sport

Le Pen de l’extrême droite française ne parvient pas à faire une percée lors d’un vote d’abstention

L’extrême droite française dirigée par Marine Le Pen n’a remporté aucun territoire tandis que le parti centriste au pouvoir du président Emmanuel Macron a subi une nouvelle défaite au deuxième tour des élections régionales dimanche, qui a été une nouvelle fois marqué par une participation malheureuse.

Confirmant les tendances établies lors de la première manche du 20 juin, les résultats partiels ont montré que le Rallye National (RN) Le Pen était contrecarré dans sa principale ambition de remporter la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA) qui comprend Marseille et Latif. .

Emmanuel MacronLe parti au pouvoir n’a même pas pu pénétrer dans les deux chiffres à l’échelle nationale, et encore moins gagner n’importe quel district, dans une secousse alors que le président commence à se tourner vers sa réélection en 2022.

La victoire en Méditerranée aurait donné à Le Pen le contrôle d’un FranceLes 13 provinces continentales, pour la première fois, ont donné un nouvel élan à leur défi à Macron lors de la présidentielle.

“Ce soir, nous ne gagnerons aucun territoire”, a déclaré Le Pen déçu, accusant “des alliances contre nature” entre ennemis et affirmant que “la mobilisation est la clé” des futures victoires.

Mais le résultat est un coup de pouce pour le Parti républicain socialiste traditionnel de droite ainsi que le Parti socialiste, qui ont subi des pressions après l’arrivée au pouvoir du centriste Macron en 2017 avec son nouveau parti La République en marche (LREM).

Si les analystes mettent en garde contre l’extrapolation d’un trop grand nombre d’élections régionales, ils soulignent qu’il ne faut pas perdre de vue la course à la présidentielle de 2022 comme un duel direct entre Macron et Le Pen.

READ  Mercato: PSG, Barcelone… La confrontation commence pour Lionel Messi!

Le taux de participation au scrutin de la semaine dernière a suscité des inquiétudes de la part de divers partis, et le deuxième tour n’a guère indiqué d’amélioration, plus de 66% des électeurs n’ayant pas voté, selon une estimation de l’Ifop Fedoseal.

Pas de hack RN

L’une des courses les plus surveillées dimanche était de savoir si le candidat du GOP Thierry Mariani allait vaincre le challenger de droite Renaud Muselier dans la région PACA.

Prendre le contrôle d’une région pour la première fois aurait été un énorme coup de pouce pour Le Pen dans sa quête pour convaincre les électeurs que le Front national – qu’elle a renommé depuis qu’elle a succédé à son père controversé Jean-Marie Le Pen – est sérieux. parti du pouvoir.

Mais Muselier était en passe de battre Mariani avec une marge d’environ 10 pour cent, selon un décompte des trois quarts des voix.

Le retrait des candidats de gauche a aidé Muselier, exemple du « Front républicain » vu lors des précédentes élections présidentielles, à bloquer l’extrême droite.

Muselier a déclaré que la “logique de l’unité” était la gagnante, notant que beaucoup avaient voté pour lui malgré des loyautés politiques personnelles pour vaincre le FN.

Les critiques ont accusé Mariani d’être un admirateur d’autoritaires tels que le président russe Vladimir Poutine et le dirigeant syrien Bachar al-Assad.

Le RN a également échoué dans la région Ile-de-France qui comprend Paris. Son étoile montante, Jordan Bardella, 25 ans, n’a pas réussi à embêter le président sortant de droite Valérie Beckers, qui a stoppé la coalition de la gauche et des verts.

READ  Le monument de Buchenwald exhorte les visiteurs à respecter les tombes

“Le Front national a échoué”, a déclaré le quotidien de gauche Libération en gros titre de son édition de lundi, ajoutant que Le Pen apparaissait “faible” à l’issue des élections où elle espérait remporter plusieurs circonscriptions.

Pendant ce temps, l’ailier droit des poids lourds Xavier Bertrand a conservé le contrôle du Nord-Est des Hauts-de-France, cimentant sa crédibilité en tant que candidat à la présidentielle de 2022 de la droite traditionnelle.

“Ce résultat me donne la force de sortir et de rencontrer tous les Français”, a déclaré Bertrand, évoquant sa prochaine campagne présidentielle.

La déception de Macron

Les résultats ont confirmé l’échec du mouvement Macron à s’enraciner au niveau local et régional, malgré son contrôle de la présidence et de la chambre basse du parlement.

Le rapport de l’Ifop a indiqué que LREM n’obtiendrait que 7% des voix à l’échelle nationale, bien que plusieurs ministres se soient tenus debout et que Macron lui-même se soit lancé dans une tournée nationale qui l’a vu à un moment donné giflé par un membre du public.

Stanislas Guerini, chef du parti LREM, a reconnu que l’élection était une “déception pour la majorité présidentielle”.

Les résultats ont laissé la droite en charge de sept régions, et la gauche avec cinq nationalistes corses en poste sur l’île méditerranéenne.

“La revanche des fêtes du ‘vieux monde'”, a commenté le quotidien “Le Monde”, notant que le succès a été “entaché par une abstention record”.

(AFP)

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer