World

Agitation électorale au Samoa: le Président du Parlement reporte le Parlement quelques heures avant que le nouveau Premier ministre ne prête serment

APIA, Samoa – La crise constitutionnelle au Samoa s’est aggravée dimanche soir lorsque le président de la Chambre des représentants a annulé l’ordonnance de la Cour suprême qui aurait permis au Parlement de se réunir lundi et que le chef de Fatuatwa E. Lee est venu au Samoa ou à Tassi (FAST) Famei Naomi est sale Être assermenté en tant que première femme Premier ministre du pays.

Un week-end tumultueux a été marqué par une série d’événements faisant des victimes alors que le chef de l’État, la Cour suprême et le président de la Chambre des représentants luttaient pour assurer un transfert ordonné du pouvoir au Samoa après des décennies sous la direction du Parti de la protection des droits de l’homme.

Fiona E, un éminent avocat local, a déclaré que les récents développements étaient « un abus de pouvoir hideux et un mépris flagrant pour l’état de droit et la constitution ».

« Nous avons quelques mois d’incertitude », a déclaré Lee.

Le Samoa est coincé dans une impasse électorale depuis les élections du 9 avril, lorsque son chef, formé par un groupe dissident du Parti des droits de l’homme, a pris le dessus sur le parti en place, au pouvoir depuis 1982. Son chef, Tuilaepa Dr. Sailele Malielegaoi, a été Premier ministre au cours des 23 dernières années et s’est montré peu disposé à abandonner son rôle.

Le parlement samoan devait se réunir lundi, jusqu'à ce que le président reporte la session dimanche soir.

Le parlement samoan devait se réunir lundi, jusqu’à ce que le président reporte la session dimanche soir.

Mais la fin de l’impasse est apparue la semaine dernière, lorsque le chef de l’Etat, Tuymalivano Valletta Swallow, et dans le second a annoncé que le Parlement devrait se réunir lundi, 45 jours après les élections, comme l’exige la loi. Il était sur le point d’être assermenté en tant que nouveau Premier ministre.

READ  Aucune vaccination générale prévue

Tard dans la nuit de samedi, cependant, il a suspendu l’annonce, affirmant que le Parlement ne se réunirait pas « jusqu’à ce qu’il soit annoncé et pour des raisons que j’annoncerais en temps voulu ». Il a quitté sa résidence officielle à Apia pour regagner son village de Matoto-Valatai, à quelques heures de route. Rapporté par Radio New Zealand.

La Cour suprême, en séance d’urgence dimanche, Décrivant cette décision comme « illégale » Il a ordonné de procéder à la session parlementaire de lundi. Malelegawi a accusé la Cour suprême de « ternir le nom du bureau du chef de l’Etat » avec cette décision.

Puis, à 20 heures dimanche soir, le président de la Chambre des représentants Lyubibi Toliafoa Favisi a déclaré qu’il avait reçu ses ordres du chef de l’État, et non de la Cour suprême, et il a reporté la séance de lundi jusqu’à ce que le chef de l’État fasse une autre déclaration. .

Nouveau chef de FAST Fiame Naomi Mata'afa (à droite) et son adjoint Laauli Leuatea Polataivao Schmidt

RNZ Pacific / RNZ Pacific

Nouveau chef de FAST Fiame Naomi Mata’afa (à droite) et son adjoint Laauli Leuatea Polataivao Schmidt

Plus tôt dimanche, Matafa’a a déclaré: «Quand c’est assez, c’est assez». «Quand la destruction de la réputation, de la réputation et des membres du Samoa prendra-t-elle fin? [the HRPP] Arrêter la folie en spirale d’un homme? « Ai-je demandé, faisant référence à son adversaire Maligoy.

Malilegawi avait déjà déclaré que les membres du HRPP n’assisteraient pas à la cérémonie de prestation de serment lundi, décrivant la session comme une session « forcée » à la suite de travaux inachevés. Il s’agissait d’une référence au débat sur une disposition constitutionnelle visant à garantir que 10% des parlementaires soient des femmes, une disposition que le chef de l’État semble avoir dynamisée pour aider le plan des droits de l’homme du Pakistan à conserver le pouvoir.

Lire la suite:
* La Cour suprême du Samoa annule la suspension du Parlement
* Le Parlement du Samoa se tiendra lundi
* Un tribunal samoan rejette l’appel à une deuxième élection, ouvrant la voie à un Premier ministre
* Élections aux Samoa: les Samoans en Nouvelle-Zélande disent que les troubles ont provoqué un remaniement indispensable

Si ce pourcentage n’est pas atteint, a déclaré Maligawi, il serait « trompeur devant Dieu » si les députés prêtaient le serment constitutionnel.

« Si le Parlement siège de force, que se passera-t-il? » Il a dit à la chaîne locale TV1. « Cela saperait la constitution et je ne peux pas, en tant que leader de ce pays aux côtés de notre parti politique, prêter serment devant Dieu au Parlement pour accomplir nos devoirs en sachant que la constitution est bafouée. »

Responsable HRPP, Tuilaepa Sailele Malielegaoi

Tipi Autagavaia / RNZ

Responsable HRPP, Tuilaepa Sailele Malielegaoi

Maliegawi a déclaré que l’annonce du chef de l’Etat de suspendre la session parlementaire lundi était « une sagesse que nous ne pouvons pas voir ». « Comme il l’a dit, il expliquera ses raisons en temps voulu. C’est le monde de notre nation. »

Il a également déclaré que le dimanche était le jour du repos chrétien et que les tribunaux ne devraient pas siéger ce jour-là. La constitution du Samoa autorise les juges de la Cour suprême à «exercer tous les pouvoirs» à tout moment et en tout lieu.

L’avocat E a déclaré que le chef de l’État agissait complètement en dehors de son autorité.

« C’est le moment où la communauté internationale devrait exhorter le chef de l’Etat et les membres du gouvernement intérimaire à suivre le processus, à respecter l’état de droit et à se conformer à ces décisions de justice », a-t-elle déclaré.

Les trois décisions ont été prises par un panel complet de trois juges de la Cour suprême, dont le juge en chef Satio Simativa Perez.

C’est extrêmement rare, a déclaré E, et cela montre à quel point ils étaient désireux de prendre des décisions éclairées au sujet de cette élection.

« Malgré certains comportements quelque peu honteux de la part de hauts fonctionnaires, les juges font en fait ce qu’il faut et ils font un excellent travail pour éliminer ces actes illégaux », a-t-elle déclaré. « Je pense que c’est un système de justice dont le Samoa peut vraiment être fier. »

Dans une autre tournure d’événements sans précédent, la procureure générale du Samoa, Mariva Betham-Anandil, a montré qu’elle n’acceptait pas l’autorité de la Cour suprême et a quitté la session de dimanche malgré que le juge en chef lui ait demandé de ne pas le faire.

Elle a dit que la question était censée être discutée dans le cabinet des juges, pas une audience de la Cour suprême. La veille, la Cour suprême a ressenti le besoin de délivrer un mémorandum au procureur général, lui rappelant que «la décision de la Cour suprême représente la loi du Samoa et doit être suivie».

« Le non-respect de la loi a ses propres conséquences », ont écrit les juges.

Lothaire Hébert

"Avocat général des médias sociaux. Féru de zombies. Geek de la télévision. Penseur. Entrepreneur. Accro à l'alcool."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer