sport

L’USTA annonce la liste des ressources en santé mentale avant l’US Open

13 septembre 2020 ; Flushing Meadows, New York, États-Unis; Une vue générale du stade Arthur Ashe au Centre national de tennis Billie Jean King à Aoste. Crédit obligatoire : Robert Deutsch-USA TODAY

NEW YORK (Reuters) – La United States Tennis Association a annoncé mardi une initiative de santé mentale pour les joueurs, alors que le tirage au sort de l’US Open commence la semaine prochaine.

L’USTA a déclaré dans une déclaration écrite que les concurrents de Flushing Meadows auront accès au “programme complet de services médicaux” du tournoi, qui comprendra l’accès à des prestataires de soins de santé mentale et à des “chambres calmes” sur place.

L’US Open a déclaré: “La question de la sensibilisation à la santé mentale a été mise au premier plan au cours de la pandémie mondiale, car de nombreuses personnes, y compris des joueurs, ont vécu le stress et les émotions provoquées par COVID-19.” La directrice du tournoi Stacey Allister.

Les événements de l’année dernière se déroulent alors que la santé mentale dans le sport est devenue un sujet brûlant.

La numéro deux mondiale Naomi Osaka s’est retirée de Roland-Garros en mai après une dispute avec les organisateurs du tournoi au sujet des apparitions obligatoires dans les médias, qui, selon elle, ont exercé une pression indue sur les joueurs. Elle a révélé plus tard qu’elle souffrait de crises de dépression depuis des années. Lire la suite

Les organisateurs de Roland-Garros ont admis plus tard qu’ils pourraient faire mieux pour la santé mentale des athlètes. Lire la suite

Osaka devrait jouer à l’US Open.

READ  French Light peut présenter le grand gagnant Keri Brion

Le problème était à nouveau au premier plan aux Jeux olympiques de Tokyo, lorsque la gymnaste quadruple médaillée d’or Simone Biles s’est retirée de plusieurs événements, invoquant la nécessité de se concentrer sur sa santé mentale et d’attirer un soutien mondial. Lire la suite

Brian Heinlein, vice-président principal de l’USTA et professeur de neurosciences à l’Université d’Indiana et à l’Université de New York, a déclaré qu’il espérait que le programme augmenterait l’accès au soutien en santé mentale.

“Notre objectif est de rendre les services de santé mentale aussi facilement accessibles aux athlètes que les services d’entorse de la cheville – et sans la stigmatisation”, a déclaré Heinlein. « Nous fournirons un environnement qui favorise le bien-être. »

(Reportage) Amy Tenery Montage par Bill Bercrot

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer