science

Signification de covid-19: traitement, durée, incubation …

Apparue fin 2019, la maladie Covid-19 est responsable d’une épidémie mondiale qu’aucun vaccin ou traitement n’a encore réussi à arrêter. Que signifie «Covid-19»? Origine du nom, symptômes, durée de contagion, incubation, personnes à risque … Que savons-nous de cette nouvelle maladie infectieuse?

Fin 2019, des cas groupés de pneumonie sont survenus Chine dont certains étaient mortels. 9 janvier virus responsable est identifié, il s’agit d’un nouveau coronavirus appelé SRAS-CoV-2 responsable d’un maladie appelée Covid-19. Symptômes, période d’incubation, contagion, personnes à risque … Connaissance actuelle de cette nouvelle maladie infectieuse que nous n’avons toujours pas réussi à arrêter dans le monde.

Covid-19 est le nom donné par l’OMS le 11 février 2020 à un nouvelle maladie infectieuse respiratoire apparu en décembre 2019, en Chine, et causé par le coronavirus SRAS-CoV-2.

  • Co “pour” corona “,
  • “vi” pour “virus”
  • «D» pour «maladie» («maladie» en anglais).
  • 19 pour l’année de son apparition: 2019.

“Nous avons dû trouver un nom qui ne faisait pas référence à une situation géographique, à un animal, à un individu ou à un groupe de personnes” Le Directeur général de l’OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, a détaillé pour éviter toute stigmatisation de la maladie. Cette maladie aurait été transmise à l’homme suite à la consommation de viandes contaminées – chauve-souris ou pangolin sont les deux hypothèses les plus avancées – vendues sur un Marché local de Wuhan en Chine.

En savoir plus sur le virus:

Les manifestations de la maladie Covid-19 sont désormais bien connues: elles concernent en particulier le poumon, le rein, le système nerveux (y compris les manifestations psychiatriques), le cœur, la peau, le système digestif et la sphère ORL. Contrairement à la grippe, qui s’installe soudainement, un infection par coronavirus “se fait progressivement sur plusieurs jours” indique l’Institut Pasteur. Les patients rapportent des symptômes qui apparaissent sur une semaine et un temps de guérison assez long.

En France, il y a près de 15% des formes sévères de Covid-19. D’après les travaux d’une équipe franco-américaine publiée par leInserm, ces patients tous seraient dépourvus de l’activité des interférons de type I, molécules du système immunitaire qui ont normalement une activité antivirale puissante. Le principal danger de l’infection à Covid-19 réside dans ses complications pulmonaires. Des syndromes inflammatoires ont également été rapportés chez quelques enfants nécessitant une hospitalisation.

Quelles sont les personnes les plus à risque?

La maladie Covid-19 est plus grave selonâge (les plus de 65 ans sont surreprésentés parmi les décès), sexe (les humains sont plus à risque de maladies graves et le taux de mortalité est plus élevé chez les humains) et présence de comorbidités. le trois comorbidités les plus à risque en France, les formes sévères de Covid-19 sont” Hypertension, maladies cardiaques et diabète. Insécurité est un autre facteur de risque documenté.

La durée moyenne d’incubation est 5 jours avec un durée maximale de 12 à 14 jours.

Une personne atteinte de Covid-19 est contagieuse 2 à 3 jours avant l’apparition des symptômes et jusqu’à 8 jours plus tard, montre un résumé publié par Santé publique France le 8 juillet. De plus, environ 50% des transmissions se produiraient pendant la phase pré-symptomatique du patient source. Une fois contaminé, le patient peut le rester Plusieurs semaines. Sur le Collectif d’inter-réanimation sur Facebook, les soignants indiquent que les patients “sont toujours positifs après plus de 3 semaines de réanimation “.

Selon le Dr Gerald Kierzek, “la guérison se produit après un quinze jours lorsque vous présentez des symptômes légers. C’est spontané sauf lorsqu’il y a une forme grave et que l’on se retrouve en réanimation où l’on a besoin d’oxygène, où l’on a une pneumonie et là on a besoin de médicaments. “. L’infection par le SRAS-COV2 peut également causer symptômes persistants, au-delà de 3 semaines après les premières manifestations cliniques (syndrome post-covid). L’asthénie peut persister longtemps.

Plusieurs tests sont disponibles en France pour dépister la maladie Covid-19. La référence étant le test RT-PCR qui se fait dans le nez. Les personnes présentant des symptômes ont la priorité.

Aucun traitement à activité virale directe n’a prouvé scientifiquement son efficacité dans la lutte contre le SRAS-CoV-2.

