sport

Stefanos Tsitsipas monte dans la dernière place, rendez-vous est pris entre Sofia Kenin et Petra Kvitova

  • Stefanos Tsitsipas passe sans trembler

Les retrouvailles ont pris fin. Un peu plus d’une semaine après avoir combattu un combat acharné pendant plus de deux heures en finale du tournoi de Hambourg, Stefanos Tsitsipas et Andrey Rublev ont disputé un quart de finale moins affamé le mercredi 7 octobre. Vainqueur en 1 h 55 et trois sets (7-5, 6-2, 6-3), le Grec, numéro 6 mondial, se qualifie pour la première fois dans les quatre derniers à Roland Garros. Il a livré une partition magistrale au Russe.

Dans ce quart de finale tamponné ” Prochaine génération “ – les deux joueurs sont parmi les jeunes pousses les plus prometteuses du circuit – Tsitsipas a semblé immédiatement perturbé par la puissance de frappe de Rublev, abandonnant sa mise au jeu en début de match.

En tête de la course, le Russe de 22 ans a remporté le premier tour. Mais Tsitsipas, fils d’un ancien champion soviétique, a alors décidé de lâcher prise. Vainqueur de quatre matchs d’affilée, porté par plusieurs coups d’aisance impressionnants, le Grec a pris l’ascendant et le premier set.

Marqué par ce malheur, Andrey Rublev n’a jamais semblé en mesure de se remettre sur les rails. Impatient, essayant de couper court aux échanges, il vit, impuissant, son adversaire déployer son jeu flamboyant. Et expédiez le deuxième tour en moins d’une demi-heure. Avant un troisième set à peine plus disputé.

«Nous avons un peu un style de jeu similaire, même si je vais un peu plus vers le filet et utilise un peu plus les angles, Tsitsipas avait prévenu avant la réunion. Il est très difficile à jouer et il m’oblige à faire de mon mieux sur le terrain quand je lui fais face. “

Près de deux ans après avoir atteint les demi-finales de l’Open d’Australie, le numéro 6 mondial, âgé de 22 ans, retrouve les quatre derniers d’un tournoi du Grand Chelem. Qualifié pour les demi-finales sans avoir eu à puiser dans ses réserves, le Grec peut se préparer pour la prochaine épreuve: vendredi, il affrontera soit le numéro 1 mondial, Novak Djokovic, soit l’Espagnol Pablo Carreño-Busta.

Sofia Kenin disputera sa première demi-finale à Roland Garros.

Les tympans des spectateurs de l’Ouest parisien peuvent la remercier. En remportant le duel contre sa compatriote Danielle Collins mercredi, l’Américaine Sofia Kenin (numéro 6 mondiale) a mis fin à la Exubérant “allez” envoyé par le 57e joueur du circuit depuis le début de la quinzaine.

Vainqueur en trois sets – comme dans tous ses matches à la Porte d’Auteuil cette année, à l’exception du troisième tour – celui qui a éliminé la Française Fiona Ferro au tour précédent s’est hissé aux demi-finales de Roland-Garros pour la première fois de sa jeune carrière.

A 21 ans, Sofia Kenin, qui a remporté l’Open d’Australie plus tôt cette année – avant l’isolement et l’interruption des matchs sur la planète tennis – reste en lice pour décrocher un deuxième tournoi du Grand Chelem cette année.

Plus offensive que sa compatriote, variant son jeu et essayant un certain nombre de tirs gagnants – pas toujours millimétrés cependant, ce qui a aidé son adversaire à rester dans le match – Sofia Kenin a fait craquer Danielle Collins à de nombreuses reprises. Avant de profiter d’une baisse du régime physique de son adversaire – celui-ci a sollicité l’intervention du kinésithérapeute lors du troisième set – pour écourter les échanges et valider sa qualification.

Vainqueur (6-4, 4-6, 6-0) de son premier quart de finale à Roland-Garros, Sofia Kenin affrontera jeudi Petra Kvitova pour une place en finale.

  • Petra Kvitova de retour en demi-finale

Petra Kvitova, mercredi 7 octobre, à Paris.

C’était il y a huit ans. Au printemps 2012, Petra Kvitova a atteint les demi-finales du tournoi de Roland-Garros. Elle s’est inclinée devant la Russe Maria Sharapova, la future gagnante. Jeudi, le Tchèque, 30 ans, retrouvera ce «dernier carré».

Mercredi, celle classée onzième mondiale s’est facilement qualifiée pour les demi-finales en battant en deux sets (6-3, 6-3) l’Allemande Laura Siegemund. Le gaucher tchèque n’a toujours pas perdu un seul set depuis le début du tournoi.

La double gagnante de Wimbledon (2011 et 2014) a failli voir sa carrière écourter fin décembre 2016 à la suite d’une attaque à l’arme blanche lors d’un cambriolage chez elle en République tchèque. Sa main gauche blessée avait nécessité une opération assez lourde et le joueur avait été absent des courts pendant cinq mois. Depuis, elle n’avait pas passé les huitièmes de finale sur terre battue parisienne.

READ  Sölden: un premier tour de géant «plutôt correct» pour Alexis Pinturault (4e) - Ski alpin - CM (M)

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer