Home World Poutine soutient l'amendement lui permettant de rester au pouvoir après 2024

Poutine soutient l'amendement lui permettant de rester au pouvoir après 2024

23
0
Poutine soutient l'amendement lui permettant de rester au pouvoir après 2024

Délivré le: Modifié:

Le président russe Vladimir Poutine a soutenu mardi un amendement constitutionnel proposé qui lui permettrait de se faire réélire après la fin de son mandat actuel en 2024, mettant ainsi fin à l'incertitude quant à son avenir.

Poutine a soutenu l'amendement du législateur Valentina Tereshkova, qui en tant que cosmonaute soviétique en 1963 a été la première femme à voler dans l'espace. Elle a suggéré une démolition Russeest la limite de deux mandats pour les présidents ou la remise à zéro de l'heure pour que les quatre mandats de Poutine ne comptent pas.

Les législateurs de la Douma contrôlés par le Kremlin ont rapidement approuvé la proposition de Tereshkova, ainsi qu'une série radicale de changements constitutionnels proposés par Poutine.

Mardi, dans un discours devant les législateurs, Poutine s'est prononcé contre la suppression des limites du mandat présidentiel, mais a soutenu l'idée que si la constitution était révisée, la limite de deux mandats ne s'appliquerait qu'en 2024. Le mandat actuel de six ans du président se termine en 2024.

Poutine, 67 ans, est au pouvoir depuis plus de 20 ans et est devenu le dirigeant le plus ancien de la Russie depuis le dictateur soviétique Josef Staline. Ayant rempli deux mandats présidentiels en 2000-2008, il a déménagé au bureau du Premier ministre russe, tandis que le protégé Dmitri Medvedev a été président provisoire.

Poutine a repris la présidence en 2012 et a remporté un nouveau mandat en 2018.

Une série de changements constitutionnels que Poutine a proposés en janvier ont été perçus par les ennemis du Kremlin dans le cadre de ses efforts pour rester au pouvoir. Cependant, on ne savait pas avant mardi comment Poutine pouvait atteindre cet objectif.

Les observateurs avaient émis l'hypothèse que Poutine pourrait utiliser les changements en termes de rebut; aller au siège du Premier ministre avec des pouvoirs renforcés; ou continuer à appeler les coups de feu en tant que chef du Conseil d'État.

Il a rejeté toutes ces options et a finalement révélé ses cartes mardi après que Tereshkova, une figure légendaire qui a été largement honorée pour son vol spatial révolutionnaire, lui ait proposé ses idées.

"Je propose de supprimer la limite du mandat présidentiel ou d'ajouter une clause selon laquelle, après l'entrée en vigueur de la Constitution révisée, le président en exercice, comme tout autre citoyen, a le droit de briguer la présidence", a déclaré contre un applaudissement brutal.

Après l'intervention de Tereshkova, Poutine est rapidement venu au Parlement pour s'adresser aux législateurs.

Il a dit qu'il était au courant des appels publics à le garder comme prédicateur et a souligné que la Russie avait besoin de stabilité en particulier.

"Le président garantit la sécurité de notre État, sa stabilité interne et son développement évolutif", a déclaré M. Poutine. "Nous avons eu assez de révolutions."

Il a toutefois déclaré que la Constitution étant un document à long terme, la suppression de la date limite n'était pas une bonne idée.

Puis il a largué la bombe et a dit qu'il avait une opinion positive de la proposition alternative de Tereshkova de recommencer le comptage lorsque la nouvelle constitution entrera en vigueur.

"En ce qui concerne la proposition de lever les restrictions pour chaque personne, y compris le titulaire, afin de permettre la participation aux élections, cette option est possible", a déclaré M. Poutine.

Il a ajouté que la Cour constitutionnelle devrait évaluer si la réinstallation serait légale, bien que le consentement du tribunal soit pratiquement garanti.

La déclaration de Poutine est intervenue lorsque les législateurs ont examiné les changements dans une deuxième lecture cruciale lorsque des modifications ont été apportées au document.

La chambre basse contrôlée par le Kremlin, la Douma, a rapidement approuvé les changements proposés par un vote de 382-0 avec 44 abstentions. Un vote en troisième lecture sera une formalité rapide. Un vote national sur les modifications proposées aura lieu le 22 avril.

(AP)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here