  • Dans les formes bénignes de la maladie qui ne nécessitent pas d’hospitalisation: en cas de fièvre, il est conseillé de prendre du paracétamol et non des anti-inflammatoires qui peuvent enflammer l’infection. La progression des symptômes doit être surveillée et en cas d’aggravation avec difficulté à respirer, appeler le 15.
  • Pour les formes sévères lors d’une hospitalisation, en dehors d’une unité de soins intensifs: assistance en oxygène, assistance ventilatoire et:

l’utilisation de corticostéroïdes (dexaméthasone), traitement anti-inflammatoire qui réduit la mortalité des patients nécessitant une prise en charge oxygénée selon l’essai clinique randomisé contrôlé Recovery

l’utilisation de tocilizumab (traitement anti-interleukine-6) qui semble être efficace chez les patients nécessitant plus de 3 litres / minute d’oxygène.

“Le nombre de cas de réinfection rapportés reste anecdotique.”

anticoagulation par héparine ce qui permet diminuer le risque de thrombose et embolie

Remdesivir: le médicament a été validé par l’Agence européenne des médicaments, pas encore au niveau de la France.

  • Pour les formes sévères en soins intensifs : utilisation de la ventilation mécanique invasive (intubation), voire oxygénation extracorporelle dans les formes les plus sévères et reprise des trois thérapies mentionnées ci-dessus (corticostéroïdes, tocilizumab et héparine).

Traitements exclus:

  • Les antibiotiques : dans une Avis du 6 juin 2020, le HCSP déconseille de prendre des antibiotiques chez un patient présentant des symptômes liés à un Covid-19 confirmé (en dehors d’un autre foyer infectieux) “en raison du caractère exceptionnel de la co-infection bactérienne”. L’antibiotique Azithromycine a été administré à plusieurs patients Covid-19 dès le début de l’épidémie. En attendant la confirmation du diagnostic virologique de Covid-19 et en cas de doute avec une infection bactérienne, le HCSP indique qu’il peut y avoir une prescription d’amoxicilline.
  • Hydroxychloroquine : “Après les premières observations de cohortes non randomisées suggérant l’efficacité de l’hydroxychloroquine, seule ou en association, la grande majorité des essais randomisés menés en France, en Europe, aux Etats-Unis, au Brésil ou dans l’essai de l’OMS, n’ont pas retrouvé cet effet” explique le Conseil scientifique Covid-19.
  • Lopinavir / ritonavir: Chez les patients hospitalisés avec une forme sévère ou critique de la maladie, 4 essais contrôlés randomisés n’ont pas trouvé l’efficacité de l’administration de lopinavir / ritonavir.
  • Sarilumab : le médicament a été testé aux États-Unis. Les sociétés ont arrêté leur essai en raison du manque d’efficacité du médicament trouvé et des effets secondaires sévères plus fréquents.

• Vaccins contre le covid19

Fin octobre 2020, selon la liste de l’OMS, près de 200 vaccins candidats contre le SRAS-CoV-2 sont en cours de développement, utilisant huit plates-formes technologiques différentes: vaccins vivants atténués et inactivés, vaccins à base d’unités sous-protéiques, vaccins d’origine virale le matériel génétique (ARN et ADN, jamais commercialisés chez l’homme), les vaccins par vecteur viral réplicatif ou non réplicatif, et les vaccins à pseudo-particules virales «virus-like particules».

> Plus d’informations sur les traitements et les vaccins Covid-19

Sans certitude. «La plupart des personnes infectées développent une réponse immunitaire au cours des premières semaines, mais nous ne savons pas si elle est forte, combien de temps elle dure ou comment elle se manifeste chez différentes personnes. Des cas de réinfection ont également été signalés. indique l’Organisation mondiale de la santé le 15 octobre, qui s’oppose au principe de l’immunité collective comme moyen de lutter contre l’épidémie de Covid-19. «Tant que nous ne comprendrons pas mieux l’immunité au virus COVID-19, il ne sera pas possible de savoir quelle proportion d’une population est immunisée et combien de temps dure cette immunité, et encore moins de faire des prédictions pour ces questions devraient exclure toute idée de renforcement. l’immunité dans une population en laissant le virus se propager. “

Dans une rapport publié le 1er décembre, la Haute Autorité de Santé indique que “Le nombre de cas de réinfection rapportés reste anecdotique. Ces réinfections clairement documentées, au nombre d’une dizaine, car elles impliquent des virus différents au cours des deux épisodes infectieux – ont été observées chez des sujets assez jeunes et non immunodéprimés”.

READ  l'exécutif s'inquiète pour trois régions

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer