sport

Les sept femmes canadiennes de rugby «étroites» se rapprochent après des troubles hors du terrain

Chaque olympien canadien a une histoire à raconter en route vers Tokyo. Peu d’entre elles ressemblent à l’équipe canadienne féminine de rugby à sept.

Médaillées de bronze à Rio sous John Tate, essentiellement des Canadiennes ont divorcé plus tôt cette année avec leur entraîneur de longue date après avoir déposé une plainte officielle en vertu de la politique canadienne de rugby en matière de harcèlement et d’intimidation. Bien que Tate n’ait été reconnu coupable d’aucune violation de cette politique, il a démissionné, estimant que son travail était intenable.

Le rugby canadien a depuis approuvé une mise à jour du Guide de politique sur les sports sécuritaires.

La véritable histoire ne sera peut-être jamais racontée, étant donné les mécanismes en place pour protéger les plaignants et tous les papiers signés dans le cadre du départ de Tate.

Ajoutant à la tourmente, l’équipe de sept personnes a dû faire face à l’épidémie de COVID après son retour d’un événement d’avril à Dubaï.

“Je ne vais pas mentir”, a déclaré le capitaine Jesselyn Landry. “Ce fut une période vraiment difficile pour le groupe en dehors et sur le terrain.” “Vous ne pouvez pas l’arrêter lorsque vous vous présentez. Mais grâce à l’étroitesse de ce groupe en ce moment. Nous l’avons vécu ensemble. Nous nous sommes vraiment rapprochés. De nombreuses conversations honnêtes et vulnérables ont eu lieu au sein de notre groupe pour entraidez-vous et dites nos vérités.

“Je ne pense pas qu’aucun d’entre nous ait prévu ou voulu faire cela au moment où cela s’est produit. Mais je suis très fier de la façon dont nous avons traversé. Et je pense que c’est quelque chose que nous sommes fiers de défendre. Pas l’eau sous le pont, mais nous nous concentrons sur l’avancement et les aspects positifs de notre environnement que nous avons maintenant.” “.

Le rugby canadien, les jeux post-olympiques, une évaluation indépendante du rugby à sept féminin et d’autres programmes prévoient « de nous aider à comprendre le parcours et les expériences des athlètes et du personnel impliqués dans nos équipes nationales ».

Les joueurs « resteront proches du processus », dit Landry.

L’ancien entraîneur de rugby canadien John Tate soutient un examen indépendant d’une plainte de joueurs actuels et anciens. Il a déclaré que les plaintes étaient sans fondement et n’enfreignaient pas les politiques canadiennes sur le rugby. (Bernard Will/Toronto Star via Getty Images/Fichier)

“Vivre les choses pour l’équipe”

L’Australien Mick Byrne mène maintenant les Canadiennes. Il a 62 ans, a une formation et une expérience de vie approfondies et a été impressionné par la persévérance des dames.

“Cette équipe a connu de bons et de mauvais moments”, a-t-il déclaré. “Certains joueurs ont vécu des choses personnelles. Les choses de vie de l’équipe. Ce qui a été fait, c’est que cela a créé une réelle résilience dans le groupe car ils ont dû faire face à des choses qui étaient inconfortables pour eux.

“Certains joueurs ont dû faire face aux choses dont ils étaient la cible. Ils s’en sont sortis à l’autre bout.”[[[[

L’équipe comprend six joueurs qui ont été à Rio : Landry, Brett Bean, Bianca Varela, Kayla Molesky, Karen Paquin et Charity Williams. Kylie Lucan, qui se rend également à Tokyo, est la sœur cadette de Megan Lucan, qui faisait partie de l’équipe de Rio.

L’expérience est un « grand avantage », dit Landry.

Landry, 33 ans, meilleur marqueur de tous les temps aux Championnats du monde avec 1 356 points en carrière, est la clé du groupe.

“C’est une leader calme et intelligente et elle est leader sur le terrain”, a déclaré Byrne. Ce que j’ai trouvé de Ghis, son fil conducteur est «Je vais vous montrer comment c’est fait. Et je t’aiderai à y arriver aussi. “C’est une combinaison parfaite.”

Alors que Byrne dit que la profondeur du jeu féminin a augmenté, il pense que les Canadiennes ont rattrapé leur retard et ont de grands espoirs pour Tokyo. L’objectif est l’or, dit Landry.

Les Canadiennes sont dans le groupe B avec le Brésil, la France et les Fidji.

Match d’ouverture olympique le 28 juillet contre le Brésil

Le Canada a terminé troisième au classement de la HSBC World Rugby Sevens Series lorsque la saison a été interrompue après cinq événements en raison de la pandémie. La France s’est classée quatrième, Fidji septième et le Brésil douzième.

Les Canadiens disputeront leur premier match mercredi à 20 h 30 HE (9 h 30 jeudi à Tokyo), affrontant le Brésil puis les Fidji. La deuxième journée commence par une confrontation contre la France avant les quarts de finale.

Les deux meilleures équipes de chacun des trois groupes et les deux meilleurs vainqueurs de la troisième place se qualifient pour les quarts de finale.

Le Canada, la Nouvelle-Zélande, les États-Unis et l’Australie se sont qualifiés pour le peloton féminin de Tokyo en se produisant aux championnats du monde. La Grande-Bretagne, la Chine, les Fidji, le Kenya et le Brésil ont rejoint les pays hôtes du Japon lors des qualifications régionales, tandis que la France et la Russie se sont qualifiées pour le tournoi de replay.

L’Australie a remporté l’or à Rio, battant la Nouvelle-Zélande 24-17. Le Canada a remporté la médaille de bronze en battant la Grande-Bretagne 33-10

La plainte officielle de l’équipe féminine a commencé par une « lettre de préoccupation » envoyée à Rugby Canada à la fin novembre. Tate, sans doute l’entraîneur le plus titré de l’équipe canadienne de rugby, était essentiellement en congé administratif à ce moment-là.

En vertu des lignes directrices canadiennes sur le rugby, il existe une possibilité de médiation. Cela n’a pas été résolu, la plainte des joueurs est donc devenue officielle le 31 janvier, ce qui a entraîné un examen indépendant.

Presque tous les employés de Tate sont partis depuis. Beaucoup d’entre eux pensent que justice n’a pas été rendue.

Landry dit que l’équipe est dans un meilleur endroit.

“Le sport de haut niveau est un environnement très stressant et intensément intense. Je le vis depuis plus de 10 ans maintenant et je peux honnêtement dire que je n’ai jamais vu notre groupe aussi heureux”, a déclaré Landry, sa femme, une pompière de la région de Toronto. Michaela Hoskins, vous vous attendez. “Et je pense que lorsque vous avez des gens heureux qui arrivent à l’entraînement et que des gens heureux se présentent, vous obtenez un travail de bien meilleure qualité.”

Équipe nationale féminine de rugby à 7 du Canada

  • Elisa Nue, Trois-Rivières, Kew.
  • Olivia Apps, Lindsey, Ont.
  • Britt Bean, Nappanee, Ont.
  • Bamfinite Poysa, Gatineau, Kew.
  • Bianca Varela, Montréal
  • Julia Greenshields, Sarnia, Ont.
  • Jeslyn Landry (Capitaine), Toronto تور
  • Kylie Lucan, Barry, Ont.
  • Kayla Molesky, Lac Williams, Colombie-Britannique.
  • Brian Nicholas, Blenheim, Ont.
  • Karen Paquin, Québec
  • Chiara Wardley, Vulcan, Alberta.
  • Charité Williams, Toronto.

Entraîneur: Mick Burn
Assistante d’entraîneur : Marie Gallo

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer