Home World La guerre brutale en Syrie se poursuit jusqu'à la dixième année

La guerre brutale en Syrie se poursuit jusqu'à la dixième année

74
0
La guerre brutale en Syrie se poursuit jusqu'à la dixième année

Délivré le: Modifié:

Dimanche, le conflit brutal de la Syrie entame sa dixième année avec le régime du président Bachar al-Assad qui renforce son emprise sur un pays ravagé par la guerre avec une économie décimée où les puissances étrangères contractent leurs muscles.

Quand Syriens le 15 mars 2011, ils ne pouvaient guère imaginer que leurs protestations anti-gouvernementales se transformeraient en une guerre complexe dans laquelle les rebelles, les djihadistes et les forces extérieures s'emmêleraient.

Depuis, au moins 384 000 personnes sont mortes, dont plus de 116 000 civils, a déclaré samedi l'observateur de guerre de l'Observatoire syrien des droits de l'homme.

Le conflit a déplacé plus de 11 millions de personnes au pays et à l'étranger.

"Neuf ans de révolution illustrent l'étendue des souffrances que nous avons connues entre l'exil, les bombardements et les tueries", a déclaré Hala Ibrahim, une militante des droits qui vit maintenant dans la ville de Dana, Idlib province.

“ J'ai quitté mon université, ma maison qui avait été bombardée '', raconte la femme dans la trentaine. "Nous avons tout perdu."

Originaire de la ville d'Alep, dans le nord du pays, Ibrahim est parti fin 2016 après que le régime a repris les zones occupées par les rebelles et se soit réfugié à Idlib.

La région du nord-ouest – dernier bastion rebelle de la Syrie – est la nouvelle cible du régime.

Grâce au soutien militaire de La russie, J'ai couru et le groupe militant libanais Hezbollah, Assad a repris le contrôle de plus de 70% du pays déchiré par la guerre.

Un cessez-le-feu vulnérable est entré en vigueur dans le nord-ouest au début du mois, et Turc et les autorités russes ont accepté de lancer des patrouilles conjointes à Idlib.

Les troupes syriennes et les avions de guerre russes ont lourdement bombardé la région depuis décembre, tuant près de 500 civils, selon l'Observatoire, forçant près d'un million de personnes à fuir, selon les Nations Unies.

"Ruine et misère"

Siham Abs et sept de ses enfants vivent dans un camp de personnes déplacées IDLIB près de Bardaqli, non loin de la frontière turque, depuis deux mois.

De nombreuses personnes qui n'ont pas pu trouver d'espace dans les camps, dormaient dans les champs ou cherchaient un abri dans les écoles, les mosquées et les bâtiments inachevés.

Dans le camp de Bardaqli, des tentes en bâches en plastique sont installées le long de sentiers boueux.

Abs a dit qu'elle et sa famille veulent se laver, mais ne savent pas où. "J'ai 50 ans et je n'ai jamais eu de moments aussi difficiles", a-t-elle déclaré.

L'envoyé spécial des Nations Unies pour la Syrie, Geir Pedersen, a déclaré à la veille de l'anniversaire: "Les souffrances du peuple syrien pendant cette décennie tragique et terrible défient toujours la compréhension et la foi".

Le conflit syrien est né il y a neuf ans de manifestations antigouvernementales sans précédent dans la ville méridionale de Daraa.

Les manifestations se sont répandues dans toute la Syrie, mais de violentes répressions ont rapidement conduit les rebelles à prendre les armes avec le soutien des États du Golfe et à priver des zones clés de contrôle gouvernemental.

Des groupes djihadistes ont également vu le jour, notamment le groupe État islamique qui a inondé une grande partie du pays et l'Irak voisin en 2014.

"Une décennie de combats n'a apporté que ruine et misère", a écrit cette semaine le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres.

& # 39; Il n'y a pas de solution militaire. Il est maintenant temps de donner à la diplomatie une chance de fonctionner. & # 39;

Mais ces efforts ont échoué ces dernières années.

Cinq puissances étrangères sont actives en Syrie, les forces russes et iraniennes soutenant le régime.

Malgré le retrait annoncé des troupes américaines l'année dernière, les troupes américaines sont toujours stationnées dans le nord-est du pays, dans une zone kurde semi-autonome.

Après la lutte contre l'EI, l'objectif principal de Washington est de réduire l'influence iranienne.

"400 milliards de dollars de destruction"

Israël effectue régulièrement des frappes aériennes contre des positions militaires syriennes, du Hezbollah et iraniennes.

Et la Turquie voisine, qui soutient des groupes armés locaux, a déployé ses troupes de l'autre côté de la frontière.

"La nature horrible et durable du conflit est la preuve d'un échec collectif de la diplomatie", a déclaré Pedersen.

La guerre a détruit l'économie et les infrastructures de la Syrie.

Les Nations Unies estiment en 2018 que le conflit a causé près de 400 milliards de dollars de destructions liées à la guerre.

"Les installations de base, les hôpitaux et les écoles doivent être reconstruits" à travers le pays, a déclaré samedi le Comité international de la Croix-Rouge.

& # 39; Les maisons et les terres doivent être débarrassées des munitions non explosées. Des emplois et d'autres sources de revenus doivent être créés et maintenus. & # 39;

(AFP)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here