Home World Les centres de surpeuplement des travailleurs migrants en France meurent lors d'une...

Les centres de surpeuplement des travailleurs migrants en France meurent lors d'une pandémie

21
0
Les centres de surpeuplement des travailleurs migrants en France meurent lors d'une pandémie
Michael Hoare est le président d'un groupe appelé Collectif pour l'avenir des foyers (foyer est le mot français pour les résidences pour les immigrants comme celui-ci). En français, le nom est Collectif pour l'avenir des foyers (COPAF). Hoare dit que ce qui se passe aux Ulis est loin d'être isolé:

À Argenteuil (15 km au nord-ouest de Paris), il y avait un centre avec des pièces de 4,5 m², mais le centre a depuis été détruit et remplacé.

Il était courant de couper les chambres en deux, surtout lorsqu'il s'agissait de loger des immigrés venus reconstruire la France après la guerre. Cependant, ces bâtiments étaient alors considérés comme des espaces de vie en groupe. Il y avait une grande table dans la cuisine, une salle de récréation et une cafétéria. Tout cela a rendu les situations de vie plus supportables. Mais tout cela a disparu pour des raisons de sécurité. Ces centres étaient construits dans des quartiers difficiles et avaient souvent des problèmes de squattage, par exemple.

"Non aux foyers pénitentiaires", lit cette banderole accrochée devant le foyer Riquet, ou résidence des travailleurs immigrés, dans le 19e arrondissement de Paris. (Photo: Archives COPAF, 2017).

Covid-19 a transformé ces espaces de très difficiles à vivre à carrément dangereux. Heureusement, nous n'avons pas vu de massacres dans les centres que nous surveillons pour le moment. Bien qu'il existe des centres qui ont subi un, deux ou trois décès dus au virus. Le problème est que ces centres sont importants compte tenu de l'énorme pénurie de logements abordables qui existe en France, notamment dans les grandes villes, où il est extrêmement difficile de trouver des logements abordables.

Adoma gère environ la moitié des centres pour travailleurs migrants en France. Le 14 mai, il a rapporté que 36 personnes étaient mortes de Covid-19 dans ses centres.

Impossible de reconstruire le centre des Ulis

Toutes les personnes interrogées par FRANCE 24 disent que l'actuel centre Adoma des Ulis est impossible à rénover et doit être démoli. Au lieu de cela, ils disent qu'un bâtiment décent devrait être construit conformément au code et qu'il devrait contenir des studios individuels d'au moins 15 m².

L'équipe d'Observateurs de FRANCE 24 s'est entretenue avec la maire indépendante des Ulis, Françoise Marhuenda, qui a indiqué qu'un nouveau bâtiment de 160 places devrait être construit sur le site et qu'un deuxième bâtiment de 165 places supplémentaires serait situé dans une zone différente doivent être construits pour «réduire la charge pesant sur un quartier aux nombreux défis».

"Mais lorsque nous discutons avec les communautés voisines de la mise en place d'un bâtiment de 165 places, les discussions restent bloquées", a-t-elle déclaré. "Le gouvernement, qui pourrait frapper du poing sur la table, ne nous aide pas du tout."

L'immeuble du centre pour les migrants, d'une hauteur de neuf étages, est situé à la lisière du quartier ouest, une communauté à faible revenu en difficulté aux Ulis. (Photo: Lamine Sibide)

Christophe Roussel, le responsable des centres de migrants d'Adoma en Essonne, se dit déçu des problèmes que les gens expriment dans les villes voisines:

Nous l'avons essayé au cours des 23 dernières années. Quand quelqu'un présente un projet de centre pour migrants aux résidents locaux, les gens réagissent presque toujours mal et les villes se retirent. Nous sommes donc coincés et la situation traîne. Nous ne pouvons pas trouver un autre site et les gens des Ulis sont coincés dans ces circonstances. Nous espérons que la crise sanitaire actuelle entraînera une prise de conscience générale. Ce type de centre n'est plus viable.

Mais pour les habitants, ces tensions entre les gouvernements municipaux ne justifient pas leurs mauvaises conditions de vie.

"Chaque année, ils nous disent:" Ne vous inquiétez pas. Le nouveau bâtiment arrive, ce sera cette année! "J'ai entendu au cours des 12 dernières années. J'en ai vraiment marre. Adoma doit Agissez, sortez ce centre et prenez les choses en main '', a déclaré Dambele.

Article par Liselotte Mas

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here