Home tech Airbus supprime 15 000 emplois dans le monde, dont un tiers en...

Airbus supprime 15 000 emplois dans le monde, dont un tiers en France

12
0
Airbus supprime 15 000 emplois dans le monde, dont un tiers en France

Publié le: Modifié:

Airbus a dévoilé mardi ses plans de suppression d'environ 15 000 emplois, dont 900 déjà réservés en Allemagne, et a déclaré que l'avenir était en jeu après que la pandémie de coronavirus ait secoué l'industrie du transport aérien.

Le plus grand d'Europe groupe aérospatial a déclaré qu'il supprimerait environ 5 000 postes en France, 5 100 en Allemagne, 900 en Espagne, 1 700 au Royaume-Uni et 1 300 ailleurs pour un total de 14 000 postes.

De plus, l'entreprise a déjà accepté de supprimer 900 emplois dans son unité Premium AEROTEC en Allemagne.

Cette décision fait l'objet de pourparlers avec les syndicats qui ont immédiatement réitéré leurs engagements de s'opposer aux licenciements. Airbus a refusé de les exclure car il recherche des départs volontaires, des préretraites et des plans de travail partiels à long terme.

Airbus a déclaré vouloir un accord sur la perte d'emplois d'ici 2021.

"Ce sera une bataille énorme pour sauver des emplois", a déclaré Françoise Vallin du syndicat CFE-CGC.

Un responsable du ministère français des Finances a déclaré que le gouvernement s'attendait à ce qu'Airbus utilise les outils mis à sa disposition pour réduire le nombre d'emplois.

Le 3 juin, Reuters a rapporté que les objectifs de production réduits d'Airbus sur papier indiquaient une réduction de 14 000 postes à temps plein.

Plus tôt mardi, des sources des syndicats français avaient prédit un chiffre global de 15 000 personnes et se sont engagées à lutter contre les réductions obligatoires.

(incorporé) https://www.youtube.com/watch?v=s9iO6rZfars (/ incorporé)

Airbus emploie 135 000 personnes, fortement peuplées de vétérans du développement original de l'A320. Environ 37% du personnel prend sa retraite cette décennie.

Le syndicat acharné Force Ouvrière et d'autres ont dit qu'ils seraient contre les réductions obligatoires.

Un secret exceptionnel avait entouré la restructuration politiquement sensible autour des emplois en Grande-Bretagne, en France, en Allemagne et en Espagne, principaux partisans de l'entreprise dans une bataille acharnée avec le rival américain Boeing pour les commandes et la force industrielle.

Airbus devrait jongler avec sa réponse à la pire crise de l'industrie avec des pressions pour minimiser l'austérité après que la France et l'Allemagne ont annoncé leur intention de soutenir les voyages dans l'espace.

Michel Pierre, représentant du syndicat CFDT chez Airbus, a déclaré qu'Airbus avait refusé l'intervention directe de l'État dans sa capitale et avait imposé des réformes de gouvernance d'entreprise en 2013. Des licenciements obligatoires seraient donc "totalement inacceptables", a-t-il dit.

Selon des sources du secteur, Airbus fonde sa restructuration sur une baisse de 40% de la production d'avions sous-jacents sur deux ans.

Le chef de programme de la compagnie, quant à lui, a déclaré qu'il avait ralenti la progression vers les services à marge élevée en raison d'une baisse du trafic aérien, mais avait maintenu sa stratégie de diversification.

Certaines sources de l'industrie affirment qu'Airbus s'est fixé pour objectif de plus que doubler les revenus des services à 10 milliards de dollars cette décennie et a transféré une partie de ses effectifs vers d'autres postes.

(REUTERS)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here