sport

La France met en garde contre la lenteur de la mise en place du Fonds européen de relance

Écrit par Lee Thomas et Sabine Siebold

PARIS (Reuters) – La France a averti mardi que l’Union européenne risquait de prendre du retard sur les États-Unis et la Chine si elle perdait plus de temps à déployer son plan de relance de 750 milliards d’euros.

Le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, a émis un avertissement alors que lui et son homologue allemand présentaient des plans pour puiser dans le fonds de relance – approuvé par les dirigeants de l’Union européenne en juillet dernier – pour près de 70 milliards d’euros (85 milliards de dollars) pour démarrer la reprise économique post-pandémique .

“Soyons clairs: nous avons été très efficaces l’année dernière dans l’adoption du plan de relance européen et dans la décision d’émettre une dette commune”, a déclaré Le Maire lors d’une conférence de presse en ligne avec le ministre allemand des Finances Olaf Schulz.

“Depuis, nous avons perdu beaucoup de temps. La Chine a repris sa croissance. Les États-Unis sont en plein essor. L’Union européenne doit rester dans la course”, a-t-il déclaré.

L’Europe connaît déjà un démarrage lent de son programme de vaccination, qui a pris du retard par rapport aux États-Unis.

Les gouvernements de l’UE sont censés préciser en détail d’ici la fin de la semaine comment ils prévoient de dépenser les subventions et les prêts du fonds de relance, qui seront financés par des emprunts conjoints par le bloc.

La nécessité d’une planification et de réformes à long terme, tout en répondant aux exigences selon lesquelles 37% des fonds de l’UE doivent être affectés à la lutte contre le changement climatique et 20% à la numérisation de l’économie, signifie que certains pays ne recevront pas de demandes de paiement avant la mi-mai.

READ  PSG: Neymar blessé, le match en direct

La taille relativement petite du stimulus de l’UE et le temps qu’il a fallu pour le lancer ont attiré des comparaisons désagréables avec le paquet de plusieurs billions de l’administration Biden.

Le Maire a déclaré que de telles comparaisons étaient “injustes et insuffisantes” car les Européens ont bénéficié de politiques de protection sociale plus fortes pendant la crise.

Avant d’envisager d’augmenter la réponse européenne, a-t-il déclaré, l’Europe doit se concentrer sur la mise en œuvre du plan de relance tel qu’il est.

Schulz a ajouté: “Je suis vraiment convaincu que nous travaillons avec un programme très solide qui fait une différence et qui est très bon au niveau mondial.”

Stimulation de la rotation

La France n’a pas attendu le décollage du plan européen et a lancé en septembre dernier son plan de relance de 100 milliards d’euros, dont elle a déjà dépensé 30 milliards d’euros.

Au fur et à mesure que Paris avançait, il était frustré que d’autres pays aient tardé à ratifier le plan de relance de l’Union européenne, risquant de ralentir le début des décaissements.

Le Maire a exhorté les autres Etats membres à soumettre leurs plans et à ratifier “dans les meilleurs délais” la législation nationale nécessaire pour financer le fonds de l’Union européenne.

Le Maire a déclaré que si la Commission européenne analyse rapidement les plans d’investissement nationaux, les États membres peuvent les signer conjointement d’ici juillet, ouvrant la voie aux paiements “avant la fin de l’été”, ajoutant qu’il s’attend à la première tranche de 5 milliards d’euros en Septembre “au plus tard.” “.

READ  Et-Uns : Fournier, France, Udoh, Gasol

La France compte recevoir un total de 41 milliards d’euros du fonds pour financer le programme national de relance, tandis que l’Allemagne s’attend à recevoir des subventions de 25,6 milliards d’euros.

Le montant d’argent que reçoivent les pays dépend non seulement de la taille de leurs économies, mais aussi de la dureté de leur impact sur la crise.

L’Allemagne consacrera 90% de son quota à la protection du climat et à la numérisation tandis que la France allouera 75% à de tels projets, ce qui est bien au-dessus des exigences de l’Union européenne.

L’agence de notation Standard & Poor’s Global a déclaré que le fonds européen pourrait stimuler la croissance du bloc de 1,5% à 4,1% sur cinq ans et renforcer les notations de crédit de certains pays très endettés.

(Rapport de Lee Thomas à Paris et Sabine Siebold à Berlin; rapport complémentaire de Holger Hansen à Berlin, édité par Giles Elgood)

Delphine Perrault

"Solutionneur de problèmes extrêmes. Chercheur avide de bacon. Écrivain maléfique. Geek du Web. Défenseur des zombies depuis toujours."

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer