sport

Mercato OM: une équipe monte dans la hiérarchie? – Mercato

L’OM n’aurait pas renoncé à embaucher un joker à l’arrière droit. Mais la décision n’a pas encore été prise dans les bureaux de décision de la Commanderie. Jacques-Henri Eyraud veut rester fidèle à sa ligne de conduite et ne pas recruter pour recruter, sous l’influence de l’émotion, la déception de ne pas avoir pu boucler le dossier Joakim Maehle qui ressemblait à une belle opportunité. Il se mord toujours les doigts d’avoir cédé et accepté de recruter Aymen Abdennour en août 2017, un prêt de deux ans à un prix élevé, ce n’est pas pour embaucher un arrière droit que l’on se demandera ce qu’il y fera l’été prochain et combien de temps encore il devra traiter avec lui avant de quitter le club à la fin de son contrat. Ce qui tombe plutôt bien, c’est que Pablo Longoria semble sur la même longueur d’onde. L’Espagnol souhaite soit recruter un élément jeune, capable de succéder à Sakai dans quelques années, soit un élément d’expérience qui est immédiatement opérationnel en Ligue des champions. Il se peut donc que l’OM ne recrute finalement pas. Et dans ce cas, c’est la promotion interne qui profitera à un membre de l’effectif en manque de temps de jeu.

Rocchia a dû partir … mais il est toujours présent

Mais qui? Il y a quelques semaines, le troisième arrière droit de la hiérarchie, c’était Ali Abdallah Mohammed (21 ans), déjà affûté avec plus de cinquante matchs en équipe réserve. Mais l’international comorien a été prêté à la Belgique, à Zulte-Warnegem. Le numéro quatre est Richecard Richard (18 ans), qui vient de devenir professionnel cet été. La personne concernée a également reçu de nombreux messages sur les réseaux sociaux ces derniers jours. Des messages de soutien qui se transforment en fléchettes. Car le jeune arrière droit n’est même pas appelé à s’entraîner avec les pros quand il manque le monde. Non, la situation pourrait en profiter … Christopher Rocchia, qui n’a finalement pas quitté le club. Pourtant, il était dans les tuyaux et André Villas-Boas en avait parlé ouvertement lors d’une conférence de presse. Rocchia aurait pu être la doublure d’Amavi au début de l’été mais il a laissé filer sa chance avec une blessure évitable avant même la première étape au Portugal. La seule issue semblait être un départ, l’élément de 22 ans pouvant encore surfer ses 18 mois en prêt à Sochaux pour trouver une nouvelle équipe. Jusqu’au dernier moment, les formations de Ligue 2, dont une qui jouera la montée, ont regardé son profil. Le contact le plus chaud a cependant conduit à la Suisse, Lausanne, actuelle deuxième du championnat. Un projet qui retient l’attention de nombreux acteurs en France aujourd’hui et pour cause: c’est Ineos le principal actionnaire, également propriétaire de Nice. En cas de bonne saison, il y a donc la possibilité de rebondir avec les Aiglons. Mais dans la dernière ligne droite, Rocchia a refusé. Il restera donc à Marseille, au moins jusqu’en janvier, et cela pourrait faire les affaires d’André Villas-Boas.

READ  Stefanos Tsitsipas monte dans la dernière place, rendez-vous est pris entre Sofia Kenin et Petra Kvitova

Quid de Khaoui?

L’entraîneur se sent, mais pourrait offrir à Rocchia la position de numéro 4 dans la hiérarchie de l’équipe. Utilisez Nagatomo à droite lorsque Sakai n’est pas disponible et permettez donc à celui qui a fait la finale de Gambardella avec l’OM en 2017 d’être à nouveau la doublure d’Amavi. Attention, il ne faut pas oublier Saîf Khaoui, désormais utilisé à ce poste et déterminant lors de l’égalisation contre Metz avec une bonne remontée du ballon et une bonne transmission pour Benedetto. Mais face à Saint-Etienne en fin de match, AVB avait préféré ramener Rocchia plutôt que Khaoui, alors que la première ville était clairement sur le départ. À l’époque, l’entraîneur s’est justifié: “Saîf est un milieu. Il a été très déçu, car je l’ai souvent utilisé à ce poste et aujourd’hui j’ai préféré Rocchia, pPour qu’il y ait un peu d’intensité dans la profondeur. Nous lui avons donné une chance. C’est un pur côté gauche ». A lui de tout faire pour rester sur cette impression.

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer