Home Monde La Chine transforme l'hôtel de Hong Kong en un nouveau siège du...

La Chine transforme l'hôtel de Hong Kong en un nouveau siège du service de sécurité

47
0
La Chine transforme l'hôtel de Hong Kong en un nouveau siège du service de sécurité

Publié le:

La Chine a ouvert mercredi un nouveau bureau pour que ses agents de renseignement opèrent ouvertement à Hong Kong pour la première fois en vertu d'une nouvelle loi de sécurité stricte, transformant un hôtel en quartier général de la force.

La nouvelle base est un hôtel surplombant le parc Victoria de la ville, un lieu qui accueille des manifestations pro-démocratie depuis des années, y compris une vigile annuelle en juin pour marquer la répression meurtrière de Pékin à Tiananmen.

Une plaque portant le nom de l'agence de sécurité a été dévoilée mercredi matin pour le gouvernement de Hong Kong et les responsables de la police, a indiqué sur place un journaliste de l'AFP.

La police a bloqué les routes autour de l'hôtel et a entouré les barrières remplies d'eau.

Un drapeau chinois a été déployé sur un poteau érigé à l'extérieur du bâtiment, tandis qu'une plaque portant l'emblème de la République populaire Chine monta du jour au lendemain.

"Le bureau de protection de la sécurité nationale du gouvernement populaire central de la région administrative spéciale de Hong Kong a été inauguré mercredi matin", a indiqué l'agence de presse chinoise Xinhua.

Pékin a imposé une nouvelle loi sur la sécurité Hong Kong la semaine dernière s'est concentrée sur la subversion, la sécession, le terrorisme et la collusion étrangère.

La loi est le changement le plus radical dans les libertés et l'autonomie de Hong Kong depuis que la Grande-Bretagne a rendu la ville à la Chine en 1997.

Des lois similaires sur la sécurité nationale sont utilisées pour apaiser les désaccords sur le continent, et la police de Hong Kong a déjà arrêté des personnes qui expriment certaines opinions politiques qui sont maintenant considérées comme illégales, telles que la défense de l'indépendance ou de l'autonomie.

Patron hardliner

Le contenu de la loi sur la sécurité a été gardé secret jusqu'à son entrée en vigueur mardi dernier, contournant la législature de Hong Kong.

La Chine a déclaré qu'elle aurait compétence sur les cas les plus graves, renversant le pare-feu juridique qui existe entre les tribunaux contrôlés par le parti et le pouvoir judiciaire indépendant de Hong Kong depuis le transfert de la Grande-Bretagne en 1997.

L'une des nombreuses dispositions qui violent la loi est l'autorisation du système de sécurité chinois de travailler ouvertement à Hong Kong, avec le pouvoir d'enquêter et de poursuivre les crimes de sécurité nationale.

Jusque-là, la police et le pouvoir judiciaire de Hong Kong avaient pleine autorité sur le centre financier semi-autonome.

Mais la Chine fait valoir que la sécurité nationale relève de la responsabilité du gouvernement central, affirmant que des lois sont nécessaires pour rétablir la stabilité après les manifestations importantes et souvent violentes en faveur de la démocratie l'année dernière.

On ne sait pas grand-chose du nouveau bureau de sécurité que la Chine a ouvert à Hong Kong en dehors de sa direction.

Sur le continent autoritaire, la police secrète chinoise est le fer de lance d'un dispositif de sécurité très efficace et brutal qui ne tolère pas la dissidence.

La semaine dernière, Pékin a nommé Zheng Yanxiong à la tête de l'agence.

Adepte du parti et locuteur du dialecte cantonais de Hong Kong, Zheng est surtout connu pour son implication dans la lutte contre les manifestations à travers la frontière dans la province voisine du Guangdong.

Ses deux représentants ont été nommés. Le premier est Li Jiangzhou, un officier de sécurité publique expérimenté qui a travaillé au bureau de liaison, l'organisme représentant Pékin à Hong Kong.

On sait peu de choses sur le deuxième adjoint, Sun Qingye. La semaine dernière, le South China Morning Post a décrit Sun comme un haut responsable de l'agence de renseignement chinoise, selon des sources gouvernementales.

En vertu de la nouvelle loi sur la sécurité de Pékin, les agents travaillant pour le bureau sont exemptés des lois de Hong Kong dans l'exercice de leurs fonctions.

L'ouverture du nouveau bureau ne sera pas plus d'un jour après que Hong Kong a annoncé des pouvoirs étendus de recherche et de surveillance pour la police enquêtant sur les crimes de sécurité nationale.

Les nouvelles règles autorisent également la police de Hong Kong à supprimer les notifications via Internet si les messages et commentaires sont réputés porter atteinte à la sécurité nationale.

Un grand nombre de géants américains de la technologie, dont Facebook, Google et Microsoft, ont déclaré qu'en raison de la nouvelle loi, ils ne prenaient plus en compte les demandes d'informations du gouvernement de Hong Kong sur les utilisateurs.

(AFP)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here