Home Culture Le chanteur algérien Idir, champion de la culture berbère, décède à 70...

Le chanteur algérien Idir, champion de la culture berbère, décède à 70 ans

100
0
Le chanteur algérien Idir, champion de la culture berbère, décède à 70 ans

Délivré le: Modifié:

Le chanteur algérien Idir, ambassadeur culturel de premier plan pour sa Kabylie natale et sa langue berbère, est décédé samedi à Paris à l'âge de 70 ans, a annoncé sa famille.

Idir, qui souffrait de fibrose pulmonaire, a été transporté à l'hôpital vendredi.

"Nous sommes désolés d'annoncer la mort de notre père, Idir", a déclaré un post sur son compte Facebook officiel. Contactée par l'AFP, sa famille a refusé de commenter davantage.

AlgérieLe président Abdelmadjid Tebboune l'a qualifié "d'icône de l'art algérien" et a déclaré sur Twitter: "Avec sa mort, l'Algérie a perdu l'un de ses monuments".

Idir, de son vrai nom Hamid Cheriet, est né le 25 octobre 1949 à Ait Lahcene, près de la capitale de la Kabylie, Tizi Ouzou, dans le nord de l'Algérie.

Il a étudié pour devenir géologue, mais a été utilisé à la dernière minute comme un remplacement surprenant de la diva Kablyie Nouara sur Radio Alger à “ A Vava Inouva '' une berceuse à la guitare acoustique et une ode aux riches traditions orales de Berbère villages de montagne.

La chanson a été un énorme succès en Algérie et au-delà, mais Idir n'en avait aucune idée car il a été enrôlé dans le service militaire obligatoire peu de temps après l'enregistrement.

"Je suis venu au bon moment, avec les bonnes chansons", a-t-il déclaré à l'AFP dans une interview en 2013, ajoutant que ses chansons évoquaient les rythmes de la vie quotidienne qu'il avait entendus depuis son bébé.

Défenseur de la Kabylie et du multiculturalisme

Idir s'est rendu à Paris pour enregistrer son premier album en 1975, également intitulé "A Vava Inouva". Mais après une série de tournées et un autre album, il décide de quitter l'industrie musicale jusqu'en 1991, date à laquelle la sortie d'un album de compilation démarre sa carrière.

Depuis son domicile en France, il est devenu un partisan passionné de sa Kabylie natale, tout en défendant le multiculturalisme et l'immigration, car ceux-ci sont devenus des questions importantes dans la course présidentielle de son pays d'adoption en 2007.

Après une absence de 38 ans, il est retourné en Algérie en janvier 2018 pour un concert du Nouvel An berbère dans la capitale. L'année suivante, il a défendu les soulèvements populaires qui ont conduit à la démission du chef de longue date Abdelaziz Bouteflika.

"J'ai tout aimé de ces manifestations: l'intelligence de ces jeunes, leur humour, leur détermination à rester pacifiques", a déclaré Idir en avril 2019.

“ J'admets que ces moments étaient comme une bouffée d'air frais '', a-t-il ajouté. & # 39; Et comme je souffre de fibrose pulmonaire, je sais de quoi je parle. & # 39;

(FRANCE 24 avec AFP)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here