Home Top news Le rédacteur en chef d'un important site d'information indépendant arrêté en Egypte

Le rédacteur en chef d'un important site d'information indépendant arrêté en Egypte

60
0
Le rédacteur en chef d'un important site d'information indépendant arrêté en Egypte

Publié le: Modifié:

Dimanche, les forces de sécurité égyptiennes ont arrêté la rédactrice en chef de l'éminente chaîne de télévision indépendante Mada Masr, a déclaré l'avocat, ce dernier lors d'une répression contre les journalistes.

Lina Attallah a été arrêtée à l'extérieur de la prison de la Torah du Caire lorsqu'elle a interviewé la militante des droits Laila Soueif, la mère de la militante emprisonnée Alaa Abdel Fattah, selon le centre de nouvelles.

"Les gardiens de prison ont demandé à Attallah de lui montrer sa carte d'identité et l'ont ensuite appelée pour une enquête de trois heures", a expliqué à l'AFP l'avocat Hassan al-Azhari.

"Nous avons su par la suite qu'elle avait été emmenée dans un commissariat de police du district de Maadi et qu'elle comparaîtrait demain matin (lundi) devant le parquet", a-t-il dit.

Azhari a ajouté que la raison de l'arrestation et les accusations contre Attallah n'étaient pas claires.

Mada Masr est un point de vente en ligne égyptien qui enquête sur les problèmes de corruption et de sécurité en arabe et en anglais.

Le site Web a été bloqué ces dernières années Egypte ainsi qu'une centaine d'autres qui critiquent le gouvernement du président Abdel Fattah al-Sisi.

La publication a tenté de contourner le blocage via des sites miroirs.

Avertissements de répression de la liberté de la presse

L'arrestation d'Attalah intervient alors qu'une série de groupes de défense des droits de l'homme et de la liberté de la presse ont mis en garde contre l'intensification des actions contre la liberté de la presse dans l'Égypte de Sissi.

«Depuis 2016, les autorités égyptiennes ont soumis des dizaines de journalistes et d'autres professionnels des médias à un catalogue de violations simplement parce qu'ils font leur travail ou expriment leur opinion. Des dizaines de journalistes ont été arbitrairement arrêtés sur de fausses accusations de "terrorisme" ou ont fait une descente dans leurs lieux de travail ", a déclaré Philip Luther, directeur des enquêtes et du plaidoyer d'Amnesty International pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord. dans un rapport plus tôt ce mois-ci.

En novembre, les forces de sécurité ont fait une descente dans les bureaux de Mada Masr au Caire et y ont interviewé des journalistes.

Jeudi, le Comité pour la protection des journalistes (CPJ), basé à New York, a déclaré que les autorités égyptiennes avaient arrêté le journaliste Haitham Mahgoub, qui travaille pour un journal privé local.

Se référant à son avocat, le CPJ a déclaré que Mahgoub était accusé de diffuser de fausses nouvelles et de rejoindre et financer un groupe terroriste.

En mars, le journal britannique The Guardian a déclaré que son reporter en Égypte avait été contraint de partir après que ses pouvoirs eurent été retirés suite à un rapport d’infections à coronavirus dans le pays.

L'Égypte cible de plus en plus de journalistes dans le cadre d'une répression continue contre les dissidents depuis la destitution militaire du président islamique en 2013 Mohamed Morsi.

L'oppression a entraîné des milliers de partisans musulmans de feu Morsi ainsi que des militants laïques, des avocats et des universitaires.

L'Égypte se classe 166e sur 180 pays dans le Rapport mondial sur la liberté Index 2020 Reporters sans frontières (RSF).

(FRANCE 24 avec AFP)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here