science

posséder un chien augmente le risque d’être infecté de 78%, selon une étude

Une vaste étude espagnole a mis en lumière les situations et les comportements qui nous exposent à un risque élevé de contamination par coronavirus. Résultat: propriétaires de chiens voir le risque de contracter le virus augmenter de 78%.

Plus étonnant encore, la livraison d’épicerie à domicile (94%) représente l’activité la plus dangereuse: se rendre en magasin serait donc moins risqué selon les données, établies par l’enquête réalisée auprès de 2086 personnes lors de leurs activités pendant l’enfermement en Espagne entre mars et mai 2020. Des scientifiques espagnols ont également trouvé une forte probabilité d’infection en cas de déplacement professionnel (+ 76%) et pour les personnes vivant avec une personne touchée par le virus (+ 60%).

Concernant la transmission du virus par les chiens, Cristina Sánchez González, co-auteur de l’étude publiée dans la revue Recherche environnementale, rappelle que les données sont insuffisantes pour déterminer si animaux “sont eux-mêmes porteurs du virus, ou si les propriétaires sont infectés par des objets contaminés, qu’ils sont plus susceptibles de manipuler”.

Les chiens peuvent-ils infecter les humains?

Plusieurs hypothèses persistent également: les propriétaires de chiens peuvent être moins sensibles au respect des mesures d’hygiène. En revanche, ils peuvent être «plus exposés aux contacts sociaux» lorsqu’ils promènent leur animal. Enfin, les chercheurs n’excluent pas le risque que «le virus se propage dans les selles», explique Sciences Futura.

Alors que les scientifiques de l’Institut Pasteur et de l’École nationale vétérinaire d’Alfort estiment que les animaux domestiques ne sont pas facilement infectés par le virus, les cas de transmission du vison à l’homme grâce à “une nouvelle souche mutée” a récemment suscité les préoccupations de la communauté scientifique. Selon plusieurs études, les chiens peuvent être infectés sans développer de symptômes de la maladie.

READ  Bilan d'octobre 2020: entre tempêtes, orages, fraîcheur et neige en montagne

Mais une étude de l’école vétérinaire VetAgro Sup à Lyon, rappelle que si la contamination des animaux domestiques est “largement” une infection asymptomatique “,rien n’indiquerait qu’ils peuvent ensuite recontaminer les humains », a-t-il été rapporté sur BFMTV.

La rédaction vous recommande


Lire la suite

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer