science

l’extravagant William Buckland et le premier dinosaure

Le douzième épisode de Chasseurs scientifiques est disponible pour écouter! Cette fois, nous vous proposons une rencontre haute en couleur avec le scientifique anglais qui a découvert le premier dinosaure … quand le mot n’existait pas!

Dans les salles de l’Université d’Oxford, au XIXe sièclee siècle, une voix puissante sort d’une salle de classe. C’est celui de William Buckland. Le scientifique a marqué son temps par sa personnalité terrestre, mais aussi par l’importance de son travail scientifique. Cet passionné de fossiles, et les animaux en général, est à l’origine de la première description d’un dinosaure. Ce nouvel épisode de Chasseurs scientifiques vous invite à passer quelques instants en sa compagnie et à le suivre dans ses conférences et dans ses analyses de fossiles.

« L’extravagant William Buckland et le premier dinosaure C’est le douzième nouvel épisode de notre podcast sur les traces des aventuriers scientifiques. Découvrez-le maintenant sur vos plateformes de podcast préférées.

le Mégalosaure, le dinosaure qui ne porte pas encore le nom

À partir de 1815, Buckland recueille plusieurs fossiles qui semblent appartenir au même espèce, mais quelle espèce? Rien de tel n’a jamais été décrit. La mâchoire titanesque qu’il a trouvée dans la carrière de Stonesfield semble appartenir à un lézard géant disparu. Il décide alors de l’appeler le Mégalosaure. Sans le savoir, William Buckland vient de décrire le premier dinosaure de l’histoire. Nous sommes alors en 1824. Mais, à cette époque, le mot n’existe tout simplement pas, il sera inventé en 1841 par un autre paléontologiste. A partir de fossiles, William Buckland propose une description du premier dinosaure plutôt … originale!

Les chasseurs de science ont besoin de vous pour vivre!

Aimez-vous ce podcast? Faites le nous savoir ! Si vous aimez ces explorations temporelles, pensez à nous laisser une note sur les plateformes de la diffusion ainsi que de partager vos réactions dans les commentaires. Partagez ce podcast autour de vous et n’oubliez pas de vous abonner pour ne manquer aucun épisode!

Transcription du podcast

Bienvenue Chasseurs scientifiques, un podcast produit par Futura, je suis Julie et je serai le guide temporel de ce voyage. Aujourd’hui, nous remontons le temps à la racine du paléontologie, en compagnie d’un homme qui a marqué l’histoire scientifique de la première moitié du XIXe siècle autant pour son travail scientifique que pour sa personnalité fantasque.

READ  La revue Prescrire publie sa 9ème liste noire des médicaments à éviter

A la fin du XVIIIe siècle, le jeune William Buckland sillonne la campagne anglaise du Devon dans laquelle il vit. Il visite des grottes, des forêts, des carrières à la recherche de quelque chose de spécifique: des fossiles. En effet, Devon, mais aussi Dorset, juste à côté, sont connus pour leur dépôts ossements et restes d’animaux. Plusieurs années plus tard, il fera une découverte qui marquera l’histoire de la science.

William Buckland a commencé ses études dans les cours de théologie de l’Université d’Oxford, mais il s’est également intéressé aux sciences naturelles, et en particulier géologie, où il excelle. En 1813, il devient responsable des cours de géologie et de minéralogie à l’université. Sa légende commence ici.

Les cours de sciences naturelles n’attirent pas beaucoup d’étudiants car ils ne sont pas obligatoires. Mais peu à peu, les conférences de Buckland sont devenues l’attraction de l’université. C’est un vrai forain qui tient ses élèves en haleine en vivant ses leçons comme des pièces de théâtre, où la science rencontre des imitations clownesques. Ses compétences de conférencier font de lui un génie de la vulgarisation scientifique.

Un témoignage d’un élève de l’époque nous permet d’imaginer l’ambiance qui régnait dans la classe:

« Buckland, un le crâne une hyène à la main s’est précipitée vers le premier élève assis au premier rang et a crié “Qu’est-ce qui dirige le monde?” L’étudiant, absolument terrifié, n’a pas répondu. Il s’approcha de moi, le crâne d’hyène près de mon visage. «Qu’est-ce qui dirige le monde?» Sans connaître la réponse, je dis: «Leestomac, Monsieur. »S’exclama-t-il. »

L’extravagant William Buckland propose égalementde l’alcool à ses élèves et n’hésite pas à partager ses anecdotes les plus insolites. Il nous assure qu’il a goûté à tous les animaux qui existent – sauf la taupe et la mouche à viande, qui sont sales pour lui yeux. Il le sert pour le dîner à ses invités. Il a également goûté à la chair humaine! Il aime à dire qu’il a avalé un fragment du cœur de Louis XIV, sans dire s’il l’a trouvé à son goût, lors d’un dîner avec la famille Harcourt.

READ  Nous avons découvert une "planète Pi"!

Sa personnalité n’empêche pas William Buckland d’être un scientifique sérieux. Les fossiles constituent toujours l’épine dorsale de ses travaux de recherche. Il publie son premier ouvrage remarqué en 1822. Dans Les restes diluviana il décrit et analyse plusieurs fossiles, dont ceux d’un hippopotame, trouvés dans la grotte de Kirkdale dans le Yorkshire. Il démontre ensuite que ces restes ne proviennent pas d’animaux morts pendant le déluge, mais qu’ils sont témoins d’un faune passé tropical. Fils d’un pasteur anglican et croyant lui-même, William Buckland ne partage pas les idées de Charles Darwin sur le théorie de l’évolution, mais il a toujours un point de vue différent de ses contemporains créationnistes. Il pense qu’il y avait des animaux sur Terre avant l’apparition des hommes.

Ce n’est pas son œuvre la plus célèbre. Une autre collection de fossiles attire l’attention de Buckland. Au fil des ans, il en a découvert plusieurs dans la carrière de Stonesfield, qui appartiennent à la même espèce. Il a une idée en tête, mais cela semble fou. Il l’expose néanmoins à l’anatomiste français George Cuvier. Ce dernier pense que les fossiles sont les restes d’animaux éteints, plus particulièrement reptiles.

Après sa correspondance avec Cuvier, Buckland est sûr: les vertèbres, les os des membres, et surtout cette mâchoire aux longues dents pointues, sont les restes d’un lézard géant, de plus de 30 mètres de long, qui a dû marcher quatre pattes, le ventre près du sol un peu comme un crocodile. Il le baptise Mégalosaure : le lézard géant. En 1824, il publie son ouvrage le plus célèbre Notes sur le mégalosaure ou le lézard géant de Stonesfield.

Sans le savoir, il vient de décrire le premier dinosaure de l’histoire. En effet, le mot «dinosaure» ou dinosaure n’existe tout simplement pas. Il a été inventé en 1841 par le paléontologue Richard Owen, à partir de deux mots grecs: deinos qui signifie «terriblement grand», et sauros pour “lézard”. Owen repense également la description de Buckland, suggérant que le Mégalosaure a de longues pattes arrière et deux pattes avant plus petites, ce qui correspond plus étroitement à l’image actuelle des dinosaures.

READ  l'âge augmente-t-il le risque d'être infecté?

Quelques années après la publication de son ouvrage fondateur, la santé mentale de Buckland a commencé à décliner. Ses extravagances cachent le début d’un démence strict. Mais c’est un scientifique reconnu: il a reçu de nombreuses distinctions comme la médaille Copley de la Royal Society, la plus prestigieuse et ancienne récompense décernée par la société savante anglaise, dont il était membre de sa jeunesse. Et comme le sien délires ne vous heurtez pas à sa personnalité, personne ne le voit donc comme un vieil homme sénile. Il mourut finalement en 1856 à l’âge de 72 ans, laissant derrière lui un énorme héritage.

Si Buckland reste surtout célèbre pour sa description de Mégalosaure, il est aussi à l’origine d’une discipline scientifique à part entière: l’analyse des coprolites, excréments fossilisés. On peut imaginer, à qui concerne de la personnalité atypique de Buckland, que c’était sûrement sa plus grande fierté.

En parlant de coprolites, on raconte que le savant terreux a bu le thé avec ses invités, qui ont posé leurs tasses et cuillères sur une table fabriquée à partir d’un énorme excrément fossilisé coupé en deux.

Merci pour l’écoute Chasseurs scientifiques. La musique de cet épisode a été composée par Patricia Chaylade. Au texte et à la narration Julie Kern.

Pour soutenir notre travail et améliorer notre visibilité, laissez-nous avant tout 5 étoiles et un commentaire sur votre applications audio préféré. Pour ne manquer aucun autre épisode, abonnez-vous à Spotify, Deezer et Apple Podcast. A bientôt dans Chasseurs scientifiques.

Vous serez également intéressé

Intéressé par ce que vous venez de lire?

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer