant hipster."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer