Home Culture Par crainte d'un & # 39; lynchage public & # 39; Polanski...

Par crainte d'un & # 39; lynchage public & # 39; Polanski saute la soirée des Oscars

77
0
Les "Oscars français", sous le feu des projecteurs, se sont préparés à une confrontation avec Polanski

Délivré le: changé:

Le cinéaste Roman Polanski, qui est attaqué, a annoncé qu'il éviterait la cérémonie de remise des prix de vendredi pour les Césars, l'équivalent français des Oscars, affirmant qu'il ne se soumettrait pas à un "lynchage public" concernant les viols qu'il nie.

Des militantes des droits des femmes ont promis de perturber la cérémonie de remise des prix à ParisPolanski des banderoles et des graffitis sur le lieu de l'événement et au siège de l'Académie du cinéma français, Académie des Césars.

Dans un communiqué publié jeudi, le directeur basé à Paris a déclaré que la cérémonie s'était transformée en "lynchage public". Il s'est concentré sur les allégations de violences sexuelles dirigées contre lui et a déclaré: "Les fantasmes d'esprits malsains sont désormais traités comme des faits prouvés."

Le réalisateur de 87 ans est toujours recherché aux États-Unis pour le viol légal d'une fille de 13 ans en 1977. Plus récemment, il nie les nouvelles allégations de viol du photographe Valentine Monnier, qui dit l'avoir violée dans son chalet suisse en 1975 .

"Nous savons à l'avance comment se déroulera cette soirée", a écrit Polanski, qui a la double nationalité française et polonaise, dans son communiqué.

Sa décision de sauter l'événement marque le dernier tournant dramatique d'une saga d'un mois qui a bouleversé l'académie du cinéma. Il survient deux semaines après que l'ensemble du conseil d'administration de l'académie a démissionné au milieu d'une rangée au sujet de la structure de prise de décision byzantine et de la broche Polanski.

>> Les "Oscars français", sous le feu des projecteurs, se préparent à une confrontation Polanski

Polanski et l'Académie étaient en pleine tempête de protestation le mois dernier après le nouveau film du réalisateur sur l'affaire Dreyfus, "Un officier et un espion", en tête de la liste des nominations pour les prix César, qui auront lieu vendredi. sont présentés. la nuit.

Le film, qui a remporté deux prix au Festival du film de Venise, dont le meilleur réalisateur, a été un blockbuster à la maison, malgré une vague de protestations dans lesquelles certaines projections ont été annulées après que les manifestants ont envahi ou bloqué les cinémas.

L'inscription sur la liste restreinte des Césars a abouti à une condamnation du ministre français de l'égalité, des groupements féminins et de certains critiques de cinéma.

Le directeur Alain Terzian avait à l'époque justifié le choix de l'académie en disant qu'elle "ne devait pas prendre une position morale" sur l'attribution des prix. Depuis lors, il a démissionné, ainsi que le reste du conseil d'administration.

La ligne vient quand le cinéma français a commencé son propre compte des allégations d'abus sexuels dans l'industrie cinématographique, sous l'impulsion des actrices Adèle Haenel, qui ont touché un nerf l'automne dernier quand elle s'est ouvert sur le harcèlement sexuel qu'elle a enduré en photographiant son premier film, 12 ans.

Dans un interview avec le New York Times cette semaine, Haenel a déclaré que la France avait "complètement raté" le bateau dans le mouvement # MeToo et n'avait pas réussi à faire la distinction entre "comportement libertin" et "abus sexuel".

"Polanski est craché au visage de toutes les victimes", a-t-elle déclaré dans un avertissement à ceux de l'académie du cinéma qui envisageaient de voter pour son film. "Cela signifie que violer des femmes n'est pas si mal."

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here