Home France Un suspect rwandais du génocide de Kabuga comparaît devant un tribunal français

Un suspect rwandais du génocide de Kabuga comparaît devant un tribunal français

32
0
Un suspect rwandais du génocide de Kabuga comparaît devant un tribunal français

Publié le: Modifié:

Félicien Kabuga, accusé de génocide dans le cadre du massacre rwandais de 1994 d'environ 800 000 personnes, a comparu mercredi devant un tribunal français, quatre jours après son arrestation, après avoir été en fuite pendant un quart de siècle.

Kabuga est accusé d'avoir financé et armé les milices ethniques hutues qui ont perpétré le massacre de 100 jours contre les Tutsis et les Hutus modérés du Rwanda. Il était le fugitif le plus recherché au Rwanda arrêté samedi dans une banlieue parisienne.

Lors de sa première apparition publique en plus de deux décennies, Kabuga a été emmené dans la salle d'audience dans un fauteuil roulant, portant un jean et un pull bleu et portant un masque facial.

La voix du garçon de quatre-vingt ans était faible, mais audible, car il a confirmé son identité et les noms des parents par le biais d'un interprète. Il a donné sa date de naissance le 1er mars 1933.

Ses avocats ont déclaré dans une déclaration antérieure à l'audience que Kabuga avait le droit d'être considéré comme innocent et de s'opposer au transfert de la France à un tribunal des Nations Unies chargé des crimes contre l'humanité en Tanzanie.

L'avocat de la défense Laurent Bayon a déclaré au tribunal que Kabuga voulait être jugé en France.

Le procureur demande le transfert à l'autorité de l'ONU

Le tribunal décidera de transférer Kabuga au Mécanisme pénal international résiduel des Nations Unies (IRMCT). La Cour internationale de Justice est située à La Haye, aux Pays-Bas et à Arusha, en Tanzanie.

Le procureur en chef de l'IRMCT a déclaré à REUTERS que le tribunal avait déjà demandé le transfert de Kabuga aux Nations Unies.

Kabuga a pu initialement être détenu à La Haye plutôt qu'en Afrique en raison des restrictions de voyage liées aux coronavirus, a déclaré le procureur Serge Brammertz.

(intégré) https://www.youtube.com/watch?v=5fMx-8JIJ-4 (/ intégré)

Le tribunal français a fait droit à la demande de la défense de reporter l'audience et a fixé la date suivante au 27 mai.

Kabuga a quitté la salle d'audience et a levé le poing alors que plusieurs membres de sa famille, dont un fils, ont exprimé leurs encouragements.

Génocide & # 39; financier & # 39;

L'arrestation de Kabuga a marqué la fin d'une chasse s'étendant sur plus de deux décennies qui a traversé l'Afrique et l'Europe.

En tant que magnat du thé et du café, il est accusé d'être l'un des principaux financiers du génocide, de payer les milices qui ont commis les meurtres et d'importer un grand nombre de machettes, selon l'accusation du tribunal de l'ONU.

>> Félicien Kabuga: de la pauvreté au financier présumé du génocide rwandais

Il était également copropriétaire de Radio Television Milles Collines, la tristement célèbre station de radio qui a déclenché la haine ethnique en diffusant des messages anti-Tutsi.

Les États-Unis avaient mis une tête de 5 millions de dollars sur sa tête.

(FRANCE 24 avec REUTERS)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here