Home Top news Le fiancé de Jamal Khashoggi à propos de son meurtre: & quot;...

Le fiancé de Jamal Khashoggi à propos de son meurtre: & quot; Nous avons besoin d'un procès neutre et indépendant & quot;

32
0
Le fiancé de Jamal Khashoggi à propos de son meurtre: & quot; Nous avons besoin d'un procès neutre et indépendant & quot;

Publié le: Modifié:

En mai, le fils aîné du journaliste saoudien assassiné Jamal Khashoggi a déclaré que sa famille avait "pardonné" aux responsables du meurtre de leur père en octobre 2018. Cette annonce différerait légalement les cinq agents du gouvernement saoudien condamnés à mort. pour le meurtre brutal du consulat saoudien à Istanbul. Mais le fiancé de Khashoggi, Hatice Cengiz, a depuis renoncé à cette déclaration.

Répondez à l'annonce récente de KhashoggiLes fils qu'ils sont les meurtriers de leur père & # 39; Pardonnez-moi, son fiancé a clairement indiqué qu'elle était contre cette décision. “ La déclaration faite n'a rien à voir avec l'idée de justice '', a déclaré Cengiz à FRANCE 24. “ Nous avons besoin d'un processus neutre et indépendant. ''

Le fiancé du journaliste assassiné a également répondu Arabie Saoudite& # 39; offre d'acheter le club de Premier League anglaise Newcastle United. & # 39; L'Arabie saoudite, en particulier le prince héritier, utilise ces choses pour le soft power, pour leur influence financière et politique. Lorsque Jamal a été tué à la suite du complot contre lui, l'image du royaume a été compromise. Et ils essaient de le réparer. Nous ne les laisserons pas faire, nous continuerons donc à travailler ", a-t-elle déclaré à Sanam Shantyaei de FRANCE 24.

>> Fils du journaliste saoudien assassiné Khashoggi & # 39; pardonne & # 39; tueurs, qui ont mis en place une possible clémence

Également sur le salon, les musulmans du Moyen-Orient retournent dans les mosquées, car un certain nombre de pays sont soumis à des restrictions imposées à la COVID-19[feminine pandémie. Après avoir prié chez eux pendant plus de deux mois, des dizaines de milliers de fidèles pourront prier ensemble, mais la distance sociale et les masques restent obligatoires.

Et pour couronner le tout, iranien Les autorités avertissent les femmes que si elles publient des photos sur les réseaux sociaux sans porter le hijab, elles peuvent enfreindre la loi et être arrêtées. La répression intervient après la détention de deux athlètes sur des photos montrant qu'ils s'embrassent sur un toit. Reportage de notre correspondant de Téhéran, Reza Sayah.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here