Home Monde Un djihadiste français condamné à 30 ans pour avoir exécuté des groupes...

Un djihadiste français condamné à 30 ans pour avoir exécuté des groupes de l'EI en Syrie

55
0
Un djihadiste français jugé pour avoir exécuté des groupes de l'EI en Syrie

Publié le: Modifié:

Vendredi, un tribunal français a infligé une peine de 30 ans à un djihadiste pour des crimes commis en Syrie entre 2013 et 15, notamment pour avoir supervisé l'exécution de deux prisonniers alors qu'il était un haut responsable du groupe extrémiste de l'État islamique.

Tyler Vilus, 30 ans, reconnu coupable tous les frais, a également été accusé d'appartenir à un groupe terroriste, à la tête d'un groupe de combattants de l'État islamique et de "meurtres graves".

Le procureur Guillaume Michelin avait auparavant demandé au tribunal à vie, sans possibilité de libération conditionnelle avant 22 ans.

Michelin a déclaré que Vilus "n'avait pas changé" depuis son passage dans l'État islamique.

"Toutes les étapes du voyage du suspect sont étroitement liées à la construction du califat", a déclaré le procureur, se référant à la zone gouvernée par l'EI par l'EI en Syrie et en Irak.

"Il est de votre responsabilité de mettre fin au bain de sang", a-t-il déclaré au tribunal.

Mais le président a déclaré qu'il voulait lui donner "une lueur d'espoir" afin qu'il puisse "évoluer" même s'il aurait pu être condamné à perpétuité pour avoir été reconnu coupable de toutes les charges.

Les enquêteurs pensaient que Vilus faisait partie de la brigade "Al-Muhajireen" (les immigrants), une équipe qui avait commis des actes de torture et des exécutions, ce qu'il avait nié.

Cependant, le tribunal a statué que Vilus a supervisé les exécutions en tant que membre de la police religieuse dans la ville d'Ash Shaddadi, au nord-est de la Syrie, près de la frontière irakienne.

Dans une vidéo publiée en 2015 par le service des médias de l'État islamique, un homme qui serait Vilus est à deux mètres de là, en tant que deux prisonniers agenouillés et les yeux bandés – l'un des combattants rebelles de l'Armée syrienne libre et l'autre membre de l'armée de Bachar al-Assad – sont exécutés avec une balle dans la tête.

Son arrestation et son procès ont été considérés comme un coup d'État majeur pour les services de sécurité français, car Vilus aurait connu de nombreux Les djihadistes français en Syrie.

Vilus avait reconnu avoir été en contact avec Abdelhamid Abaaoud, l'homme qui, selon les renseignements français, est le cerveau des attentats terroristes de novembre 2015 à Paris.

(AFP)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here