sport

Les Français auront besoin d’une autorisation de santé d’ici lundi après l’approbation du tribunal | Actualités, sports, emplois

Un manifestant anti-carte sanitaire tient le drapeau français alors qu’il affronte des policiers devant le Conseil constitutionnel à Paris, jeudi 5 août 2021. Le Conseil constitutionnel français décide, jeudi, si la carte sanitaire qui ouvrira les portes et les stands des cafés, restaurants, trains et hôpitaux à partir de la semaine prochaine est conforme aux principes les plus importants de la nation. (Presse associée/Michael Euler)

Une cour constitutionnelle française a validé jeudi la plupart des aspects d’une nouvelle loi qui, à partir de la semaine prochaine, oblige les gens à porter une carte de santé spéciale COVID-19 pour accéder aux cafés, aux restaurants, aux voyages longue distance et, dans certains cas, aux hôpitaux. Mais il a annulé plusieurs mesures pour non-respect de la mobilisation constitutionnelle.

Le Conseil constitutionnel a décidé que l’isolement automatique de 10 jours des personnes infectées par le virus, et leur permettant de ne sortir que deux heures par jour, est contraire aux libertés françaises. Cette privation de liberté n’est pas « nécessaire, adapté ou proportionné » Jugement dit. Il est clair que l’auto-isolement actuel moins strict de 10 jours pour les personnes infectées par le virus restera en vigueur.

Le tribunal a également levé la suspension des contrats à court terme pour les personnes sans permis de santé – acceptant la suspension sans récompenser les employés salariés avec des contrats à long terme.

La législation a été soumise d’urgence au Parlement la semaine dernière alors que le nombre d’infections virales augmentait, en raison de la variante delta hautement contagieuse qui représente désormais la plupart des cas en France.

READ  Le Premier ministre australien a déclaré avoir clairement fait savoir à la France que l'accord sur les sous-marins pourrait être annulé

Les sondages montrent que la plupart des Français soutiennent la carte de santé. Mais la mesure a suscité une opposition enthousiaste, beaucoup affirmant que leurs libertés seraient menacées. Il est délivré aux personnes qui ont été vaccinées contre le COVID-19, qui ont des preuves d’une guérison récente de l’infection, ou un test négatif récent.

A partir de lundi, il sera obligé de parcourir de longues distances en train, en avion ou en bus, et d’entrer dans les restaurants, cafés, terrasses et maisons de repos – parmi une longue liste établie par la loi et approuvée par l’arrêt. Le Tribunal spécial a semblé se plaindre du règlement mais a décidé qu’un équilibre général avait été trouvé entre la liberté et La valeur constitutionnelle de la protection de la santé.

Le conseil a également convenu d’exiger que les travailleurs de la santé soient vaccinés contre le virus d’ici le 15 septembre et a décidé qu’une demande de permis sanitaire pour les visiteurs de l’hôpital et autres était justifiée – dans la mesure du possible. “Ce n’est pas un obstacle à l’accès aux soins de santé.”

Plusieurs centaines de manifestants bruyants devant le Conseil constitutionnel à Paris ont dénoncé la décision, sous le regard vigilant d’un nombre similaire de policiers lourdement armés.

Julian Bailey, 37 ans, qui fabrique des guitares, portait un “Dictature de la santé : Stop” autocollant sur sa chemise.

Il a dit qu’il était complètement vacciné, mais “Tout le monde devrait pouvoir faire ce choix librement, non pas parce que des lois oppressives les y obligent. Bientôt, nous aurons besoin de codes QR pour tout dans la vie. “ il ajouta. “C’est une pente glissante et une atteinte sans précédent à nos libertés.”

Les critiques se plaignent que cela limite leurs déplacements à l’extérieur du domicile – et rend la vaccination implicite obligatoire. Les opposants à travers le pays ont manifesté par dizaines de milliers au cours des trois derniers samedis, et d’autres manifestations sont attendues ce week-end.

READ  L'Italie a marqué un record de 36 points sans défaite lors de son match nul 0-0 contre la Suisse

Une manifestante de 26 ans qui s’est identifiée uniquement sous le nom de Charlotte a déclaré qu’elle ne faisait pas confiance au vaccin COVID-19 et qu’elle n’aime pas qu’on lui impose. « Le permis sanitaire ne changera pas ma décision, et je ne me ferai jamais vacciner », Elle a dit.

Le Conseil constitutionnel qui a examiné la loi est une juridiction spéciale qui contrôle, entre autres, la constitutionnalité de la législation.

La carte sanitaire est en vigueur depuis le 21 juillet pour les lieux culturels et de divertissement, notamment les cinémas, les salles de concert et les parcs à thème d’une capacité de plus de 50 personnes. Mais la nouvelle loi étend considérablement son champ d’application.

De nombreux restaurateurs disent que ce n’est pas leur travail de faire respecter la loi, en vérifiant chaque client pour un laissez-passer. Certains professionnels de la santé craignent que les patients nécessitant un traitement non urgent ne souffrent.

“Très peu de personnes nous ont dit qu’elles ne reviendraient pas une fois l’autorisation sanitaire mise en place”, a déclaré Vanessa Shea, copropriétaire d’un restaurant de pâtes près des Champs Elysées.

“Nous avons été insultés à plusieurs reprises, avec des gens qui nous appellent des coupes et pire encore pour dire que nous allons faire la procédure”, Elle a dit. “Mais avec les factures qui se sont accumulées sur nous pendant la pandémie … c’est une question de survie pour nous.”

Le Premier ministre Jan Castex a déclaré que la décision le permet “Publication complète de la stratégie contre le COVID-19.” Déçu par l’annulation de l’article sur l’isolement strict des personnes infectées, et a demandé qu’ils soient isolés “avec précision” Respectable.

READ  L'avenir de la télévision américaine au Tour de France est incertain alors que le réseau sportif NBC se prépare à fermer - VeloNews.com

Plus de 28 700 nouvelles infections ont été signalées mercredi soir, une forte augmentation par rapport au mois dernier. L’épidémie a fait plus de 112 000 morts en France.

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer