sport

Pourquoi le basketball américain pourrait ne pas être en mesure de se qualifier pour les Jeux olympiques

Mais, à certains égards, c’est ce qu’ils essaient toujours de faire.

Seuls deux des joueurs figurant dans l’équipe américaine de 12 joueurs pour les Championnats du monde 2019 sont de retour aux Jeux olympiques : Chris Middleton et Jason Tatum. A titre de comparaison, sept joueurs sont rentrés en France, et Vincent Colette, le sélectionneur français, est à la tête de l’effectif depuis 2009.

Draymond Green a déclaré: “Beaucoup de ces équipes planifient depuis cinq ou 10 ans, la cohérence, la continuité qu’elles ont dans leur attaque, la familiarité qu’elles ont entre elles, c’est la seule chose que nous ne pouvons pas remplacer.”

Malgré tout leur talent, les Américains n’ont pas leurs meilleurs joueurs, ni les plus expérimentés de la compétition internationale, ici au Japon. Des stars comme LeBron James, Stephen Curry et James Harden, pour n’en nommer que quelques-uns, sont restés à la maison. Imaginez que Cristiano Ronaldo soit absent de la Coupe du monde.

Mais les priorités diffèrent parmi le bassin actuel de joueurs américains, et les Jeux olympiques ne sont pas une Coupe du monde – pas pour les Américains du moins. Il était surprenant, par exemple, d’entendre le gardien des Dallas Mavericks Luka Doncic dire avant le tournoi qu’il préférait remporter une médaille d’or avec la Slovénie plutôt qu’un titre NBA.

Ensemble, ce ne sont pas des conditions idéales de réussite. Rudi Joubert de France – et de l’Utah Jazz – a semblé presque sympathique après le match en expliquant tous les petits aspects du jeu international – au pouvoir, en particulier – que les Américains pourraient trouver inconnus et déroutants.

READ  Mbappé rate, buteurs débloqués, Vieira affaiblie: les tops et les flops de la 12e journée

“Je veux dire, il y a beaucoup de nuances”, a déclaré Joubert.

Les États-Unis s’en sortiront bien pour le moment. Comme Hammad Hadidi d’Iran, l’adversaire des Américains, l’a noté mercredi, “Ils sont bien, bien meilleurs que nous”.

Mais la perte de dimanche portait des signes avant-coureurs sur les limites de la capacité de brut.

Popovic, par exemple, était frustré par ce qu’il appelait des « biens secs », des moments où l’attaque de l’équipe semblait léthargique et n’a pas réussi à marquer. En revanche, la France semblait lisse, sûre d’elle et consciente d’elle-même.

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer