Home France La course aux maires est un référendum sur l'interdiction des pesticides dans...

La course aux maires est un référendum sur l'interdiction des pesticides dans le village français de Langouët

36
0
La course aux maires est un référendum sur l'interdiction des pesticides dans le village français de Langouët

Le maire du petit Langouët est devenu un héros des militants écologistes dans toute la France l'année dernière après avoir interdit unilatéralement les pesticides de son village. Avec son mandat d'accaparement dimanche, l'élection est présentée comme un test d'activisme écologique dans les communautés rurales où les agriculteurs restent dépendants des herbicides.

C'est l'année 2020 AD. La Gaule est complètement occupée par les pesticides. Eh bien, pas entièrement … Un petit village de Gaulois indomptables le tient toujours contre les envahisseurs. Et la vie n'est pas facile pour les agriculteurs qui s'occupent des champs autour du village.

Si & # 39; Astérix et la couronne de laurier bio & # 39; jamais écrit, cela aurait lieu ici à Langouët, un paisible village breton qui ne peut être comparé à la cachette emblématique de BretagneLe héros de bande dessinée le plus célèbre de la société.

Langouët, 601 habitants, n'a ni magasin ni bureau de poste. Au lieu de cela, il a des panneaux solaires en abondance, une ferme de permaculture, une cantine scolaire biologique et un réputation mondiale comme première commune française interdiction d'utiliser des pesticides au domicile des gens – et le premier à avoir été traîné devant les tribunaux pour cela en créant l'État français.

"La production a diminué, mais je gagne plus d'argent"

Bien que l'interdiction de Langouët sur les pesticides ait finalement été annulée par les tribunaux, certains agriculteurs locaux ont été inspirés à adopter une approche biologique et à jeter leurs désherbants chimiques et leurs engrais. Parmi eux, Guillaume Houitte, 39 ans, dont la ferme laitière se situe en bordure du village.

"Depuis lors, la production est passée de 440 millions de litres par an à seulement 300, mais je gagne plus d'argent", dit-il, élaguant les haies protégeant sa ferme contre les produits chimiques appliqués aux cultures adjacentes.

Les critiques disent que l'interdiction de Langouët sur les pesticides a conduit à un fossé entre les agriculteurs du village. © Ségolène Allemandou, FRANCE 24

Houitte fait partie des agriculteurs qui ont soutenu Daniel Cueff, l'ancien maire de Langouët, lorsqu'il a annoncé l'interdiction en mai dernier. La réglementation municipale interdit l'utilisation de pesticides à moins de 150 mètres (450 pieds) d'une maison ou d'un lieu de travail, interdisant effectivement la plupart du village.

En quelques semaines, le mouvement Cueff avait inspiré des interdictions similaires dans une centaine de municipalités à travers le pays. Et lorsque l'homme de 65 ans a été traduit en justice dans la capitale bretonne Rennes, il a été accueilli par une foule de plus d'un millier de personnes.

"Apparemment, nous tuons des gens"

Mais tous les habitants de Langouët n'étaient pas satisfaits de la campagne pionnière de leur maire. De nombreux agriculteurs qui n'avaient pas opté pour les produits biologiques étaient furieux et protestaient contre le fait qu'ils n'avaient pas été consultés et que des pesticides étaient nécessaires pour maintenir les mauvaises herbes à distance.

"Certains ne sont toujours pas au-dessus du règlement", explique Houitte, mettant en garde contre un éventuel revers lorsque les électeurs éliront un nouveau conseil municipal les 15 et 22 mars. Bien que Cueff ne cherche pas à être réélu après cinq mandats consécutifs, le conseil municipal sortant espère porter le flambeau. Houitte rendra son billet, surnommé "Désir d’avenir(Désir d'un avenir meilleur), mais il a peur qu'ils perdent leur majorité au conseil municipal.

De l'autre côté de la route, la famille Morel est toujours en colère contre l'interdiction des pesticides, qui accuse de nombreux agriculteurs de refuser la récolte. Ils en ont également assez de l'aveuglement des médias qui a perturbé la vie dans ce coin normalement paisible de Bretagne.

"Chaque jour apporte un nouveau journaliste, nous en avons assez!" Mme Morel soupire à l'entrée de sa ferme. Son domaine utilise des méthodes agricoles intégrées, alliant contrôle naturel et chimique. "Le village est plein de haine maintenant, apparemment nous tuons des gens", dit-elle en haussant les épaules avant de s'enfuir.

"Conduire un fossé entre les agriculteurs locaux"

Bien que la tension puisse être ressentie entre les partisans et les opposants à l'interdiction, d'autres résidents voudraient rester à l'écart de ce qu'ils décrivent comme "le conflit" ou "le kerfuffle".

«En 20 ans en tant que maire, M. Cueff a beaucoup fait pour insuffler une nouvelle vie au village grâce à l'écologie», explique une vieille résidente qui refuse de donner son nom. Mais l'interdiction des pesticides "a bouleversé les agriculteurs non biologiques qui avaient peur de leurs moyens de subsistance et n'ont pas reçu d'aide pour s'adapter aux nouvelles règles", ajoute-t-elle, reprochant au maire d'avoir "un coin entre agriculteurs locaux ".

Le producteur laitier Dominique Hamon dit avoir été interrogé par la police après que quelqu'un lui ait envoyé des photos de sa station d'épuration avant que l'interdiction des pesticides ne soit annulée en justice.

"Pouvez-vous imaginer être licencié dans un petit village comme celui-ci?" raconte l'homme de 61 ans, qui a finalement déménagé dans un village voisin pour s'éloigner de "l'atmosphère nocive" de Langouët.

Le producteur laitier Dominique Hamon a été convoqué par la police pour avoir interdit l'interdiction des pesticides par Langouët.
Le producteur laitier Dominique Hamon a été convoqué par la police pour avoir interdit l'interdiction des pesticides par Langouët. © Ségolène Allemandou, FRANCE 24

Hamon dit que le décret du maire a mis trop de pression sur les agriculteurs, les faisant "contre le mur". Cueff "ne se rend pas compte qu'une distance de 150 mètres n'est tout simplement pas applicable, que nous perdrions ainsi un tiers de nos revenus", explique-t-il. "Qui va nous indemniser? Et si ces produits sont si dangereux, pourquoi les gens continuent-ils à les vendre?"

Inactivité du gouvernement

Les agriculteurs de toute la France – nombre d'entre eux grattent à peine la nourriture – ont été examinés dans un contexte de préoccupation croissante du public concernant la pollution causée par les désherbants tels que le glyphosate, décrit par l'Organisation mondiale de la santé comme "probablement cancérigène".

Avec les partis verts qui réussiront bien aux élections municipales de ce mois-ci, après une forte performance dans les sondages européens de l'année dernière, Emmanuel Macron a poli avec plaisir ses références écologiques – à un moment donné, il a dit à propos de Cueff: "Je soutiens ses intentions, bien que je ne puisse pas être d'accord si la loi n'est pas respectée."

Le gouvernement Macron a insisté pour que l'Union européenne élimine progressivement le glyphosate, que l'on trouve dans le tueur de mauvaises herbes RoundUp le plus vendu de Monsanto. Mais la France est également l'un des utilisateurs les plus exigeants de l'herbicide en Europe, et la réticence du gouvernement à déclarer une interdiction pure et simple a conduit certains maires à prendre les choses en main.

À Langouët, le maire a décidé de déménager après que des tests chez les habitants ont montré des niveaux très élevés de glyphosate – parfois 30 fois la limite recommandée – dans leurs urines. Les niveaux les plus élevés ont été trouvés chez les enfants.

La décision de Cueff d'interdire les pesticides, sans voter, a conduit à une scission au sein du conseil municipal. Certains de ses collaborateurs ont depuis formé un ticket rival pour les élections municipales, connu sous le nom de & # 39;Langouët Dynamique". Parmi eux, Jean-Pierre Goupil, ancien maire adjoint, qui a déclaré à France 24 la demande de rejet d'une interview selon laquelle le village était devenu un" parc d'attractions ".

De son côté, le maire sortant a choisi de rester discret pendant la campagne, se méfiant de transformer les élections en "référendum pour ou contre les pesticides". Mais il n'a presque pas fini de combattre les herbicides.

Cueff, qui dirige désormais l'Association française des maires d'antipesticides, porte son dossier d'interdiction des pesticides chimiques devant la Cour de justice des Communautés européennes plus tard cette année. Et bien qu'il ne joue peut-être pas le rôle principal dans le prochain Astérix, il publie un livre sur son combat ce mois-ci. Le titre est un plaidoyer pour réconcilier agriculture et écologie: "Agriculteurs, nous vous aimons, protégez-nous".

Le maire de Langouët, Daniel Cueff, s'adresse aux supporters devant un tribunal de Rennes le 22 août 2019.
Le maire de Langouët, Daniel Cueff, s'adresse aux supporters devant un tribunal de Rennes le 22 août 2019. Sébastien Salom-Gomis, AFP

Cet article a été adapté de l'original en français.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here