Tech

Apple assouplit les règles de l’App Store dans le cadre d’un règlement judiciaire

Apple a accepté de laisser les développeurs d’applications iPhone – ou du moins ceux basés aux États-Unis – envoyer par e-mail à leurs utilisateurs des moyens moins coûteux de payer des abonnements et des médias numériques en contournant un système de commission qui génère des milliards de dollars par an pour le fabricant d’iPhone.

يعد الامتياز الذي تم الإعلان عنه في وقت متأخر من يوم الخميس (الجمعة NZT) ، والذي يغطي الإشعارات المرسلة عبر البريد الإلكتروني ولكنه لا يسمح بالإشعارات داخل التطبيق ، جزءًا من تسوية أولية لدعوى قضائية عمرها ما يقرب من عامين تم رفعها نيابة عن مطوري تطبيقات iPhone في États-Unis.

Le chroniqueur du New York Times, Andrew Ross Sorkin, a noté dans “DealBook” que les développeurs avaient déjà fait pression sur leurs clients pour qu’ils contournent les commissions d’Apple, et que le règlement bénissait officiellement l’arrangement. Compte tenu des autres problèmes juridiques d’Apple, le règlement pourrait être stratégiquement intelligent, atténuant le risque de nouvelles mesures gouvernementales et déplaçant l’attention de Washington vers d’autres géants de la technologie qui ont été moins disposés à faire des concessions similaires.

Sorkin a souligné qu’Apple est toujours visages Un procès plus large concernant son app store d’Epic Games (le fabricant de Fortnite), alors que les deux sociétés attendent une décision d’un juge fédéral. La Cour suprême a également autorisé la poursuite d’autres recours collectifs antitrust contre Apple. Notamment, le règlement d’hier est soumis à l’approbation du même juge qui préside Epic Games et les poursuites judiciaires contre Apple.

Apple a annoncé la nouvelle lors d’un briefing “de fond” avec des journalistes dans lequel il a insisté sur l’anonymat des dirigeants participants et n’a autorisé aucune citation directe.

READ  Malgré la crise, les fintech françaises ont levé plus de 800 millions d'euros en 2020

En vertu des anciennes règles d’Apple, il était interdit aux fabricants d’applications iPhone d’envoyer par e-mail aux utilisateurs des informations sur la façon de payer pour des services en dehors de l’application, ce qui contournerait les commissions de 15 à 30 % d’Apple.

La franchise offre désormais aux développeurs d’applications un moyen d’encourager plus agressivement les utilisateurs à payer par d’autres moyens, à condition que les entreprises obtiennent l’approbation des consommateurs.

Apple créera également un fonds de 100 millions de dollars pour payer les milliers de développeurs d’applications impliqués dans le procès, allant de 250 à 30 000 dollars. Les développeurs d’applications auront plus de flexibilité pour définir différents prix au sein de leurs applications, en élargissant les options d’environ 100 à 500.

Le compromis répond aux préoccupations que la juge de district américaine Yvonne Gonzalez Rogers a soulevées à plusieurs reprises alors qu’elle présidait un procès Epic-Apple très médiatisé. Honnêtement, je me suis demandé pourquoi Apple ne pouvait pas laisser les développeurs proposer une gamme d’options de paiement dans leurs applications, tout comme les détaillants traditionnels peuvent proposer une gamme de cartes de crédit différentes qu’ils acceptent en plus de l’argent liquide.

Apple n’autorise toujours pas les développeurs à utiliser des notifications dans l’application pour inciter les consommateurs à explorer différentes options de paiement.

Mais le simple fait de pouvoir envoyer un e-mail aux utilisateurs pour expliquer pourquoi ils devraient être payés à partir de l’application est un énorme exploit pour les développeurs qui se sont plaints des commissions Apple comme une forme de hausse des prix pendant des années.

READ  BioWare explique pourquoi Mass Effect est tombé à l'eau • Eurogamer.net

Richard Czeslavsky, l’un des développeurs d’applications à l’origine du procès d’Apple, a salué la liberté d’envoyer des e-mails aux utilisateurs comme un « changeur de jeu » dans un champ d’annonces judiciaires à Oakland, en Californie. “Les développeurs d’applications profiteront de ce changement dans les communications avec les clients pour réduire davantage les commissions versées à Apple”, a prédit Czeslavsky, PDG de Pure Sweat Basketball.

Apple est déjà en train de remanier son système de commission App Store en réponse à la pression légale et au contrôle accru des législateurs et des régulateurs du monde entier pour examiner plus sérieusement si le contrôle étroit de l’entreprise sur le Store étouffe la concurrence et l’innovation.

Plus tôt cette année, Apple a réduit ses commissions in-app de 30 % à 15 % pour les développeurs dont le revenu annuel est inférieur à 1 million de dollars, une décision qui couvre la plupart des applications de son Store. Dans le cadre du règlement annoncé jeudi, Apple s’assure que la faible commission pour les petits développeurs sera prolongée d’au moins trois ans.

Mais les faibles commissions n’aident pas les plus grands fabricants d’applications comme Epic et Spotify, leaders d’une alliance essayant de renverser le soi-disant jardin clos d’Apple qui empêche les étrangers d’offrir d’autres options. Apple affirme qu’il empêche les magasins alternatifs de proposer des applications sur son iPhone pour protéger la sécurité et la confidentialité de ses clients, tandis que ses détracteurs affirment que la société essaie simplement de protéger une vache rentable qui gagne des milliards de dollars par an.

READ  EDF choisit le site de Penly pour construire deux EPR

Ces tensions vont probablement déborder lorsque Gonzalez Rogers rendra sa décision dans l’affaire Epic (pour plus d’informations sur l’affaire Epic, lisez : “Epic vs Apple : ce que nous avons appris de l’expérience peut changer l’iPhone“.)

Gonzalez Rogers acceptera ou rejettera également le règlement proposé annoncé jeudi. Une audience à ce sujet est prévue le 12 octobre

– AP

Cunégonde Lestrange

"Gourou de Twitter. Écrivain en herbe. Fauteur de troubles typique. Entrepreneur. Étudiant hipster."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer