Home France La société française Sanofi a mené des recherches sur les médicaments contre...

La société française Sanofi a mené des recherches sur les médicaments contre l'épilepsie liés aux malformations congénitales

105
0
La société française Sanofi a mené des recherches sur les médicaments contre l'épilepsie liés aux malformations congénitales

Délivré le: changé:

La société de santé française Sanofi a déclaré mardi qu'elle faisait l'objet d'une enquête par le biais de Depakine, un médicament anti-épileptique qui a provoqué des malformations congénitales et un ralentissement du développement neurologique pendant la grossesse.

Le procureur de Paris a ouvert une enquête préliminaire sur l'autorisation et la commercialisation de Depakine en octobre 2016 après que l'agence française d'inspection IGAS a critiqué la lenteur de la réaction des autorités sanitaires françaises et de Sanofi aux risques liés au médicament et sont des dérivés.

Sanofi a déclaré dans un communiqué que l'accusation lui permettra de se défendre et "de prouver qu'il a toujours rempli son devoir d'information et de transparence".

Le valproate de sodium, molécule active du médicament, est sur le marché depuis 1967 pour le traitement de l'épilepsie et du trouble bipolaire. Il figure sur la liste des "médicaments essentiels" de l'Organisation mondiale de la santé.

L'IGAS a estimé qu'entre 2006 et 2014, 425 à 450 bébés ont souffert de malformations congénitales ou sont mort-nés après une exposition à Depakine.

Marine Martin, présidente de l'association des victimes de l'APESAC, a déclaré sur Twitter qu'elle "était extrêmement satisfaite du fait que la procédure pénale qu'elle avait entamée en 2016 ait atteint un seuil important".

"Sanofi devra faire face aux dizaines de milliers de victimes empoisonnées, dont plus d'une centaine sont mortes".

La société française est consciente du risque de malformation fœtale dans les années 1980 puis, vers 2003, de l'impact du médicament sur le développement neurologique du fœtus, avec un risque d'autisme ou de difficultés d'apprentissage.

Sanofi, qui a déclaré en janvier 2019 qu'il ne participerait à aucune compensation pour Depakine, a ajouté qu'il "coopérerait pleinement avec les autorités judiciaires" et serait "confiant" quant à l'issue de la procédure.

Les actions ont progressé de 0,6% sur la Bourse de Paris à 9h00 GMT, en grande partie en ligne avec le secteur pharmaceutique.

(ANP)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here